Louis Adrian

1859-1933

Du lauréat du concours général au chevalier de la Légion d'Honneur

 

Louis Auguste naît en 1859 dans une modeste famille catholique de Metz, de Jean Louis (receveur du gaz) et de Cornélie Joseph. La défaite de 1871 contraint les Adrian à l'exil, d'abord à Saint-Omer puis à Bourges, enfin à Tours (5 rue Sully). Boursier, élève brillant au lycée Descartes, il devient lauréat du concours général en 1878. Polytechnicien en 1880, il choisit le Génie, reste un an à l'Ecole d'application de Fontainebleau avant d'être nommé lieutenant au 3e régiment d'Arras. Voici la description physique consignée dans le fichier des anciens élèves de l'Ecole polytechnique : "Cheveux châtains clair - Front ordinaire - Nez moyen - Yeux bleus Bouche moyenne - Menton rond - Visage ovale - Taille 170".

 

Capitaine en 1885, il rejoint la chefferie de Cherbourg pour travailler au programme d'édification des nouvelles casernes de la Manche ainsi qu'aux ouvrages de défense des côtes. La vie de garnison lui fait connaître Saumur, Rennes, Granville, où il épouse en 1889 Marguerite Pigeon.

  • le Mortainais du 10 juillet 1915

    Journal "le Mortainais" du 10 juillet 1915. Source : Archives départementales de la Manche

En 1885 il organise l'envoi et prend part au corps expéditionnaire de Madagascar. Sur place, il coordonne la logistique : amélioration du réseau routier, édification de ponts et de baraquements légers. Vaincu par le climat et le service, il est rapatrié en décembre 1895, avant d'être décoré à 36 ans, pour faits de guerre, de la croix de chevalier de la Légion d'honneur.

 


Le réformateur de l'Intendance

 

Adrian est affecté à la chefferie de Paris rive droite, puis suit le cours préparatoire à l'admission dans l'intendance. En mars 1898, alors sous-intendant militaire de 3e classe, il officie en tant que chef de service à la sous-intendance de Valenciennes. Il fait paraître dans la Revue de l'Intendance des articles sur la recherche et l'utilisation des ressources dans le Nord et rédige un manuel d'instruction à l'adresse des officiers suppléants aux sous-intendants.

 

En 1900, il est nommé à la première sous-intendance de Paris au service des Subsistances. L'année suivante il vérifie les comptes des corps de troupe à la deuxième Sous-intendance de Vincennes, et dispense des cours aux élèves, officiers stagiaires de l'Intendance.

En juillet 1904, alors 2e classe, il regagne Arras. Adrian, nommé sous-directeur de l'intendance au ministère de la guerre, est ensuite chargé de traquer les fraudes et entreprises de corruption des fournisseurs de l'armée auxquelles il remédie en proposant un nouveau cahier des charges de l'Intendance, source d'une amélioration des conditions de vie des effectifs. Ce travail lui vaut un avancement à la première classe en décembre 1908, ainsi que son inscription, le 20 juillet 1911, au tableau du concours pour le grade d'officier de la Légion d'honneur pour "services exceptionnels rendus à l'occasion de la reprise par l'Etat du matériel des Entrepreneurs de Lits Militaires" - il reçoit sa décoration le 31 décembre 1912.

 

Admis à la retraite anticipée sur sa demande en mai 1913, il s'installe dans la maison familiale de Genêts (Manche) avant d'apporter son aide en qualité d'expert aux éleveurs de l'Orénoque (Venezuela) dans la production et la conservation des viandes bovines pour qui il met au point des baraquements de bois préfabriqués et démontables.

 


Le "chef du service des improvisations"

 

Rappelé à sa demande en 1914, il est affecté en qualité de fonctionnaire du cadre auxiliaire au service du ravitaillement en Beauce et en Touraine. Adjoint au directeur de l'Intendance au ministère de la guerre il est chargé des questions d'habillement et d'équipement, devant faire face à la pénurie. Chargé début septembre 1914 de la récupération des textiles à Lille, il soustrait à la convoitise allemande plus de 4 000 tonnes de draps, toiles et lainages et organise le retraitement des tissus. De retour de mission, il planifie le remplacement des tenues, réorganisant les unités de production textile, fait réquisitionner les tenues des pompiers et des facteurs.

 

Au fait du quotidien au front, il prend l'initiative de fournir aux soldats des chapes en peau de mouton pour parer aux rigueurs de l'hiver. Il propose, en 1915, un modèle de bottes de tranchée et son système de baraquements, expérimenté au Venezuela, qui doit remplacer les tentes militaires coniques. En août 1915, la construction des baraquements passe du Génie à l'Intendance. Adrian, en prévision de la campagne d'hiver, décentralise la production des baraquements et met à contribution plus de deux cents entreprises pour la fabrication de cinquante unités par jour.

 


L'Intendant militaire et son casque

 

Le nom d'Adrian reste attaché au casque du Poilu. La guerre de tranchées est en effet menée avec des projectiles à dispersion. Les trois quarts des blessés portent des lésions à la tête dont 88 % sont mortelles. Un casque protecteur mais léger doit donc être attribué aux soldats. Adrian met ainsi au point une cervelière, calotte métallique de 0,5 mm d'épaisseur, placée dans le képi pour protéger le crâne des éclats de pierres, des balles, etc. Mais le modèle, fabriqué à 700 000 exemplaires, distribué à la fin de l'hiver 1915, n'est pas jugé assez efficace bien qu'il protège d'environ 60 % des éclats.

 

Le 21 février 1915, le ministère de la guerre, suivant la recommandation du général Joffre, décide de l'adoption d'un casque d'acier pour l'infanterie. Moins d'un mois plus tard, le choix se porte sur le modèle proposé par le peintre militaire Georges Scott "un casque de dragon", dont le mode de fabrication trop complexe rallonge les délais de fabrication, ce qui bénéficie au prototype d'Adrian. Pour accroître la protection balistique, Adrian étudie un casque basé sur un concept nouveau qui allie facilité de production et efficacité. En avril 1915, le casque constitué de 700 g de tôle d'acier est présenté et accepté. Ce casque est commandé à 1 600 000 exemplaires le 5 juin 1915. Plus de 7 millions d'exemplaires sont fabriqués dès la première année. Le casque remporte un tel succès auprès des militaires que les armées occidentales le commandent en masse (Italie, Belgique, Serbie, Roumanie, Hollande et Russie).

En octobre 1915, Adrian est promu commandeur de la Légion d'honneur, pour l'ensemble de son travail.

 


Un inventeur au service du soldat

 

Adrian imagine dès l'automne 1915 une cuirasse abdominale efficace contre les barbelés et les baïonnettes, et dote les bretelles des sacs à dos d'un arrêtoir afin de mieux répartir la charge et de limiter les usures produites par les courroies. L'intendant militaire est aussi un des artisans des taxis de la Marne. Joffre et Gallieni reprennent alors son idée d'utiliser les transports automobiles pour acheminer rapidement les troupes au front.

 


La réintégration, le "sauveur de Paris", le grand officier de la Légion d'honneur

 

En avril 1916, une loi sur le recrutement de l'Intendance permet la réintégration dans le cadre actif des sous-intendants militaires, retraités par anticipation en temps de paix et ayant rendu des services exceptionnels en temps de guerre. Désigné alors par le décret du 17 mai 1916, Adrian suscite griefs et jalousie. Le rapport d'enquête l'accuse entre autres de s'être occupé illégalement de marchés et d'avoir fait breveter ses inventions militaires.

 

Fin 1916, le service d'Adrian est supprimé et la construction des baraques retourne au Génie. Au mois de février 1917, Adrian est détaché à la mission d'essais, d'études et d'expériences techniques du sous-secrétariat des Inventions. Il y poursuit ses travaux sur les cuirasses, les lunettes pare-éclats, la tourelle blindée pour siège d'aviateur, et l'utilisation de l'énergie solaire.

Un second rapport insiste sur l'importance des services rendus et justifie ses actes au regard des conditions exceptionnelles. Nommé intendant militaire le 26 juin 1917, il est appelé par Clemenceau, Président du Conseil, pour diriger l'inspection générale des cantonnements du sous-secrétariat d'Etat de l'Administration. L'intendant militaire contrôle les services d'approvisionnement des armées et, à partir d'avril 1918, s'occupe du service des évacués, réfugiés et rapatriés.

 

Sa popularité croît encore lorsqu'il localise par triangulation, à partir des impacts des obus tombés sur Paris, la "Grosse Bertha" dans la forêt de Compiègne.

 

L'intendant militaire est placé dans la section de réserve en août 1918 par la Commission de Rajeunissement des Cadres. Mais la contre-enquête menée par Abrami, sous-secrétaire d'Etat, annule, en décembre 1918, la décision de la commission et réintègre, en mars 1919, l'intendant militaire dans ses fonctions d'inspecteur général.

 

Louis Auguste Adrian est promu à la dignité de grand officier de la Légion d'honneur le 16 juin 1920.

Malade, il se retire dans sa propriété normande de Genêts et décède à l'hôpital du Val-de-Grâce en août 1933.

Source : Mindef/SGA/DMPA
< Revenir à la liste des personnalités