Maurice, Gustave Gamelin

1872-1958

(20 septembre 1872 : Paris - 18 avril 1958 : Paris)

 

Fils d'un officier, contrôleur général des armées blessé à la bataille de Solférino en 1859, et d'une mère alsacienne, fille de l'intendant général Ulrich et nièce du Gouverneur militaire de Strasbourg en 1870, Maurice Gamelin présente dès son plus jeune âge des dispositions pour les arts et les questions militaires. Après avoir décroché le prix de philosophie au Concours général, il suit les cours de l'Ecole du Louvre puis décide de préparer le concours d'entrée à Saint-Cyr. Admis en octobre 1891, il sort major de sa promotion en 1893 pour être affecté au 3e régiment de tirailleurs algériens puis à la Section topographique en Tunisie.

 

De 1896 à 1899, le jeune officier met à profit ses talents de dessinateur au Service géographique de l'Armée à Paris. Admis huitième au concours de l'Ecole de Guerre, il est rapidement remarqué par ses professeurs tels Foch et Lanrezac. Promu capitaine en 1901, au 15e bataillon de chasseurs à pied, il rejoint le général Joffre à son état-major l'année suivante et publie, en 1906, une Etude philosophique sur l'art de la guerre, ouvrage qui le hausse au rang des penseurs militaires de son temps alors même qu'il est l'officier d'ordonnance du généralissime à la 6e division d'infanterie. Il demeure à ses côtés au 2e corps d'armée (1908) et au Conseil supérieur de la Guerre avant de prendre le commandement du 11e bataillon de chasseurs alpins (Annecy), en 1911, pour deux ans. Chef au 3e Bureau de l'État-Major général, il choisit de rejoindre à nouveau le général Joffre en mars 1914.

 


C'est en qualité de chef de son cabinet militaire que Gamelin participe aux opérations de la Grande Guerre. Confident du généralissime, tacticien éclairé, il conduit la 2e demi-brigade de chasseurs à pied sur le Linge (Alsace) et dans la Somme, rédige le brouillon de l'instruction n°2 à la base de la victoire de la Marne (25 août 1914) et écrit l'instruction n°6 qui en déclenche l'offensive. Général de brigade à titre temporaire en décembre 1916, il est affecté à la 16e division d'infanterie, avant d'être rappelé au G.Q.G. de Joffre au début de 1917. Au remplacement de Joffre par Nivelle, il demande un commandement. En avril-mai, il se voit confier la 9e division d'infanterie avec laquelle il se distingue sur l'Argonne, à Verdun, dans l'Aisne, autour de Noyon en mars 1918 et bloque l'avancée des troupes allemandes dans l'Oise. Promu général de brigade en septembre 1919, il est envoyé comme chef de la mission militaire française au Brésil et publie en 1921 "Trois étapes de l'avant-guerre" (Les oeuvres libres, n°13).

 


A son retour en France en 1925, jeune général de division, il reçoit le commandement des troupes françaises en Syrie en qualité d'adjoint au Haut Commissaire Jouvenel (septembre 1925 à février 1929), avec pour mission de réprimer l'insurrection du Djebel Druse aux côtés du général Sarrail, tâche dont il s'acquitte brillamment et qui lui vaut d'être élevé à la dignité d'officier de la Légion d'honneur (16 septembre 1926) et de gagner ses étoiles de général de corps d'armée (novembre 1927).

Affecté au 20e corps d'armée de Nancy, il devient le premier sous-chef d'état-major général de l'armée avant de remplacer Weygand au poste de chef d'État-Major général le 9 février 1931. Grand Croix de la Légion d'honneur le 14 juillet 1932, il assure la vice-présidence du Conseil supérieur de la Guerre (janvier 1935) et est décoré de la Médaille militaire (31 décembre 1935).

Chef d'état-major de la défense nationale (21 janvier 1938), il prend le commandement en chef des forces alliées en France au mois de septembre 1939. Ses conceptions tactiques sont cependant dépassées : il refuse d'employer massivement l'arme blindée et l'aviation, lui préférant une stratégie défensive appuyée sur la ligne Maginot, et montre une tendance à la délégation de commandement sur le front ; l'armée française ne peut qu'opposer une vaine résistance - "nous sommes tous, à peu près inévitablement, les hommes d'un milieu et d'une époque, même quand nous essayons de réagir contre certains éléments de l'ambiance", écrira-t-il dans ses mémoires comme pour se justifier.

 

Le 19 mai 1940, le général Gamelin est relevé de son commandement et mis aux arrêts par le régime de Vichy le 6 septembre. Interné au fort du Portalet avec Blum, Daladier, Mandel et Reynaud, il est traduit le 19 février 1942 devant la Haute Cour à Riom, qu'il contraint à s'ajourner (11 avril) en refusant de participer aux débats - "le procès devint donc en fait celui de "l'impréparation"", notera-t-il dans ses mémoires.

A l'occupation de la Zone libre par la Wehrmacht, le généralissime est envoyé en captivité à Buchenwald en mars 1943, puis à Itter, au Tyrol autrichien, jusqu'à sa libération par les troupes américaines le 5 mai 1945.

Revenu à Paris, Maurice Gamelin se consacre à l'écriture de ses volumes de mémoires Servir, publiés en 1946, qu'il complète par le récit de son expérience de le Grande Guerre, Manoeuvre et victoire de la Marne, en 1954.

 

Source : MINDEF/SGA/DMPA
< Revenir à la liste des personnalités