Les haut-reliefs du Mont-Valérien

Le monument du Mont-Valérien est édifié contre le glacis sud-est du fort. Il développe sur plus de 100m un contre-mur en grès rose des Vosges de plus de 4 m.

16 buttons, répondant aux 16 tombeaux de la crypte, jaillissent à intervalles réguliers en surplomb. Chacun s'orne d'un haut-relief de bronze aux motifs allégoriques.

 

Une croix de Lorraine de 12m de haut occupe le centre du monument. Devant elle, une flamme permanente brûle sur un pavois d'airain.

 ALSACE ( sculpteur : Jacques Rivière )

Rappelant la libération de l'Alsace (novembre 1944 - février 1945), dernière région française occupée, deux mains se tendent vers les armoiries de Colmar qui forment une étoile de l'espérance.

 

 

CASABIANCA ( sculpteur : Georges Saupique )

L'homme lutte contre l'étreinte d'une pieuvre, à l'image du sous-marin « Casabianca » qui, le 27 novembre 1942, s'échappe du port de Toulon investi par les Allemands et devient le symbole des Forces Navales Françaises Libres

 

PARIS ( sculpteur : Marcel Damboise )

Dans Paris symbolisé par ses contours, la main de l'occupant doit lâcher prise, empoignée par la Résistance brisant les chaînes de la captivité. Dans la ville insurgée, l'arrivée de la 2ème Division Blindée du général Leclerc contraint l'ennemi à capituler, le 25 août 1944.

           

MAQUIS ( sculpteur : Raymond Corbin )

Patriotes, réfractaires, proscrits forment les maquis, groupes armés cachés dans des zones écartées. Dans l'ombre des forêts, les maquisards guettent, prêts à frapper sous le regard d'une France vigilante et résolue.

 

 

ALENCON ( sculpteur : René Leleu )

Tel le phénix renaissant de ses cendres, la 2ème Division Blindée du général Leclerc, débarquée en Normandie, libère Alençon le 11 août 1944. L'armée française livre ainsi sur le sol national, sa première grande bataille pour la libération.

 

SAUMUR ( sculpteur : Pierre Duroux )

Le soldat qui tombe, frappé au coeur, symbolise le combattant de 1940 qui, comme à Saumur du 19 au 21 juin, mène un combat inégal mais se bat jusqu'au sacrifice pour l'honneur.

 

DEPORTATION ( sculpteur : Henri Laggrifoul )

Ces mains émaciées essayant d'arracher les barbelés qui lacèrent un coeur torturé, sont celles de déportés qui, pour acte de résistance ou parce qu' ils sont juifs, sont envoyés dans des camps, où beaucoup trouveront la mort.

 

FORCES AERIENNES FRANCAISES LIBRES ( sculpteur : Claude Grange)

Combattant sur tous les fronts, les Forces Aériennes Françaises Libres assurent les missions de défense aérienne et d'attaque au sol sous la menace permanente des forces ennemies, ici symbolisées par des rapaces aux serres redoutables.

 

 

ACTION ( sculpteur : Alfred Janniot )

Du refus de l'armistice de 1940, symbolisé par l'appel du général de Gaulle, le 18 juin, naîtront les Forces Françaises Libres et la résistance intérieure. Cette volonté d'action est traduite par l'image d'une France livrant un combat farouche, serrant contre elle ses fils immolés, pour que survive la Patrie.

 

FEZZAN ( sculpteur : Aimé Bizette-Lindet )

Tel ce lion blessé attaquant le serpent, les troupes du général Leclerc s'emparent de l'oasis de Koufra (Libye), le 2 mars 1941, puis conquièrent le désert du Fezzan, témoignant de la renaissance de la France au combat.

 

FUSILLES ( sculpteur : Maurice Calka )

Résistants ou otages, nombre de Français et d'étrangers sont fusillés entre 1940 et 1944. Par cette forme transpercée, chair lacérée par les balles, l'homme exprime l'anathème contre l'oppression et la guerre.

 

CASSINO ( sculpteur : Ulysse Gemignani )

La manoeuvre des troupes du général Juin permet aux Alliés de s'emparer en mai 1944 du Monte Cassino, point fort de la défense allemande en Italie. Etranglé par une main gantée de fer, l'aigle ennemi commence à faiblir.

BIR HAKEIM ( sculpteur : Raymond Martin )

Du 27 mai au 10 juin 1942, en Libye, la 1ère Brigade Française Libre du général Koenig défend la position de Bir Hakeim investie par les forces germano-italiennes, forçant par le glaive le barrage de fer et de feu qui l'encercle.

 

NARVIK ( sculpteur : Robert Juvin )

Le 28 mai 1940, des unités françaises s'emparent de Narvik puis regagnent la France menacée d'invasion. Une partie d'entre elles rejoint les Forces Françaises Libres du général de Gaulle. Le corps expéditionnaire quitte la Norvège tel ce drakkar bravant les flèches.

SIENNE ( sculpteur : René Andrei )

Après la libération de Sienne, le 3 juillet 1944, le corps expéditionnaire français achève glorieusement sa campagne en Italie. Ce relief associe la France victorieuse et le cheval, emblème de la ville.

 

RHIN ( sculpteur : Louis Dideron )

L'armée française repousse victorieusement l'offensive allemande sur Strasbourg et franchit le Rhin le 31 mars 1945. Ce relief symbolise Strasbourg, ville mutilée mais indomptée, brisant ses chaînes et libérant le fleuve.

 
Source: MINDEF/SGA/DMPA - Photos: Jacques Robert