La France en Afghanistan

L’attaque des tours jumelles du World Trade Center le 11 septembre 2001 porte les regards de la communauté internationale sur l’Afghanistan, pays marqué par une succession de guerres violentes. En effet, c’est là que les États-Unis ont localisé le chef d’Al-Qaïda, Ben Laden, à qui le régime des talibans offre la protection.

Dès le 18 septembre, le Président Chirac assure la Maison Blanche du soutien des armées françaises, qui sont d’emblée engagées (d’abord dans le cadre de l’opération sous commandement américain "Enduring Freedom" puis sous l’égide de l’OTAN dans la Force internationale assistance), avec pour objectifs de chasser les talibans de Kaboul, détruire les camps d’entraînement d’Al Qaïda et permettre la constitution d’une force de défense afghane. L’armée de Terre déploie dès le 15 novembre un contingent de forces spéciales dans le massif de Tora-Bora et ses zones tribales. À la fin du mois de décembre, un bataillon interarmes (21e régiment d’infanterie de marine), initialement dans la région de Mazar-e-Sharif, se déploie sur l’aéroport de Kaboul. Le premier mandat de l’opération "Pamir" débute par la longue mission de contrôle de zone de la capitale et de ses approches septentrionales (plaine de Shamali). En 2003, nos forces spéciales opèrent également dans la région de la frontière pakistanaise, à Spin Boldak (opération "Ares").

 

Si les opérations de combat sont peu nombreuses lors des premières années (à l’exception des incursions spéciales dans les zones refuges), la situation se durcit en 2005. Armés et financés par les trafics, les "insurgés" montent en puissance. La Force internationale d’assistance à la sécurité (ISAF) est contrainte de se "muscler" et la France n’est pas en reste. 2006 est une année jalon dans cette mission exigeante. La responsabilité de la Région Commandement-Capitale (formation militaire prenant part à l’ISAF) confiée à la France correspond ainsi à notre réintégration dans le commandement intégré de l’OTAN.

 

Complétant la formation dispensée dans le cadre de l’opération "Epidote", des équipes de mentors sont engagées aux côtés des unités afghanes pour assurer leur formation au combat mais aussi pour les accompagner lors de leurs actions. À partir de 2010, nous armerons ainsi sept des trente-six OMLT (Operational Mentoring and Liaison Teams) en encadrant les bataillons de la 3e brigade du 201e corps.

 

De surcroît, le contingent français bascule son centre de gravité plus à l’est dans la région de la Surobi. Le sommet de l’OTAN à Riga, en 2008, concrétise plus encore cette consolidation et un bataillon français est déployé dans la très délicate vallée de la Kapisa (centré sur Tagab). C’est dans le sillage de cet ajustement du dispositif que survient le coup de tonnerre de l’embuscade d’Uzbin, le 18 août 2008, au cours de laquelle dix soldats français du 8e régiment de parachutistes d’infanterie de marine (RIMa) et du 2e régiment étranger de parachutistes tombent sous le feu d’insurgés bien retranchés. 21 autres sont blessés au combat. Premier acte d’une véritable "montée en gamme" des actions de feu, ces combats ont donné lieu, de la part de nos armées, à des actes que beaucoup ont qualifié d’héroïques.

 

Dès lors, le "creuset" afghan verra passer plus de 70 000 soldats français, certains à plusieurs reprises. 2009-2011 correspond au point culminant de l’engagement de nos forces terrestres, marqué par le volume de soldats déployés (4 000 en 2010) mais aussi par la projection des matériels les plus modernes et efficaces sur tout le spectre de l’armement terrestre (VBCI, hélicoptère de combat Tigre) sans négliger les appuis qui, légitimement au cœur de la manœuvre interarmes, gagnent dans les vallées afghanes de nouvelles lettres de noblesse. Sapeurs et artilleurs rivaliseront de sens de l’engagement, les uns face à la menace croissante des engins explosifs improvisés, les autres appuyant du feu de leurs mortiers ou de leurs canons les unités au contact, souvent à courte distance dans la "zone verte".

 

Les combats d’Alasay (opération "Dinner Out" durant le mandat du 27e bataillon de chasseurs alpins (BCA)), du sud de la vallée de Tagab (mandats des 21e RIMa et 126e régiment d’infanterie (RI)), ceux menés dans la passe de Jangali (opération "Rumbling" lors des mandats des 2e RIMa et 7e BCA) ou encore ceux conduits lors du désengagement des postes en Surobi (mandat du 92e RI) sont représentatifs du niveau élevé d’engagement de nos soldats en Afghanistan.

 

À partir de 2012, nos forces se retirent progressivement de Kapisa et Surobi vers Kaboul. Les OMLT continuent d’opérer aux côtés des soldats afghans, au sein desquels s’infiltrent des terroristes, ouvrant le feu sur les forces au cœur des installations (comme le 20 janvier 2012 sur la base avancée de Gwan).

 

Cet engagement a consacré à la fois le "retour de la guerre", l’émergence de nouveaux matériels et capacités, et la sanctuarisation des fondamentaux dans la préparation opérationnelle. L’armée française a perdu 89 soldats sur cette terre afghane et plus de 700 ont été meurtris dans leur chair au cours d’un engagement charnière.

 

Chef de bataillon Rémi Scarpa - Commandement des écoles du combat interarmes, École d’état-major

  • Afghanistan, 2009. © S. Dupont/ECPAD

 


 

Témoignage

Colonel Sébastien M.

(Armée de l’Air, Afghanistan)

 

"Lorsqu’en 2009, je me pose pour la première fois sur l’ancienne base russe de Bagram, le ballet incessant d’avions de tous types reflète l’immense besoin d’appui aérien au profit des milliers de soldats de la coalition déployés dans le nord du pays. J’ai dès lors l’immense responsabilité de commander le détachement de drones Harfang de l’armée de l’Air, que la France a décidé d’envoyer en Afghanistan pour renforcer la protection des troupes alliées, à la suite de l’embuscade d’Uzbin qui s’est soldée par 10 tués et 21 blessés français en août 2008.

Les missions de renseignement, de surveillance et d’appui des troupes au sol vont dès lors rythmer notre vie, jour et nuit, pour traquer sans relâche les groupes talibans dans le nord-est de l’Afghanistan. Fin 2009, la recherche de deux journalistes français enlevés en Kapisa signait le début d’une coopération prometteuse avec les forces spéciales. De mes cinq détachements en trois ans, je retiens les vies des frères d’armes sauvées grâce à nous... c’est l’essentiel."

 


 

Témoignage

Caporal-chef Roland J.

(Armée de Terre, Afghanistan)

 

"Projeté en Afghanistan en 2009, je découvre là-bas une atmosphère bien différente des autres théâtres d’opérations. Le danger est palpable devant ce combat asymétrique mené contre un ennemi mouvant et désincarné qui nous oblige à une concentration de chaque instant. Chargé de l’acheminement et du dispatching du matériel, je dois assimiler en peu de temps des informations très diverses (règles de sécurité, consignes de travail, itinéraires, etc.). Régulièrement, je pars décharger les Antonov (avions-cargos) à l’aéroport pour livrer le matériel aux différentes unités.

 

Le rythme des missions est intense sans compter le risque permanent d’essuyer des tirs ou de sauter sur des mines. On sait qu’une simple erreur peut nous coûter la vie. Mes sept mois en Afghanistan m’ont profondément marqué. De nombreux camarades ont été blessés, certains sont morts... À mon retour, il m’a fallu plusieurs semaines pour perdre le réflexe de chercher mon gilet pare-balles, fidèle compagnon de ces longs mois passés là-bas."