Le monument national de la gendarmerie

Partager :

Ce monument est érigé en 1935, en hommage à l'action des gendarmes.

 

En 1935, afin de rendre hommage à l'action des gendarmes, militaires et personnalités publiques se sont associés pour étudier et proposer l'érection d'un monument.

Après avoir collecté les fonds nécessaires à la réalisation de ce projet et obtenu la cession gratuite d'un terrain sur la commune de Versailles, un concours d'architecte a été organisé et remporté par MM.Nicod et Auzelle. La statue a été réalisée par M.Rispal. Les travaux prirent fin en novembre 1941. Les circonstances ne permirent cependant l'inauguration officielle du monument qu'en 1946.

  • Le monument national de la gendarmerie de nuit

    Le monument national de la gendarmerie de nuit. Photo Jean-Pierre Le Padellec

  • Le monument national de la gendarmerie

    Le monument national de la gendarmerie. Source : Photo Jean Charles Guegan

Source : MINDEF/SGA/DMPA

 

 

Le monument érigé à Versailles en l'honneur de la Gendarmerie comporte une majestueuse statue centrale, encadrée de deux pylônes carrés massifs, de 12 mètres de hauteur et de 3 mètres de côté, assez espacés pour ne pas masquer la façade de l'église Saint Antoine de Padoue qui le domine à l'horizon.

 

Autour de ces pylônes sont harmonieusement disposés des groupes qui résument l'histoire même de la Gendarmerie française.

La grande statue de 4 mètres de hauteur, d'une magnifique allure, symbolise la Force au service de la Loi. Elle s'appuie de la main droite sur un bouclier, évoquant ainsi la protection que la Gendarmerie, au service de l'Ordre et de la Justice, étend sur le pays et sur les citoyens. L'autre bras présente un puissant geste de volonté traduisant l'énergie avec laquelle les vaillants soldats de l'arme d'élite accomplissent leur devoir.

Chacun des groupes représente des gendarmes de notre époque, accompagnés d'ancêtres dans l'arme, ayant appartenu à d'autres moments de l'histoire : Louis XV, Révolution, Premier Empire, Conquête de l'Algérie. Guerre de 1914, Chars d'assaut, gendarmes et gardes contemporains.

Enfin, sur les faces latérales, à gauche, un gendarme à cheval de 1880 et à droite, un garde républicain à cheval de 1936.


Les uniformes, minutieusement exacts ont été reconstitués d'après les costumes du musée de l'armée et les données du chef d'escadron de gendarmerie Bucquoy. docteur ès-lettres, directeur de la revue " Le Passepoil ", et spécialiste de l'étude des uniformes militaires de l'Europe.

Aux pieds de la statue, un hypogée couronné d'un bouclier de bronze doit recueillir les cendres de Le Gallois de Fougières, prévost des maréchaux de France, tué à la bataille d'Azincourt (1415) et inhumé, depuis lors, à proximité du terrain de la lutte, dans l'église d Auchy-Ies-Hesdin (Pas-de-Calais).

 


Le monument se situe à Versailles Place de la loi 78000 Versailles

 

 

Partager :