Musée de la Résistance en Morvan

Partager :

Le musée relate les actes de résistance et l'histoire des maquis dans le massif du Morvan pendant l'Occupation.

Situé à Saint-Brisson dans la Nièvre, au sein de la Maison du Parc naturel régional du Morvan, le musée de la Résistance présente, à travers son exposition permanente et ses actions pédagogiques, les nombreux actes de résistance et l'histoire des maquis dans le massif du Morvan pendant l'Occupation.

  • Mur d'affichage

    Mur d'affichage. Source : Musée de la Résistance en Morvan

  • Vue d'une salle du musée de la Résistance en Morvan

    Vue d'une salle du musée de la Résistance en Morvan.
    Source : Musée de la Résistance en Morvan

Source : Musée de la Résistance en Morvan. Revue "Les Chemins de la Mémoire n° 211" - décembre.2010/janvier 2011 pour MINDEF/SGA/DMPA

 

Le Morvan connaît une résistance précoce : dès 1941, il sert de refuge à ceux qui cherchent à fuir la répression et qui désirent lutter contre l'occupant et le régime de Vichy. Le 21 novembre 1942, un petit groupe de résistants reçoit le premier parachutage allié en territoire occupé. Peu à peu, des embryons de maquis apparaissent. L'hostilité à l'occupant, la lutte antifasciste, l'opposition au régime de Vichy et à la répression anti-juive vont nourrir les premiers groupes d'opposants.

Puis les maquis s'organisent, se structurent ; leur nombre augmente ainsi que celui des maquisards qui affluent grâce au parachutage d'armes : on dénombre jusqu'à 10 000 maquisards à l'été 1944. A eux seuls, les maquis libèrent l'essentiel du territoire morvandiau. Mais la guerre laisse derrière elle un profond traumatisme lié à la barbarie nazie.

L'occupation a fortement marqué le pays : arrestations, déportations, exécutions et incendies de fermes et de villages entiers. Le Morvan compte de nombreux villages-martyrs comme ceux de Dun-les-Places, Montsauche, Planchez.

 

En 1970, des historiens de l'université de Bourgogne se regroupent au sein d'un centre d'études et, avec l'aide de témoins, contribuent à la publication de travaux sur l'occupation et la Résistance en Morvan. Après le succès d'une première exposition, l'association pour la recherche sur l'occupation et la Résistance en Morvan (ARORM) voit le jour en 1981 et il est décidé de créer un musée afin d'exploiter les documents et objets divers réunis par les résistants.

Géré par l'association, le musée de la Résistance ouvre ses portes en 1983. A travers une évocation documentée de l'occupation allemande et de la résistance dans les maquis, le musée transmet aux générations futures l'importance de la protection de la liberté et de sa reconquête. L'Occupation allemande, la Résistance, la libération et la mémoire sont expliquées aux visiteurs à l'aide de documents et d'objets d'époque (tracts, s armes, photographies, tenues...). L'occupation et la répression allemandes sont abordées sous l'angle concret de la restriction des libertés, du Service du Travail Obligatoire (STO) ainsi que de la censure et de la propagande nazie.

Le musée retrace les actes de résistance, à partir de 1941 autour des personnalités de résistants du Morvan ; il détaille l'organisation des maquis, mettant notamment en avant le soutien apporté à la résistance par les Alliés. Une autre partie du musée est consacrée à la libération de la région, avec en particulier la bataille de Creux-la-Ville (12-16 août 1944). Une collection de photos, de lettres et de poèmes est conservée au sein du centre de documentation riche de plus de 4 000 documents, permettant au musée d'entretenir une mémoire vivante de la résistance en Morvan.


Son fond est également constitué d'ouvrages sur le Morvan dans le domaine de l'histoire, de la géographie ou encore de la mémoire universitaire. Le musée propose des activités pédagogiques (questionnaire, DVD) ainsi que des visites telle que celle du village-martyr de Dun-les-Places (reconstitution de la vie dans le maquis à partir de documents originaux). Il accueille près de 800 scolaires chaque année. L'ARORM travaille en étroite collaboration avec les universités de Bourgogne et de Franche-Comté. Ses activités sont variées : publication d'ouvrages, journées d'études, expositions temporaires, visites guidées, collecte et promotion d'archives, manifestations culturelles, réalisation de supports numériques (Cédérom et DVD). Elle met également à la disposition des enseignants des dossiers thématiques et des panneaux d'exposition. L'ARORM participe en outre à la préparation du Concours National de la Résistance et de la Déportation avec les établissements scolaires. Répondant pleinement aux attentes des élèves et de leurs professeurs, dans le cadre des cours d'histoire et d'éducation civique, juridique et sociale, ce musée donne véritablement aux visiteurs la possibilité de découvrir le rôle et l'importance de la résistance dans les maquis du Morvan durant la Seconde Guerre mondiale.

Partager :