Redoute des 3 Communes

Partager :

Premier fort des Alpes construit en béton armé, la Redoute des 3 communes appartient
au dispositif de verrouillage de l'arrière-pays niçois mis au point par Seré de Rivières.

 

Construite en 1897 sur l'emplacement d'une ancienne batterie sarde, la redoute des 3 Communes occupe
une des pointes stratégiques de l'Authion et contrôle la vallée de La Roya et la Vésubie. Elle surveille la crête
de l'Ortiguié qui conduit au col de Raus et à l'ancienne frontière.

 

C'est le point culminant du massif de l'Authion : 2080 mètres d'altitude.

 

La vallée calcaire de La Roya est la bordure la plus orientale de l'arrière-pays niçois.

  • Redoute des 3 Communes. Source : www.formule4.com

    Redoute des 3 Communes. Source : www.formule4.com

Source : Mindef/SGA/DMPA

 

Rattachée d'abord à la Provence au XIIIe siècle, puis à la Savoie à la fin du XIVe siècle, elle constitue
un espace de transit de marchandises de la côte vers le Piémont. Contrôlée tour à tour par les Sardes,
les Espagnols, les Autrichiens et les Français, elle est le théâtre au XVIIIe siècle d'affrontements, autour
de Sospel notamment, entre les troupes anti-révolutionnaires sardes et les républicains.

 

La basse vallée de La Roya devient française lors du rattachement du comté de Nice à la France en 1860.
La haute vallée est conservée par l'Italie, valorisant davantage le rôle stratégique des places fortes.
La redoute a pour but de protéger deux autres forts construits sur l'Authion : Forca et Mille Fourches.
Elle participe ainsi au verrouillage de la vallée.


De petites dimensions, bâti en hauteur, entouré d'un fossé, l'ouvrage est un des premiers construits en
béton armé à la fin du XIXe siècle, elle est le premier fort des Alpes-Maritimes où maçonnerie en pierre
et béton armé sont associés. C'est donc un " prototype " qui illustre l'évolution des techniques. On notera
que par souci d'économie, seules les côtés exposés aux tirs italiens sont renforcés par du béton.

 

Lors de la construction de la ligne Maginot des Alpes, la défense est assurée par le Fort Saint-Roch.
De violents combats s'y déroulent en 1945. Conservé en l'état, le fort témoigne de la violence des
combats d'avril 1945 qui ont permis à la 1re DFL de reprendre le massif de l'Authion aux Allemands.

 

 

 Syndicat d'initiative de Belvédère : 04.93.03.41.23

 

Office du tourisme de Saint-Martin de la Vésubie : 04.93.03.21.28

 


Visites de juin à octobre

 

Accès Par le col de Turini, D 2566, en direction de la station
de Camp d'argent puis Authion. Parking des 3 Communes

 

Association Montagne et Traditions

 

Quizz : Forts et citadelles

 

Partager :