François Bazaine

1811-1888

Maréchal de France (Versailles, le 13 février 1811 - Madrid, le 23 septembre 1888)

 

Fils de Pierre Dominique et de Marie Madeleine Josèphe dite Mélanie Vasseur, François Achille Bazaine entre en 1831 dans l'armée à la suite d'un échec au concours d'entrée à l'école Polytechnique. Il sert dans la Légion étrangère en Algérie, puis combat de 1835 à 1838 en Espagne contre les carlistes, avant de revenir à Alger où il dirige le district de Tlemcen. Il devient colonel de la Légion en 1850.

 

Bazaine s'illustre lors de la guerre de Crimée. Son courage lui vaut d'être élevé au rang de général de division. Il commande les troupes françaises dans l'expédition de Kinburln en 1859, est blessé à Melgrano, et prend une part non négligeable lors de la bataille de Solférino, ce pour quoi il sera élevé à la dignité de Grand Croix de la Légion d'Honneur.

 

Membre du contingent de légionnaires au Mexique, de 1862 à 1867, il s'empare de Puebla en 1863, et finit par remplacer le général Foyer à la tête du corps expéditionnaire. Il contraint le président mexicain, Benito Juárez, à la clandestinité. Ses qualités de commandement reconnues, il devient maréchal en 1864.

  • François Achille Bazaine. Campagne du Mexique

    François Achille Bazaine. Campagne du Mexique. Tableau de Jean-Adolphe Beauce. Source : wikipedia, libre de droit

  • Prison de Bazaine

    Prison de Bazaine. Source : SHD

Devenu veuf par le suicide de sa femme, il se remarie en 1865 avec une Mexicaine issue d'une riche famille proche du président déchu, qui l'incite à intriguer contre l'empereur Maximilien de Habsbourg. Face à l'intervention américaine, le corps expéditionnaire français est contraint de se retirer ; Bazaine restera avec ses hommes jusqu'au terme du rembarquement à Vera Cruz en 1867.

 

Bien que disgracié par Napoléon III à son retour en France, sa grande popularité lui octroie en 1869 le commandement de la garde impériale et en 1870 celui du troisième corps de l'armée du Rhin. L'armée allemande, supérieure numériquement, mieux équipée et entraînée, déborde rapidement l'armée impériale. Suite à la défaite de Spicheren, Bazaine décide de tenir une position stratégique. Son expérience coloniale est cependant inefficace. Indécis et inquiet, le maréchal se laisse enfermer dans Metz (18 août) par Constantin von Alvensleben qui lance, deux jours durant, deux corps de troupe à l'assaut de la place. Les renforts demandés tardent à arriver. Tiraillé entre le devoir d'obéissance à une hiérarchie, différant sans cesse les décisions liées à un pouvoir dans lequel il ne croit plus, et celui de se ranger du côté de la puissance venue "libérer la France d'elle-même", Bazaine décide d'attendre l'armée de Châlons du maréchal Mac-Mahon. Apprenant la reddition de Napoléon III à Sedan (2 septembre), il tente de se poser en médiateur de la France, perdant son temps à négocier dans ce dessein avec l'impératrice Eugénie, avant d'être finalement contraint à la reddition sans conditions le 27 octobre 1870. Les Allemands feront prisonniers 140 000 hommes de l'armée du Rhin.

 


En 1873, il est jugé, après instruction du dossier par Séré de Rivière, par un conseil de guerre présidé par le duc d'Aumale, condamné à la dégradation militaire et à la peine de mort. Gracié par Mac-Mahon, alors président de la République, il est interné pour vingt ans à l'île Sainte-Marguerite, dont il s'évade dans la nuit du 9 au 10 août 1874. Il gagne ensuite l'Espagne et s'installe à Madrid où il reçoit les égard du gouvernement d'Alfonse XII.

Il profitera de ses dernières années de vie pour écrire Épisodes de la guerre de 1870 et blocus de Metz (1883), ouvrage justifiant son attitude.

Sources : Michel Mourre, Dictionnaire encyclopédique d'histoire, Paris, Bordas, 1996 (978) ; Jean Tulard, Dictionnaire du Second Empire, Paris Fayard, 1995.
< Revenir à la liste des personnalités