Henri Mathias Berthelot

1861-1931

Fils d'un capitaine de gendarmerie, Henri Berthelot est né le 7 décembre 1861 à Feurs, dans la Loire. À sa sortie de  Saint-Cyr, 4e de sa promotion, il opte pour la coloniale. Sous-lieutenant au 1er régiment de zouaves de Koléas, en Algérie, il part ensuite pour l'Indochine où il fait son baptême du feu. Lieutenant en 1886, il est fait chevalier de l'Ordre du Dragon d'Annam en juillet 1887. Une fièvre le ramène en France où il rejoint le 96e régiment d'infanterie à Gap.

 

Admis à l'École supérieure de guerre, il reçoit son brevet d'état-major et est promu capitaine en 1891. Il part alors en Autriche pour améliorer son allemand. Il devient officier d'ordonnance du général Joseph Brugère dans le 132e régiment d'infanterie à Reims puis au 8e corps d'armée à Bourges. Après avoir intégré le 2e corps d'armée à Amiens, il est réaffecté au 132e régiment d'infanterie à Reims en décembre 1897 puis muté au 115e régiment d'infanterie en juillet 1899.

 

Ayant rejoint le général Brugère, alors gouverneur militaire de Paris, il supervise l'organisation du pavillon de l'armée pendant l'exposition universelle de 1900. Nommé chef de bataillon en novembre de la même année, il accompagne en 1901, en tant qu'officier d'ordonnance de Brugère, le tsar Nicolas II à Reims.

 

En 1903, il devient commandant du 20e bataillon de chasseurs à pied de Baccarat. Rappelé par Brugère en janvier 1906, il est nommé au 2e bureau de la direction de l'infanterie en décembre. Lieutenant-colonel en mars 1907, il devient en octobre secrétaire du comité technique d'état-major. Promu colonel en 1910, il prend la tête du 94e régiment d'infanterie de Bar-le-Duc l'année suivante. En 1913, il intègre l’état-major de Joffre, chef d'état-major des armées. Prenant part à l’élaboration du Plan XVII, le plan de mobilisation et de concentration de l'armée française en cas d'entrée en guerre, il ne croit pas en un mouvement allemand à travers la Belgique.

 

En 1914, il est premier aide-major général du général Joffre chargé des opérations. En disgrâce suite aux échecs d'août, Berthelot reçoit son avis de mutation à la tête du 5e groupe de divisions de réserve le 21 novembre. En janvier 1915, il mène une offensive à Crouy, près de Soissons. Après de rudes combats, il est contraint de se replier au-delà des positions de départ.

 

Du 3 août 1915 au 19 septembre 1916, il commande le 32e corps d'armée (32e CA) ou "groupement Berthelot" qui prend part à l'offensive de Champagne en septembre-octobre. En mars 1916, le 32e CA est à Verdun où il doit reprendre le Mort-Homme et la cote 304. Le 32e CA quitte Verdun en juin pour servir dans les Vosges puis dans la Somme.

 

Le 14 octobre 1916, il est à la tête de la mission militaire française en Roumanie, forte de près de 2 000 officiers et sous-officiers. Il réorganise l'armée roumaine, lourdement défaite par l'Allemagne et résistant difficilement en Moldavie. Coupée des Alliée après le retrait de la Russie du conflit, la Roumanie signe l'armistice de Focșani le 9 décembre 1917.

 

Après son retour en France, le général Foch confie au général Berthelot le commandement de la 5e armée, du 5 juillet au 7 octobre 1918, qui participe aux batailles devant Reims et Epernay.

 

Le 7 octobre, il est rappelé à la tête d'une mission roumaine. Son rôle est tout autant diplomatique que militaire. L'armée roumaine modernisée et réorganisée, la Roumanie reprend les armes le 10 novembre, alors même que les empires centraux s'effondrent. Cette nouvelle intervention militaire permet à la fois de contenir la pression révolutionnaire russe dans les Balkans mais aussi de satisfaire certaines des revendications roumaines, notamment sur la Transylvanie et le nord du Banat.

 

Après la défaite allemande, il est chargé de combattre les bolcheviks russes en Bessarabie puis les bolcheviks hongrois en Transylvanie durant la guerre hungaro-roumaine de 1919. Il est ensuite gouverneur militaire de Metz jusqu'en 1922 puis de Strasbourg de 1923 à 1926.

 

Décédé à Paris en janvier 1931, il est inhumé à Nervieux dans le Forez, sa région natale.

 

Il était titulaire, notamment, de la Grand-croix de la Légion d'Honneur, de la Croix de guerre 1914-1918 avec trois palmes, de la Médaille militaire, de la Médaille interalliée 1914-1918 ainsi que de nombreuses décorations étrangères.

Ministère de la défense/SGA/DMPA
< Revenir à la liste des personnalités