Musée national de la Marine, Rochefort

Partager :

Installé dans le plus ancien édifice civil de la ville de Rochefort, l'Hôtel de Cheusses. C'est le seul lieu à posséder des collections patrimoniales uniques, ce qui lui permet de restituer une vision large de l'histoire de l'arsenal.

6 Novembre 2018 - « L’habit (re)fait l’histoire ». Une exposition pour rêver, réfléchir, ressentir, toucher (parfois !), s’amuser, découvrir et comprendre plutôt que juger.

 

Le musée reste un élément clé de la compréhension du patrimoine maritime du pays rochefortais, au sein du réseau des acteurs locaux (SHM, Ville de Rochefort, CIM, Hermione, etc.), centré sur l'objet témoin, chargé d'histoire, espace stratégique et usine d'État.

 


Historique

 

L'Hôtel de Cheusses est présent à toutes les grandes étapes de Rochefort. Historiquement, c'est le seul bâtiment, avec l'église de la Vieille Paroisse, capable d'évoquer Rochefort avant 1666 date de création de l'arsenal.

 

Siège de pouvoirs locaux, militaire puis administratif, il est au cœur du dispositif industriel, économique et militaire que représente l'arsenal, jusqu'à son déclassement en 1927.

 

Héritiers des collections témoignant de l'activité de cet arsenal, il inaugure un lent mouvement d'appropriation et de mise en valeur du patrimoine maritime, qui s'épanouit dans les années 1980 et qui constitue l'image centrale de Rochefort aujourd'hui.

 

En 1594, Henri IV donne la seigneurie de Rochefort à son premier valet de chambre, Adrien de Lauzeré dont la petite fille épouse Henri de Cheusses, dernier Seigneur de Rochefort qui laisse son nom au "château".

 

C'est le plus ancien édifice civil de la ville. La fondation de l'Arsenal en 1666 chasse Henri de Cheusses. Le bâtiment est repris et complété d'une aile au sud pour former un hôtel classique à plan en U. De 1690 à 1927, l'Hôtel de Cheusses devient successivement la résidence du Commandant de la Marine, de l'Intendant puis du Commissaire de la Marine. Logement en même temps qu'Institution, il est conçu comme un lieu de réception et de prestige.

 

Un musée de la Marine Classé Monument Historique en 1932, l'Hôtel est au cœur des premières réflexions patrimoniales rochefortaises. L'Hôtel de Cheusses est choisi pour abriter les collections de la salle des modèles conservées dans l'Arsenal, grâce à l'action de Dick Lemoine, Conservateur des archives du Port.

 

Ce premier musée naval ouvre ses portes en 1936. Fermé dès 1940, les collections sont mises en caisses et dispersées sans grand contrôle. Un premier essai de réinstallation échoue en 1948 en raison du mauvais état du bâtiment.

 

Jusqu'en 1959, il est utilisé par divers services administratifs. En 1960, une nouvelle tentative de réouverture met en avant la fragilité d'un édifice rongé par les termites. Un plan d'ensemble est nécessaire à sa réhabilitation.

 

Il est finalement ouvert au public en 1974.

 

Propriété du musée national de la Marine depuis 1978, il fait l'objet d'une importante restructuration en 1993.

  • Le Dauphin Royal

    Le Dauphin Royal. © MnM/P.Dantec/A Fux

  • Musée national de la Marine à Rochefort

    Musée national de la Marine à Rochefort. © DR

  • La Dédaigneuse, frégate de 12 canons, époque Louis XV

    La Dédaigneuse, frégate de 12 canons, époque Louis XV. © MnM/P.Dantec/A Fux

Sources : Musée national de la Marine, Rochefort

Collections et scénographie

 

Le monument historique qui abrite le musée, donne ses couleurs particulières au parcours permanent.

Sur 600 m2, la muséographie fait parler les objets, comprendre leurs sens, leur importance, et révèle leur beauté dans l'atmosphère propre au lieu.

 

Le parcours est consacré à l'histoire de l'arsenal et de la construction navale. Le visiteur, transporté sur l'imaginaire des voyages, découvre comment construire (techniques, ornements des navires), pour quoi construire (politique, militaire, scientifique) par qui construire (vie de l'arsenal), où construire (développement de l'arsenal), avec quoi construire (économie, approvisionnements).

 

Passé l'espace d'accueil, la salle des chefs d'escadre, encore revêtue de ses boiseries du XVIIIe siècle, évoque l'histoire du musée et du bâtiment qui l'abrite. La salle suivante illustre la nature du navire de guerre, plate-forme d'artillerie puissante, aux exigences complexes et dont la construction est une prouesse collective : le modèle du Comte d'Artois, puissant vaisseau de 110 canons, en est un exemple magistral.

 

Le bagne, système concentrationnaire mis en place pour les besoins de mains-d'oeuvre de l'arsenal, y est évoqué. La construction navale est ensuite évoquée par des modèles d'arsenaux, chefs-d'œuvre du modélisme des XVIIIe et XIXe siècles. Les infrastructures indispensables sont présentées, dressant de l'arsenal une image d'espace technique en perpétuelle recherche d'innovation.

 


La grande salle qui s'ouvre ensuite met en valeur des témoins exceptionnels de la vie de l'arsenal de Rochefort et en présente trois aspects : la formation des futurs officiers avec le modèle du Royal, la préservation du patrimoine maritime avec le cabestan de l'Implacable ex-Duguay-Trouin, et l'innovation technique avec les deux moulins à draguer et à scier.

 

Á l'étage, une première salle offre la présentation du modèle de la Dédaigneuse, frégate de 12 construite à Bordeaux en 1766 et semblable à l'Hermione. Des tableaux de la série des vues des guerres d'Amérique, commandées par Louis XVI à Rossel de Cercy, avec en particulier le seul portrait connu de l'Hermione, complète l'évocation.


En suivant, la chambre du Commandant de la Marine qui s'ouvre sur l'arsenal et les formes de radoub permet d'admirer des modèles de navire du début du XIXe siècle. Au deuxième étage la salle consacrée à l'art de la sculpture navale est une évocation de l'atelier des modèles et de la salle des sculptures de l'arsenal.

 

L'ère industrielle est ensuite évoquée par les grandes mutations voile-vapeur et bois-fer qui constituent un moment d'expérimentations, d'essais, d'audaces et de perpétuelles remises en question, auquel l'arsenal de Rochefort participe pleinement. Les formes des navires oscillent entre rationalité et imaginaire scientifique, comme en témoigne une sélection de pièces maîtresses de modèles d'arsenaux.

 

Enfin, la salle d'armes présente canons, caronades, obusiers, affûts et boulets mais également armes de poing, sabres et haches d'abordage, qui rappellent la violence des combats. Des objets rares, parfois uniques, évoquent la technicité et la beauté des instruments de navigation et la dureté de la vie à bord.

 


Musée national de la Marine

1, place de La Gallissonnière

17300 Rochefort

Tél. : 05 46 99 86 57

Fax : 05 46 87 53 27

e.mail : rochefort@musée-marine.fr

 

http://www.musee-marine.fr/rochefort

 

 

Partager :