Frédéric Bartholdi

1834 - 1904

Frédéric Auguste Bartholdi naît le 2 août 1834 à Colmar (Haut-Rhin). Dès son enfance passée à Paris, il affiche des dons artistiques, et son avenir se trace au fil des visites des ateliers et monuments de la capitale, parallèlement à ses études au sein du lycée Louis-le-Grand.

 

De 1843 à 1851, il fréquente l'atelier du peintre Ary Scheffer, et suit pendant les vacances scolaires passées à Colmar les leçons de dessins de Mr Rossbach.

 

En 1852, Bartholdi s'installe dans un atelier à Paris, et exécute l'année suivante pour sa ville natale une de ses premières commandes : une statue du général Rapp, inaugurée en 1856.

 

À 21 ans, il entreprend un voyage au Moyen-Orient, en Égypte et au Yémen.

Remontant le Nil, il découvre une riche civilisation, dont les monuments ont survécu au temps. Ce périple enrichissant de huit mois permet à Bartholdi de ramener des croquis, dessins et photographies, et surtout de confirmer sa vocation de statuaire.

 

En 1857, il présente un projet de fontaine qui remporte un concours organisé par la ville de Bordeaux, mais qui n'est concrétisé que 42 ans plus tard, à Lyon, sur la place des Terreaux.

 

De 1863 à 1869, il réalise à Colmar le monument Martin Schongauer et la fontaine dédiée à l'amiral Bruat, entreprend un second voyage en Égypte, et sculpte son Petit Vigneron, exposé au marché couvert de Colmar.

 

En 1870, il réalise une première maquette de la Statue de la Liberté éclairant le Monde. Pendant la guerre, il est officier de la garde nationale, puis aide de camp du général Garibaldi et agent de liaison du gouvernement. Blessé par la perte de l'Alsace-Moselle, Bartholdi dit lors d'une discussion avec son ami Edouard de Laboulaye: "je lutterai pour la liberté, j'en appellerai aux peuples libres. Je tâcherai de glorifier la République là-bas, en attendant que je la retrouve un jour chez nous". Attaché à la concrétisation de l'amitié Franco-Américaine, il part pour les Etats-Unis.

 

En 1872, il réalise "la malédiction de l'Alsace", et prépare un monument funéraire des Gardes nationaux tombés durant la guerre. En 1873, la statue de Vauban est inaugurée à Avallon. En 1874, il réalise des bas-reliefs pour l'église unitarienne de Boston.


En 1875, pour l'exposition de Philadelphie, il achève une fontaine, et accomplit également une statue de Champollion. Dès lors, avec la création du Comité de l'Union Franco-Américaine, il s'attache à la confection de la Statue de la Liberté éclairant le Monde.

 

La main et le flambeau sont achevés en 1876, et présentés pendant 5 ans à Madison Square. Pour la ville de New-York, Bartholdi réalise aussi cette année-là une statue de La Fayette.

 

En 1878, la tête de la future statue de la Liberté est visible à l'exposition universelle de Paris.

 

De 1879 à 1884, il réalise le monument Gribeauval à Paris, le Lion de Belfort, la statue de Rouget de Lisle à Lons-le-Saunier, et celle de Diderot à Langres.

 

Le 4 juillet 1884, la France remet aux Etats-Unis la statue de la Liberté éclairant le Monde. En 1885, une réplique de quelques mètres est installée sur l'île des Cygnes à Paris, tandis que sa grande soeur est embarquée à bord de "l'Isère". La statue New-Yorkaise est inaugurée le 28 octobre 1886, d'autres copies de l'oeuvre étant installées par la suite à Hanoï et à Bordeaux.

 

De 1888 à 1891, Bartholdi réalise à Colmar le monument Roesselmann et le monument Hirn, puis le monument Gambetta à Sèvres.

 

De 1892 à 1895, il présente à Paris deux oeuvres consacrées à La Fayette et Washington et une sculpture sur la Suisse secourant Strasbourg, tandis que l'exposition universelle de Chicago accueille une statue de Christophe Colomb.

 

En 1898 est inauguré le monument de Schwendi à Colmar.

 

En 1902, il réalise pour la place des Ternes à Paris une oeuvre consacrée aux Aéronautes de la guerre de 1870, les Grands soutiens du monde (visible dans la cour du musée de Colmar).

 

En 1903, il achève le monument consacré à Vercingétorix pour la ville de Clermont-Ferrand, sur les bases d'une maquette créée en 1870.

 

Malade, Frédéric Auguste Bartholdi meurt à Paris le 4 octobre 1904.

 

En 1907, sa veuve lègue la maison et les maquettes de l'artiste à la ville de Colmar, où un monument en son hommage est inauguré.

 

En 1912 se tient à Belfort l'inauguration posthume du monument des Trois Sièges.

 

Le musée Bartholdi ouvre ses portes en 1922, quatre années après le retour de l'Alsace-Moselle à la France.


Parmi ses oeuvres figure le monument du Sergent Hoff, Héros de la guerre de 1870, au cimetière du Père-Lachaise (division 4).

Source : Musée Bartholdi
< Revenir à la liste des personnalités