Jean Degoutte

1866-1938

Jean-Marie Degoutte s'engage le 7 mars 1887 au 31e régiment d'artillerie et entre à Saint-Cyr en octobre 1888 avec la promotion du "Grand Triomphe". Il en sort 9e sur 435. Ayant choisi les zouaves, il sert pendant quatre ans en Tunisie.

 

Un acteur de l'aventure coloniale française

 

Il demande à faire partie de l'expédition de Madagascar en 1895. Contournant le refus de sa hiérarchie, il demande un congé de trois mois et rejoint une mission jésuite à bord d'un paquebot civil. Sur place lors du débarquement du corps expéditionnaire français, il offre ses services au général Dechesnes, lequel le met aux arrêts pendant trente jours. Le jeune officier Degoutte doit alors son salut au colonel Bailloud, directeur des étapes de l'expédition, qui convainc sa hiérarchie de l'utilité de ses connaissances de la langue malgache.

 

Il retourne en Tunisie en mars 1896 pendant trois ans. En 1899 il est admis à l'Ecole supérieure de Guerre dont il sort breveté. En 1900, Baillaud l'intègre au corps expéditionnaire de Chine. Il est cité deux fois à l'ordre du corps. A nouveau en Afrique du Nord, il est officier d'ordonnance du général commandant la division d'Alger en janvier 1905, puis auprès du général commandant le 20e corps l'année suivante.

Fin 1906, il revient aux zouave en tant que chef de bataillon avant de rejoindre l'état-major de division d'Alger trois ans plus tard. De février 1911 à décembre 1912 il prend part aux opérations du Maroc occidental en tant que directeur des étapes.

 

Le héros de 14-18


A son retour en France, promu lieutenant-colonel, il suit les cours du Centre des Hautes Etudes Militaires. Sous-chef puis chef d'état-major du 4e corps de février à mars 1914, il s'illustre au cours des combats et est nommé colonel le 1er novembre de la même année avant d'être Officier de la Légion d'Honneur le 10 avril 1915.

Désigné comme chef d'état-major après les attaques de septembre 1915 en Champagne. Général de brigade le 25 mars 1916, il prend en août le commandement des troupes marocaines. Le corps s'illustre dans la Somme, en Champagne et à Verdun, actes qui lui valent deux citations et la cravate de Commandeur de la Légion d'Honneur.

Général de division en septembre 1917, il dirige le 21e corps de la 6e armée du général Maistre. Il participe à l'offensive de la Malmaison qui aboutit à la chute du Chemin des Dames, ce qui lui vaut une nouvelle citation à l'Ordre de l'Armée.

Le 10 juin 1918, dirigeant la 6e armée, il enraye l'avancée allemande sur la Marne, et entreprend avec le général Mangin, le 15 juillet 1918, l'attaque qui marque le début de la campagne de France. Il libère Château-Thierry, refoule les Allemands sur La Marne sur l'Ourcq et à La Vesle.

En septembre, il est désigné comme major général auprès du roi des Belges. Il conduit alors l'offensive des Flandres, enlèvant la crête de Passchendaele et reprenant le sud de la Belgique avec des troupes belges, britanniques et françaises.

La guerre terminée, promu Grand Officier de la Légion d'Honneur, il est chargé de rédiger, sous la direction de Foch, les clauses du Traité de Versailles.

 

L'homme incontournable du Conseil de Guerre


Nommé commandant de l'armée du Rhin en octobre 1919, il entre en janvier 1920 au Conseil supérieur de Guerre.

Il procède en 1923 à l'occupation de la Ruhr jusqu'à l'évacuation totale en 1925. Ses mérites le font accéder au rang de Grand Croix de la Légion d'Honneur en 1923. Il reçoit la médaille militaire en 1928.

 

Laissé en activité, il influence les choix stratégiques de défense du territoire au Conseil supérieur de Guerre.

L'organisation de la ligne de défense des Alpes occupe ses dernières années.

Source : Mindef/SGA/DMPA
< Revenir à la liste des personnalités