Les combats de l'armée française septembre 1939 - juin 1940

Ouvrage collectif
Cette brochure évoque les combats terrestres, aériens et maritimes de l'armée française entre septembre 1939 et juin 1940.

Lorsqu' Adolf Hitler accède au pouvoir, en janvier 1933, ses principaux objectifs sont connus : la révision des traités de paix et la réunification des Allemands de souche au sein d'une Grande Allemagne. En mars 1935, au mépris du traité de Versailles, l'Allemagne procède au réarmement. Un an plus tard, la Rhénanie est remilitarisée. Un temps isolé, le régime nazi se rapproche de l'Italie fasciste au moment de la guerre d'Ethiopie (1935) et de la guerre d'Espagne (1936), puis du Japon impérialiste. Par la suite, l'annexion de l'Autriche en 1938, le dépècement de la Tchécoslovaquie suivi de la constitution d'un protectorat allemand en Bohême-Moravie, mettent la France et la Grande-Bretagne au pied du mur face à une Allemagne qui a définitivement choisi le parti de la guerre. En 1939, Adolf Hitler, encouragé par la faiblesse des démocraties, se tourne vers la Pologne, exigeant la ville libre de Dantzig. Conscientes du danger et du caractère inéluctable de l'affrontement, la France et la Grande-Bretagne adoptent enfin une politique intransigeante, garantissant les frontières des pays menacés par le IIIe Reich : Pologne, mais aussi Roumanie, Pays-Bas et Belgique.

Dès lors, la position de l'Union soviétique devient déterminante. Les démocraties ont engagé des négociations avec Staline mais, le 23 août 1939, Berlin et Moscou concluent un pacte de non-agression, dont le protocole secret prévoit le partage de la Pologne et des Etats baltes (Lituanie, Lettonie et Estonie). La Grande-Bretagne et la France doivent choisir entre la guerre et une nouvelle reculade. Le 28 août, le Fûhrer formule des exigences inacceptables : notamment, le retour au Reich de Dantzig et d'une partie de la Haute-Silésie. En réponse, la Pologne déclenche la mobilisation générale. Le 31, Mussolini propose une conférence, mais les dés sont jetés. Le lendemain, à l'aube, la Wehrmacht, prétextant une agression, attaque la Pologne. En France, la mobilisation générale est décrétée. Le 3 septembre 1939, aucune réponse n'ayant été donnée à l'ultimatum franco-britannique exigeant le retrait des troupes allemandes, la Grande Bretagne, puis la France, déclarent la guerre à l'Allemagne...

Les combats de l'armée française septembre 1939 - juin 1940 Brochure publiée et vendue par la DMPA - Tél. 01.44.42.16.49 Prix : 5 €

Auteur :
Ouvrage collectif
Editeur :
DMPA
Source : MINDEF/SGA/DMPA