Les Eparges

 

La crête des Eparges fut l'enjeu de combats acharnés où périrent des dizaines de milliers d'hommes...

 

 

Des empreintes pour notre mémoire

La Meuse a connu les combats de la Grande Guerre de 1914 à 1918. Ici, nos «bleus à l'âme» s'appellent Verdun, l'Argonne, les Eparges, le Saillant de St Mihiel... les découvrir et les comprendre permettent de transmettre la Mémoire de tous les hommes qui se sont alors battus. Les années passant, ce devoir de Mémoire devient aujourd'hui devoir d'Histoire.

 

Dès la formation du Saillant de Saint-Mihiel en septembre 1914, les Français ont cherché à réduire cette hernie. C'est ainsi que des combats acharnés, d'abord de surface puis ensuite essentiellement de mines, se déroulèrent aux Eparges, crête constituant la frontière nord-ouest du Saillant.

Dans le but de réduire le Saillant de St Mihiel formé dès septembre 1914, les Français opèrent un assaut aux Eparges le 17 février 1915. Cet assaut est immédiatement suivi de contre-attaques allemandes qui permettent à ces derniers de reprendre le terrain. S'ensuivent alors d'âpres combats aux Eparges, quelques combats de surface mais surtout des combats de mines. Les 9 et 10 avril 1915, un bataillon du 8e R.I. s'empare de l'éperon Est des Eparges (Point X).

Ce n'est pas pour autant que les combats des Eparges soient terminés : le 24 avril 1915, von Stranz lance avec succès une attaque des Eparges à la Tranchée de Calonne. A l'ouest du champ de bataille, le village lui-même reste toujours aux mains des Français. Mais il est situé sous le feu des Allemands et de leurs tireurs d'élite. Il est peu à peu détruit par le bombardement.

Quant à la crête elle-même, elle est défoncée par les mines dont les entonnoirs vont du point C au point X, tous deux marqués par un monument. Les combats continuent les mois qui suivent, avec plus ou moins d'intensité. Ce n'est qu'en septembre 1918 que le site des Eparges est libéré, grâce à l'offensive de la 1ère armée américaine qui libère le Saillant. Le 14 septembre 1918, les Américains sont à Fresnes-en-Woëvre : les Eparges ne sont plus aux mains des Allemands.

 

 

  • La Nécropole Nationale du Trottoir

    La Nécropole Nationale du Trottoir. Source : Photo JP le Padellec

  • Monument au 106e R.I.

    Monument au 106e R.I. Source : Photo JP le Padellec

  • Mémorial du Génie

    Mémorial du Génie. Source : Photo JP le Padellec

  • Monument au 302e R.I.

    Monument au 302e R.I. Source : Photo JP le Padellec

  • Le Monument du Point X. Source : Photo JP le Padellec

    Le Monument du Point X. Source : Photo JP le Padellec

 

 

Nécropole Nationale du Trottoir

Au pied de la célèbre butte, cette nécropole se détache sur un fond de sapins noirs. Elle comporte 2108 tombes parmi lesquelles figurent dix stèles musulmanes. De plus, un ossuaire contient 852 corps. Dans ce cimetière, créé pendant la guerre, ont été regroupés les restes de soldats provenant des cimetières du Bois et de Marquanterre. Il a été entièrement refait en 1958.

 


Monument au 106e R.I.

En suivant la route qui mène au sommet, le visiteur rencontre un premier monument qui se détache sur les arbres, en haut d'un escalier. Cette oeuvre du sculpteur Maxime Real Del Sarte est élevée à la gloire des "Revenants du 106e R.I.". Elle se présente comme une pyramide informelle dominée par une tête humaine. Des mains décharnées, ces crânes, des croix, évoquent les souffrances de tous ceux qui ont connu les combats de cette butte sanglante. Sur le devant, un bas-relief de bronze montre une femme casquée qui soutient un soldat dans une pose qui rappelle les "pieta" anciennes.

 


Mémorial du Génie

En arrivant sur le sommet, on trouve tout d'abord un monument élevé à la mémoire des sapeurs qui subirent de lourdes pertes durant la guerre de mines. Un double mur semi-circulaire se développe derrière sept palplanches de béton. D'un côté, un texte rappelle la dédicace et, de l'autre, figure l'emblème du Génie.

 


Le Monument du Point X

Placé à l'extrémité Est de la crête qui domine la plaine de la Woëvre de plus de 100 mètres, se dresse un monument au bout d'une petite esplanade. Les côtés du mur qui le forme présentent un fruit important et un fronton triangulaire couronne le tout. Sur une face, une croix est gravée au-dessus d'un autel ; sur l'autre, figure un bas-relief sur lequel un officier, tête nue, entraîne ses hommes au combat. Cette belle oeuvre du sculpteur Fischer est dédiée "à ceux qui n'ont pas de tombe". Des bornes et des bancs complètent l'ensemble.

 


Monument au 302e R.I.

A côté du monument du Point X, au bord d'un entonnoir, se trouve un petit mur de pierres de taille dans lequel est fixée une plaque qui porte, en plus d'une croix de guerre, l'inscription suivante: "302e R.I. 20 Septembre 1914, 21 Mars 1915. Les Anciens des 302e et 102e R.I."

 


La visite du site des Eparges est libre d'accès et gratuite. Sur place, des panneaux informatifs vous permettront de mieux comprendre l'histoire de ce site. En outre, un sentier balisé a été aménagé par l'ONF et l'Association Nationale du Souvenir de la Bataille de Verdun et de ses Hauts-Lieux. Parcourir ce sentier vous donnera la possibilité de marcher sur les traces des soldats qui y ont combattu.

 

Groupes, circuits possibles sur réservation

 

Contact Pays d'Accueil Touristique des Côtes de Meuse

Place Taylord 55210 Vigneulles-les-Hattonchatel

Tél-fax : 03 29 90 08 55 Tél-fax : 03 29 90 04 29

 

Maison du Tourisme

Tél. : 00 33 (0)3 29 86 14 18

 

Comité Départemental du Tourisme

Tél. : 00 33 (0)3 29 45 78 40

 

 

Office du tourisme de la Meuse

 

Verdun tourisme

 

Source : Mindef/SGA/DMPA et Conseil Général de la Meuse