Edith Cavell

1865-1915

Edith Cavell naît en 1865 en Angleterre. Elle est la fille d'un pasteur anglican. Elle étudie d'abord à Bruxelles puis en Suisse, enfin à Dresdes et Aix-la-Chapelle où elle apprend les techniques allemandes en matière de médecine et d'hygiène. De retour en Angleterre en 1895, elle travaille d'abord comme gouvernante, puis elle obtient son diplôme d'infirmière au 'London Hospital' avant de retourner en 1906 exercer à l'Institut de Chirurgie et de diriger l'institut médical Berkendael à Bruxelles.

 

En 1914, la Croix Rouge installe un hôpital dans son établissement, rapidement transformé en un centre d'accueil pour les soldats français, belges et anglais désireux de rejoindre l'armée en passant par les Pays-Bas. Miss Cavell devient ainsi un maillon important de ce "réseau d'évasion" du nord de la France vers la Hollande via Bruxelles.

  • Statue à la mémoire d'Edith Cavell

    Statue à la mémoire d'Edith Cavell. Source : http://en.wikipedia.org

L'activité de son groupe s'intensifie avec le retrait vers la Marne des divisions françaises et anglaises. Des soldats blessés restent dans les hôpitaux de campagne dans le Nord de la France et les Ardennes, d'autres n'ont plus de contact avec leur unité. Ces combattants, qui n'éveillent pas l'attention des forces allemandes, sont pris en charge par la princesse Marie de Croÿ au château de Bellignies, puis conduits auprès d'Edith Cavell où ils reçoivent des vêtements, des faux papiers avant de rejoindre leurs armées. Ce travail commun, de novembre 1914 à juillet 1915, permet à deux cents personnes de s'évader de la zone d'occupation allemande.

 

Dénoncés, les soixante-six membres du réseau sont arrêtés à partir de l'été 1915. On a accusé l'espion français Gaston Quien d'avoir dénoncé le réseau, mais il a été acquitté faute de preuves. Edith Cavell est arrêtée le 15 juillet, alors qu'elle tente de faire passer la frontière hollandaise à des soldats alliés, et incarcérée à la prison Saint-Gilles. Au cours de son interrogatoire, elle ne nie pas les faits : "j'ai pensé que c'était mon devoir de faire cela pour mon pays ", dit-elle. Une attitude qui lui vaut d'être considérée comme traître et d'être désignée comme la cause de l'effondrement du service de renseignement belge.

 

Edith Cavell est enfermée sous le régime d'isolement cellulaire. Les autorités allemandes feignent de céder aux pressions diplomatiques et acceptent que Maître Sadie Kirsten en assure la défense, sans que, toutefois, celui-ci ne puisse lui parler ou consulter son dossier.

 

Le procès du réseau, du 7 septembre au 8 octobre 1915,est conduit sous l'autorité du général Ströbel. Le procès, très médiatique, doit avoir un effet dissuasif. La peine de mort pour intelligence avec l'ennemi, est donc demandée. Le 11 octobre 1915, Edith Cavell, la comtesse Jeanne de Belleville et Louise Thuliez, une institutrice, sont condamnées à mort. Le secrétaire de la légation américaine essaie d'introduire une demande de grâce pour Edith Cavell, mais sans résultat.

 

Le 12 octobre 1915, à sept heures du matin, la sentence est exécutée.


Les peines de ses camarades sont commuées en travaux forcés à vie.

 

En Angleterre et aux Etats-Unis, dans le contexte du torpillage du Lusitania, cette exécution déchaîne une tempête de protestations. La propagande anti-germanique se met en marche, les volontaires affluent.

 

Après guerre, le 7 mai 1919, la dépouille d'Edith Cavell est transférée en Angleterre. Une cérémonie est organisée dans l'abbaye de Westminster.

 

Une colonne a été érigée à Trafalgar Square (Londres), près de la National Gallery en souvenir de cette héroïne trans-nationale.

 

Un bas relief, détruit en 1940, lui a été aussi dédié au Musée du Jeu de Paume (Paris).

Sources : Louise de Bettignies et les femmes qui firent la guerre. Commémoration de l'année 1916, CDIHP du Nord ? Ministère des anciens combattants et victimes de guerre. Poirier Léon, S?urs d'armes, Tours, Maison MAME, 1938...
< Revenir à la liste des personnalités