Partager :

 

LANGUEDOC-ROUSSILLON

 

 

 

AUDE (11)

 

 

  • Narbonne-Plage

 

 

Stèle et plaque en mémoire des Pieds-Noirs et des Harkis

 

Plaque commémorative en mémoire des Pieds-Noirs et des Harkis

 

 

Près du port de Narbonne-Plage, sur un petit promontoire, une stèle réalisée par le sculpteur Jacques Duault et érigée en mémoire des Pieds-Noirs et des Harkis dans le cadre du cinquantenaire de leur rapatriement, a été dévoilée le samedi 22 décembre 2012, ainsi que la plaque commémorative située à proximité. Il s’agit d’une vague de pierre qui a pour toile de fond la mer Méditerranée par laquelle des milliers de Pieds-Noirs et de Harkis étaient arrivés sur les côtes narbonnaises, il y a maintenant cinquante ans, avant de s’installer dans la région.

L’inscription de la plaque est la suivante :

« Ce monument rend hommage aux populations venues

depuis l’Antiquité, d’horizons divers sur les rives de la

Méditerranée. Elles ont contribué à forger le caractère

singulier de Narbonne

Il y a 50 ans, nos compatriotes d’Afrique du nord

ont accosté sur ce rivage, enrichissant la Narbonnaise

et participant à son expansion.

La Vague par Jacques Duault – 2012

Sculpture inaugurée le 22 décembre 2012

par Jacques Bascou

Maire de Narbonne, député honoraire »

 

 

 

 

  • Port-Leucate

 

 

Stèle et plaque

 

 

Le dimanche 20 mai 2012, s’est déroulée, sur l'esplanade du miroir d'eau à Port-Leucate, l’inauguration d'un monument réalisé par Patrick Chappert-Gaujal et dédié à la mémoire des rapatriés et des harkis. Cette stèle qui mêle le métal et la pierre commémore leur arrivée à Leucate qui, comme beaucoup de villes du littoral, les a accueillis il y a cinquante ans. La plaque jointe porte l’inscription suivante : « En hommage aux Français d’Afrique du Nord et aux Harkis ».

 

 

 

  • Pujol de bosc

 

 

 

 

 

 

 

Dans le département de l'Aude, afin d’accueillir des harkis accompagnés de leurs familles, trois hameaux de forestage furent créés à La Pradelle, à Saint-Martin-des-Puits et à Pujol-de-Bosc. Dans ce dernier cas, en 1962, Charles Huc, maire de Villeneuve-Minervois, fut contacté par Vitalis Cros, natif de cette commune, alors préfet de police à Alger, puis par le préfet de l'Aude. Il lui fut demandé d'organiser l'installation de quarante familles dans ce hameau désert depuis 1930, situé sur les hauteurs, à sept kilomètres au nord de Villeneuve-Minervois. Les familles s’établirent dans le hameau, nettoyèrent et remirent en état les maisons, l'électricité et l'eau potable ayant été installées. Ces familles travaillèrent des parcelles pour y faire pousser des légumes, et les commerçants montèrent, une à deux fois par semaine, pour assurer le ravitaillement ; une petite épicerie fut d’ailleurs créée par la suite. Une école préfabriquée fut construite et équipée, et deux enseignants y furent affectés. Les hommes furent employés à des travaux de reboisement en liaison avec l'office national des forêts (ONF).

Le hameau fut fermé durant la période 1977-1978, les familles s'installant alors, en règle générale, dans les villages environnants comme Villeneuve-Minervois, Caunes-Minervois et Laure-Minervois, où elles résident toujours.

Le 1er octobre 2011, une stèle (voir photographie stèle), comportant une plaque (voir photographie plaque), a été inaugurée en mémoire des harkis de Pujol-de-Bosc, à l'initiative de l'association Véritas. Elle se trouve à l’entrée du hameau.

 

 

 

 

GARD (30)

 

 

  • Bagnols-sur-Ceze

 

 

 

 

 

 

 

 

Rond-point dédié aux anciens combattants d’Afrique du Nord et aux harkis inauguré le 22 janvier 2002 par la municipalité de Bagnols sur Cèze. C’est la section du Gard de l’Union nationale des combattants qui est à l’origine de cette plaque.

L’inauguration s’est déroulée en présence du directeur de cabinet du préfet, de Monsieur Roger ROMANI, ancien ministre chargé des relations avec le parlement,  du maire de nombreux élus, d’un détachement du 1er régiment étranger du génie et des représentants des associations d’anciens combattants.

Ce rond-point est situé à l’intersection de l’avenue du 8 mai 1945 et de l’avenue du commando VIGAN-Braquet.

 

 

 

  • Beaucaire

 

 

 

 

 

 

 

La plaque apposée sur le monument aux morts de la ville de Beaucaire par la municipalité a été inaugurée le 25 septembre 2012. Le monument aux morts se trouve à l’entrée du cimetière.

 

 

 

  • Nîmes

 

 

 

 

La plaque a été apposée par la municipalité de Nîmes sur le monument à la mémoire des rapatriés. Ce monument est situé dans l’enceinte du cimetière du PONT de JUSTICE. Elle a été inaugurée le 24 septembre 2012, année du cinquantième anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie.

 

 

 

 

Cette plaque a été apposée en 2001 sur le monument aux morts de la ville de Nîmes, par la préfecture du Gard. L’installation de cette plaque répondait à la demande du secrétaire d’Etat à la Défense chargé des anciens combattants qui avait souhaité que dans certains départements les lieux de mémoire harkis soit matérialisés.

Les associations d’anciens supplétifs étaient tombées d’accord pour que cette plaque soit apposée sur le monument aux morts et inaugurée le 25 septembre 2001 dans l’attente qu’une stèle soit érigée à l’emplacement de l’ancien camp de Saint Maurice l’Ardoise.

 

 

 

  • Saint-Laurent-les-Arbres

 

 

 

 

 

 

En 2001 les associations représentatives des anciens combattants harkis ont accepté que la plaque matérialisant les lieux de mémoire harki soit apposée sur le monument aux morts de la ville de Nîmes en attendant qu’une stèle soit érigée à l’emplacement de l’ancien camp de Saint Maurice l’Ardoise.

 

A la demande du préfet du Gard le service départemental de l’ONAC a été chargé de mener le projet à terme : obtention de l’autorisation d’occupation temporaire du domaine public de la défense au profit de la commune de Saint Laurent des Arbres, financement de la stèle, organisation de la cérémonie inaugurale.

Le service départemental de l’ONAC a été soutenu tout au long de cette opération par l’Union Nationale des Combattants (UNC) et par son président départemental de l’époque, le colonel Michel ALZINGRE.

L’inauguration a eu lieu le 13 juin 2003 en présence du préfet, des autorités civiles et militaires, des anciens combattants et d’une très importante délégation de la communauté harki.

Le 25 septembre 2012, à l’occasion du 50ème anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie, les associations harkis ont souhaité mettre en valeur cette stèle en l’entourant de 4 oliviers (symbole de paix) et en implantant un mât sur lequel flotterait en permanence le drapeau français. L’inauguration de ces aménagements a eu lieu le 25 septembre 2012.

 

 

 

  • Saint-Maurice-l'Ardoise

 

 

Le site du camp de Saint-Maurice-l'Ardoise fut, durant le second conflit mondial, celui d'un camp militaire de prisonniers de guerre.

C'était un camp militaire quand, vers la fin de la guerre d'Algérie, les premiers Harkis, rejoints par leurs familles, arrivèrent sur la commune de Nîmes. En juin 1962, ils gagnèrent les campements de toile du camp de Saint-Maurice-l'Ardoise dont l'effectif compta jusqu'à 5 400 personnes.

Après la construction de bâtiments en briques, sa gestion passa du ministère des affaires sociales à celui de l'intérieur, puis, en 1975, à celui du travail.

Fermé en 1977, le camp, dont aucun vestige n'a subsisté, est devenu propriété du ministère de la défense;

 

 

 

  • Vauvert

 

 

 

 

 

 

 

 

La plaque est apposée sur le monument aux morts qui se trouve à l’intérieur du cimetière. La date d’inauguration n’a pas été précisée par la mairie.

 

 

 

 

HERAULT (34)

 

 

  • Agde

 

Photo stèle Agde, SD ONACVG 34

 

 

Plaques apposées sur la stèle à Agde, photo SD ONACVG 34

 

 

 

Stèle érigée sur le Rond-point Fourestier, boulevard Jean Monnet à Agde (34300)

La stèle a été inaugurée le 22 septembre 2003 à l’initiative du maire, Gilles D’ETTORE, du conseil municipal et des associations patriotiques de la ville d’Agde, en présence de Monsieur KOEGLER, sous préfet de Béziers et de Djebabla BELHAMICI (association Harkis).

La raison invoquée est un « devoir de mémoire envers nos frères d’armes ».

 

 

 

 

  • Beziers

 

 

 

 

 

 

 

Ramenées en 1966 à l'initiative d'une amicale de rapatriés sétifiens, les plaques portant les noms des "morts pour la France" de la paroisse Ste Monique de Sétif  et de Ste Germaine de Bordj Bou Arreridj, se situent dans le cimetière neuf (le monument aux morts de Sétif ayant disparu à Bougie alors qu'il devait être rapatriés en France). La présence précoce de tombes musulmanes et de stèles font de ce cimetière un espace commémoratif.

 

Cimetière Neuf de Béziers : Adresse : Route de Corneilhan 34500 Béziers

 

 

 

  • Castelnau le Lez

 

Stèle cimetière Castelnau le Lez. Photo SDONACVG34

 

 

Stèle Castelnau le Lez. Photo SDONACVG34

 

Stèle cimetière de la Crouzette, Castelnau le Lez (34170), avenue du Jeu de Mail.
Stèle inaugurée en 2006, à l’initiative de l’Association Femmes, Filles d’anciens combattants Harkis représentée par Mme Dalila Nacéri en partenariat avec la mairie de Castelnau-le-Lez.

 

 

 

 

  • Caux

 

Plaque apposée sur le monument aux morts. Photo Souvenir français, section de Caux

 

Monument aux morts de Caux sur lequel est apposée la plaque. Photo Souvenir français, section de Caux

 

 

Monument aux morts de Caux sur lequel est apposée la plaque. Photo Souvenir français, section de Caux

 

 

Plaque apposée sur le Monument aux Morts de Caux (34720)
 

Plaque inaugurée le 11 novembre 2006, à l’initiative de la section locale du Souvenir français, propriétaire de la plaque en présence de Raymond Gineste, président du Souvenir français, de Mohamed Bokhtache, président de la communauté des Harkis de l’Hérault et d’Albert Sauvanet, représentant des Harkis de Saint Pons.

 

Plaque Monument aux morts, cimetière de Caux (34720), angle de l’avenue de Pézenas et du Chemin de Maro

 

 

 

 

 

  • Cournonterral

 

 

 

 

 

 

 

 

Monument Aïn El Turck

A l’angle de l’allée du Lac et de la rue du Héron bleu 34660 Cournonterral

 

 

 

  • Jacou

 

 

 

 

Stèle située Square de la République, rue de l'Hôtel de Ville (face à la mairie) inaugurée en 2003, à l’occasion de la cérémonie pour célébrer le 20ème anniversaire de la création de l’association des anciens combattants de Jacou. En mémoire des victimes de la guerre d’Indochine, d’Afrique du nord, des opérations extérieures, des Harkis et des victimes civiles (veuves et orphelins de guerre)

 

 

 

  • Lodève

 

 

Plaque apposée sur le monument aux morts Paul Dardé. Photo Section locale UNC

 

 

Plaque apposée sur le monument aux morts Paul Dardé. Photo Section locale UNC

 

 

Monument aux morts de Lodève avec plaque sur le côté gauche. Photo mairie de Lodève

 

 

Plaque apposée sur le Monument aux morts de Lodève (34700)

Plaque inaugurée le 25 septembre 2001 à l’initiative du maire de l’époque Robert Lecou.

 

Plaque monument aux morts de Lodève (34700) situé au Monument aux morts Dardé, allée de la Résistance.

 

 

 

 

  • Montpellier

 

 

 

 

 

 

 

 

Plaque apposée sur le Monument aux morts de toutes les guerres de Montpellier

Plaque apposée en 2008 par la mairie de Montpellier à la demande de présidents d’associations de supplétifs et leurs familles, de présidents d’associations d’anciens combattants d’Afrique du Nord et des vice-présidents du conseil départemental pour les anciens combattants et victimes de guerre et la mémoire de la Nation.

 

Une première plaque, dédiée aux Harkis et apposée sur le monument aux morts de Mostaganem sur le site de l’Ecole d’Application d’Infanterie (EAI) de Montpellier, répondait à la volonté en 2001 de privilégier l’apposition de plaques sur « les lieux de mémoire » particuliers que constituent les monuments aux morts communaux rapatriés d’Algérie.

Cette plaque devait faire l’objet d’un déplacement compte tenu de son manque d’accessibilité et des projets de réaménagement du site de l’EAI.

 

Dans l’attente, la création d’une nouvelle plaque s’est imposée et elle a été installée sur le monument aux morts de toutes les guerres de Montpellier en 2008 et était en place pour l’hommage national aux Harkis le 25 septembre de cette année là.

 

 

Photo de 1983. Photo SD ONACVG 34

 

 

Plaque apposée à l’entrée du zoo du Lunaret, Montpellier. Photo SD ONACVG 34

 

 

Plaque apposée au Zoo du Lunaret à Montpellier (34090)

Plaque inaugurée le 24 mars 2011 par le maire de Montpellier en présence des familles des anciens combattants Harkis et des associations sur décision municipale et à l’initiative d’associations oeuvrant à la mémoire des Harkis.

A partir de 1964, une cinquantaine de Harkis participent à la construction du futur parc zoologique de Montpellier. Nombreux continueront à y travailler après sa construction.

La plaque rend hommage à leur implication dans l’existence du zoo.

 

Plaque, zoo du Lunaret à Montpellier, 50 avenue d’Agropolis 34090 Montpellier.

 

 

 

 

  • Plô de Mailhac

 

 

 

 

 

 

 

 

Stèle érigée à l’emplacement de l’ancien hameau forestier du Plô de Mailhac, à une dizaine de kilomètres de Saint Pons de Thomières (34220)

La stèle du Plô de Mailhac a été érigée le 4 juin 2011 à l’initiative de l’association des Harkis du pays Saint-Ponais et avec le concours de la mairie de Saint Pons de Thomières.

 

Le hameau forestier n’a fait l’objet à ce jour d’aucun travail historique précis, seuls quelques témoignages de familles y ayant vécu ont été recueillis à l’occasion de cérémonies commémoratives.

Le camp a existé entre 1963 et 1974. Pour l’érection de la stèle, l’association a obtenu de l’Office national des Forêts le nom des 139 chefs de famille afin de pouvoir les inscrire sur la stèle.

 

Une cérémonie est organisée tous les ans le 1er samedi du mois de juin.

 

Stèle du Plô de Mailhac, ancien hameau forestier, Route de Ste Colombe 34220 St Pons de Thomières.

 

 

 

 

  •  St Pons de Thomières

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Monument érigé place du foirail à Saint Pons de Thomières (34220)

Le monument a été inauguré le 25 septembre 2001 à l’initiative de l’association des Harkis du pays Saint-Ponais, en partenariat avec la mairie de Saint Pons de Thomières.

Une cérémonie y est organisée chaque année le 25 septembre.

 

Monument St Pons de Thomières, Place du foirail 34220 St Pons de Thomières.

 

 
 
 
 
  • Villeneuve-les-Maguelone

 

 

 

 

 

 

 

 

Stèle dédiée à la mémoire des Harkis, dévoilée le 25 septembre 2013 lors d'une cérémonie d'hommage de la commune de Villeneuve-les-Maguelone.

 

 

 

 

LOZERE (48)

 

 

  • Mende

 

 

 

 

Square Emile-Joly

Inscription : « HONNEUR AUX HARKIS

HONNEUR AUX COMBATTANTS MORTS POUR LA FRANCE

LA PATRIE RECONNAISSANTE »

 

Plaque érigée à l’initiative de la municipalité de Mende, inaugurée le 25/09/2010 en présence du préfet et des représentants de la mairie de Mende, du  conseil général et régional ainsi que des membres de la communauté Harki.

 

 

 

 

 

  • Prévenchères et Pourchasses

 

Historique :

En juillet 1963, 210 Harkis et famille sont conduits au camp de forestage de l’actuel village de gîtes « Les châtaigniers du village » à Pourcharesses. La totalité des hommes de ce hameau travaillera pour l’Office National des Forêts. Le hameau comporte 50 baraques et s’étend sur les communes de Villefort, Pourcharesses et Prévenchères. Le camp de forestage est fermé à l’été 1966.

 

 

  • Prévenchères - Plateau du Roure

 

 

Inscription :  « BEATA VIRGO MARIA HARKIS 1962 »

 

Erigé en septembre 1993, le monument n’a pas pour but d’honorer la mémoire combattante. C’est un hommage au travail accompli par les Harkis au sein de l’Office National des Forêts. Il a été sculpté par Mme PERSET.

 

 

 

 

 

 

  • Pourcharesses

 

 

Erigé et inauguré en juin 2010. Hommage aux Harkis du hameau forestier du Pouget. Sculpté par M. Gauzy.

 

 

 

 

 
 
 

PYRENEES ORIENTALES (66)

 

 

 

  • Perpignan

 

 

 

 

 

 

 

 

 Stèle du cimetière du Haut Vernet, 892, avenue du Languedoc à PERPIGNAN (66000)

 

Erigée à l’initiative de M. Djelloul MIMOUNI, président de l’Association Justice, Réparation et Information 66 (AJIR 66), cette stèle a été inaugurée le 25 novembre 2011.

Œuvre du sculpteur Gérard VIE, elle rend hommage aux sacrifices consentis pour la France par les Harkis.

Texte de la plaque : "En hommage aux sacrifices consentis pour la France – Honneur aux Harkis"

 

 

Il existe également une stèle à Salleilles

 

 

 

 

  • Port-Vendres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plaque de Port-Vendres : La Redoute Béar – Monument de Sidi Ferruch à PORT-VENDRES (66660)

 

Le monument de Sidi-Ferruch rapatrié d’Algérie et réinstallé à Port-Vendres, a été choisi en 2001 afin d’accueillir la plaque portant l’inscription :

 

« Journée d’hommage national aux Harkis

La république Française témoigne sa reconnaissance envers les rapatriés anciens membres des formations supplétives et assimilés ou victimes de la captivité en Algérie pour les sacrifices qu’ils ont consentis »

Loi du 11 juin 1994 art. 1er

 

Elle a été inaugurée le 25 septembre 2001.

 

 

 

  • Rivesaltes

 

 

 

 

 

 

 

 

 Stèle du camp de Rivesaltes : Espace Mémoire du Camp de Rivesaltes – Camp Joffre – route d’Opoul à RIVESALTES (66600)

 

Cette stèle, à la mémoire des anciens membres des formations supplétives qui furent rapatriés dans des conditions difficiles en 1962 et hébergés au camp de Rivesaltes dès leur arrivée en France, a été érigée à l’initiative de l’Association de l’Amitié Française et Africaine des Pyrénées-Orientales. Elle a été inaugurée le 2 décembre 1995.

Dédicace "Honneur aux Harkis" entourant le visage stylisé d'un harki.

Matériau : pierre de Baixas (2,50 x 1,20 x 0,50) – marbrerie Bergès

 

Dans le cadre de la journée nationale d’hommage aux Harkis, une plaque portant l’inscription :

 

« Journée d’hommage national aux Harkis

La république Française témoigne sa reconnaissance envers les rapatriés anciens membres des formations supplétives et assimilés ou victimes de la captivité en Algérie pour les sacrifices qu’ils ont consentis »

Loi du 11 juin 1994 art. 1er

Cette plaque a  été apposée sur la stèle et dévoilée le 25 septembre 2001.