Undefined

"Déshumanisations"

Partager :

Le Concours national de la Résistance et de la Déportation offre aux élèves l’opportunité d’aborder différemment le thème de la mémoire de la Seconde Guerre Mondiale. C’est grâce à leurs travaux interdisciplinaires éclairant la dimension civique de ces évènements que les jeunes du lycée Henri Bergson se sont vus décerner de nombreux prix.

 

Les élèves du lycée Bergson visitent le centre de mise à mort d’Auschwitz Birkenau, février 2017. © Lycée Henri Bergson

 

"Les chiffres, les récits, c'est une chose. Voir ce qui reste, c'est énorme", témoigne Marie, élève de 1re au lycée Henri Bergson d’Angers, en se remémorant son séjour en Pologne sur les traces des victimes de la Shoah. L’établissement a permis à 44 élèves, cette année encore, d’effectuer un voyage pédagogique en Pologne et en République Tchèque (Prague), à la découverte des lieux emblématiques de la persécution juive : le camp de concentration d’Auschwitz, le centre de mise à mort d’Auschwitz Birkenau, le musée de l’occupation allemande-Oscar Schindler, le quartier juif (Kazimierz) et  l’ancien ghetto de Cracovie. Afin de pérenniser le souvenir de ce voyage, les élèves ont réalisé un film d’animation en 2D et 3D, "Déshumanisations", dans lequel ils traitent la question du nazisme, de l’antisémitisme et de la vie dans les camps. 

 

Ce projet a été élaboré en réponse à la problématique "déshumanisation" du CNRD, sous le prisme "représentation de la mémoire personnelle et de la mémoire collective", programme d’Arts plastiques de 1re. M. Dominique Terasas, professeur supervisant ce travail, a encouragé ses élèves à trouver "comment plastiquement exprimer cette ‘métamorphose’, cette ‘disparition’". Ce projet s’est déroulé sur cinq semaines, à raison de trois heures hebdomadaires. Les deux premières semaines ont été consacrées à l’expérimentation des techniques du cinéma d’animation et à l’élaboration du tournage, les semaines 3 et 4 à la mise en place de tournage, et la cinquième semaine au montage. Les 18 élèves de la classe, répartis en groupes, ont travaillé de manière autonome sur la recherche narrative et esthétique du projet. Les différentes productions ont été mises en commun en semaine 5, la phase de montage permettant à chacun de découvrir la diversité des productions, et à l’ensemble de la classe d’organiser ces différents travaux au sein d’une œuvre commune cohérente.

 

Ce court métrage a gagné le 1er prix départemental catégorie "travaux collectifs" du Concours national de la Résistance et de la Déportation (CNRD). Depuis plusieurs années, l’établissement scolaire cherche à mettre en lien son programme pédagogique avec la thématique annuelle du CNRD, tout en l’adaptant aux réalités locales et en veillant à favoriser l’interdisciplinarité.

 

Marie-José Chombart de Lauwe et Bernard Maingot, anciens déportés, témoignent devant les lycéens. © Lycée Henri Bergson

 

L’approche transnationale ou européenne de la mémoire est de plus en plus présente dans les projets pédagogiques. Sur l’année 2016-2017, plus de 200 des 533 écoles, collèges et lycées ayant bénéficié d’un soutien de la part de la Direction des patrimoines, de la mémoire et des archives (DPMA) du ministère des armées ont donné à leur projet une dimension de mémoire partagée. Parmi eux, 7 établissements scolaires, dont le lycée Henri Bergson, ont organisé une cérémonie d’hommage à 7 déportés, rescapés des camps. Mr Loïc Cochennec, professeur d’histoire au lycée Henri Bergson, décrit la cérémonie comme "une action inédite" pour les lycées impliqués, qui "a fédéré un maximum d’établissements et réuni autant de témoins que possible, dans un projet de mise en commun et de partage" du travail réalisé tout au long de l’année scolaire sur la Seconde Guerre mondiale et le sort des personnes juives.

 

Vaea Héritier

The maquis

The expression prendre le maquis, meaning to join one of the armed guerrilla groups that took refuge in the French countryside, first appeared in late 1942. The development of the maquis is indissociable from the implementation of Compulsory Labour Service (STO), at the insistence of Fritz Sauckel, which was introduced by the law of 16 February 1943, replacing that of 4 September 1942, which had provided for the potential mobilisation of men aged 21 to 35. Prompting a strong reaction from the population, the promulgation of the STO and the call-ups and roundups that followed were quickly denounced by a flourishing underground press. On 1 March 1943, Libération had as its front-page headline “French youth replies: Go to hell!” and called on its readers to: “Sabotage the conscription of slaves for Hitler. [...] It amounts to the mass deportation of our youth.” Those who avoided the STO were often protected by friends or family willing to put them up. At least 10% of these “STO dodgers”, possibly more, agreed to become maquisards, mostly out of patriotic instinct.

 

The Resistance soon saw how they could take on these conscientious objectors, who could swell their ranks. But they had to be provided with false papers, hiding-places, provisions and training. Therefore, in March 1943, the leaders of the Mouvements Unis de Résistance (MUR) asked for financial aid and material support from London, through the intermediary of Jean Moulin and Charles Delestraint, commander-in-chief of the Armée Secrète (AS). But for the British, the question of immediate action, and that included arming the maquis, was by no means a priority. As a result, the maquis would receive inadequate weapons drops until spring 1944.

 

With the development of the maquis, the armed Resistance grew in size as thousands of objectors joined their ranks. It also affirmed its legitimacy among the population. By the spring of 1944, it is likely that the maquisards numbered scarcely more than 50 000, mainly concentrated in hilly areas (Auvergne, Limousin, Ain and Jura, Morvan, Vercors, Oisans, the Southern Alps). Rather than high mountains, the maquis chose inhabited hilly areas, where their camps could be set up a good distance apart: sufficiently close to villages and hamlets to obtain provisions, yet sufficiently far away to preserve the necessary discretion and the possibility of escape.

 

Relatively few in number, and in any event poorly armed, the maquisards were nevertheless increasingly well trained, due to the arrival of officers and NCOs from the former Armistice Army. They prepared for the landings, which all hoped would be imminent. All over the country, “civilian companies” and “standby” groups were set up to provide reinforcements when the time came.

 

 

 

 

 

 

 

  • The front page of edition no 25 of the newspaper Libération, dated 1 March 1943. Copyright private collection.

Seaplane Museum

Partager :

A bit of history

 

One day... Biscarrosse, a village of pine resin-tappers with nothing about it to suggest an aeronautical vocation, was chosen by Pierre-Georges Latécoère to become the site for the assembly and testing of France’s biggest seaplanes. It was 1930, and the lake of Biscarrosse saw over 120 giant seaplanes take off from its waters.

 

Nicknamed “flying boats”, their destination was New York or Fort de France (Martinique). At the controls of these prestigious aircraft, pilots like Mermoz, Guillaumet and Saint-Exupéry made their mark on the history of aviation. Their achievements went beyond simply flying; they were the stuff of legend.

 

The museum reminds us how seaplanes have not entirely disappeared today, although “flying boats” no longer play a role on modern air routes. Seaplanes are still used in large numbers to carry out specific tasks, such as firefighting, coastal surveillance and sea rescue, carrying personnel and exploring inaccessible areas. And in view of the increase in air traffic today, some manufacturers are considering returning to seaplanes as freight carriers and even as leisure vehicles.

 

The adventure continues

With the siting of the Latécoère aircraft assembly and flight-test centre in 1930, followed by the Hourtiquets seaplane base at the end of that decade, Biscarrosse, a genuine gateway to the Atlantic, became the obvious place to build a seaplane museum - and the Musée de l’Hydraviation is the only one of its kind in Europe. The museum assigned itself the task of charting the history of seaplanes, from the pioneers in their quirky machines right up to the latest models found around the world.


To achieve this, it has assembled archives, photographs, old maps, autographs, original publications, flying suits, medals, uniforms, logbooks, flight logs, personal belongings of famous pilots, aircraft parts, engines, propellers, seaplane models (some of which are extremely old), aircraft interiors, original paintings and reproductions, posters, period advertising materials, and more.

 

This historical display occupies 850 sqm of floor space, partly in period buildings, since some served as lodgings for workers at the Hourtiquets seaplane base. Full-size seaplanes are today extremely rare. The weather and marine corrosion have taken their toll. Aside from a handful that have been restored by enthusiasts, today all the seaplanes that have been saved are in museums.


So why not in ours? Seaplanes dating from 1912 to the 1980s, restored or under restoration, are displayed in the main exhibition hall, in an area of 480 sqm.

 

The museum is eager to preserve this heritage and the manufacturing techniques specific to this sphere.

 

One rare piece was donated to the museum’s collection by Biscarrosse town council: an American Grumman Albatross, a real icon of maritime airborne search and rescue, whose first flight was in 1947 (a small number of aircraft of this type still fly today outside Europe).

 

In the context of the planned creation of the museum and redevelopment of the Latécoère site around its seaplane heritage, to be given a seaplane of such size, currently the only one of its kind in Europe, represented a unique opportunity.

 

Once restoration is complete, it should be possible for the aircraft to be used in a static capacity, with optimum safety conditions to allow the public to climb on board. The purpose of restoring the aircraft is so that it can be displayed to the public and serve as a “showcase” for the museum.

 

Sources: ©Musée de l’Hydraviation

 

Tourist office: 55, place G. Dufau, BP 10001 - 40602 Biscarrosse Cedex - Tel.: +33 (0)5 58 78 20 96

Partager :

Musée Mémoires 39-45

Partager :

La partie du blockhaus  que vous voyez ne représente que 10%  de sa surface. Presque entièrement enterré, le poste de commandement de la batterie Graf Spee figure parmi les plus importants bunkers de la région. 

 

Sur 5 étages et 500m² d'expositions, la visite en sens unique débute sous l'accueil, dans le casernement des 25 soldats défendant la position. Dans des lieux restaurés à l'identique, vous découvrez la vie quotidienne sur le mur de l'Atlantique, au travers de mises en scène saisissantes de réalisme.

 

Les étages suivants vous plongent dans l'atmosphère des années de guerre en Bretagne : guerre éclair, stalags, occupation, France Libre, Collaboration, Résistance, combats pour Brest, Libération, ... Au fil des nombreuses anecdotes, c'est une rencontre pleine d'émotions avec celles et ceux qui ont vécu, ici, cette guerre.

 

Retour à la lumière au niveau des kiosques d'observation et du point de vue panoramique, offrant une vue unique sur l'entrée de la rade de Brest de la Presqu'île de Crozon à Ouessant.

 

La visite se termine par une promenade sur le site, ou l'on peut découvrir les autres blockhaus de défense rapprochée, ainsi que divers  matériels plus imposants.

 

Sources : ©Musée Mémoires 39-45

 

 

Office de tourisme : Plougonvelin - Boulevard de la mer - Tel : 02 98 48 25 94

Partager :

Drôle de guerre

Une image - une histoire

Saluons les JO de Pyeong Chang et ses sports d’hiver avec cette photographie de course de ski de randonnée dans le Jura, datée de l’extrême fin de l’hiver 1939-1940, hiver aux températures très rudes.

©Photographe inconnu / SCA / ECPAD / 1940
Une unité de chasseurs alpins effectue une course de ski de randonnée (Jura, mars-mai 1940)
Réf : 8ARMEE 29 H 365

 

La « drôle de guerre » est notre contexte, ce qu’illustre bien cette course assez tranquille dans laquelle se lance une unité de chasseurs alpins. La moyenne montagne dégage ainsi une certaine douceur, les lignes géométriques suivies par les hommes expriment une forme de maîtrise du territoire. En réalité, cette course est plutôt un entraînement, voué à combattre l’inactivité des soldats, et les difficultés qu’elle entraîne (relâchement disciplinaire, dépression). Les hommes retrouvent ici les règles du collectif, les troupes de montagne incarnant depuis leur création (1888) l’excellence militaire, la force physique et mentale nécessaire en milieu naturel difficile. On reconnaît la tenue classique (vareuse et pantalon en drap bleu foncé) des chasseurs alpins, les « diables bleus », mais pas toujours leur large béret de laine noire (tarte). Lorsque la « drôle de guerre » s’arrête, emportée par la campagne de France, les chasseurs alpins rejoignent les combats de plaine. Plus tard dans la chronologie la guerre, certains maquis de montagne accueillent d’anciens chasseurs alpins devenus résistants, comme le lieutenant Théodose Morel, dit Tom Morel, qui commande les hommes du plateau des Glières.

CERCIL - Musée Mémorial des enfants du Vel d’Hiv

Partager :

Située au centre-ville d’Orléans, le Cercil - Musée-Mémorial des enfants du Vel d’Hiv et des camps d’internement de Beaune-la-Rolande, Pithiviers et Jargeau abrite un musée qui permet aux visiteurs d’être informés et sensibilisés à l’histoire de ces trois camps et en particulier sur l’internement puis l’assassinat de 16 000 internés juifs.

 

Il ne s’agit pas seulement de savoir, il s’agit de donner du sens à l’histoire.

 

Des ateliers pédagogiques sont proposés afin d’amener jeunes et moins jeunes à réfléchir sur les enjeux de cette histoire pour notre présent.

 

Chaque semaine, dans toute la région Centre, une programmation culturelle et des rencontres avec des témoins, des historiens, permettent d’approfondir encore ses connaissances.

 

Pour approfondir un thème, où pour ceux qui ne peuvent se déplacer à Orléans, le Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d’Hiv propose également des expositions itinérantes.

 

Sources : ©CERCIL - Musée Mémorial des enfants du Vel d’Hiv

Partager :

Mallette pédagogique Eugène Marlot, l’engagement d’une vie – CERD

Partager :

Le Centre européen du résistant déporté (CERD) a conçu une mallette pédagogique destinée aux élèves du primaire (CM2) et du secondaire (3e et 1re). Centrée autour de la personnalité d’Eugène Marlot, elle permet d’aborder, à partir d’un parcours individuel remarquable, la Seconde Guerre mondiale, la Résistance, la déportation mais aussi l’avant et l’après-guerre. Cette mallette est utilisée par l’équipe du CERD dans le cadre des nombreux ateliers pédagogiques proposés.

La mallette et son contenu. © CERD

Né en Bourgogne en 1900, Eugène Marlot est un témoin éclairé du XXe siècle. Successivement exploitant agricole, épicier, libraire, élu municipal socialiste, il participe aux côtés du député Jean Bouhey à la création de La Bourgogne républicaine, journal dont il devient un responsable actif. Démobilisé en août 1940, Eugène Marlot entre en résistance. Agent de renseignement au sein du réseau "Ceux de la Libération", il participe notamment à la création du journal clandestin Espoir. Il est arrêté par la Gestapo en août 1943 et déporté dans les camps de Natzweiler puis de Dachau.

 

Après guerre, Eugène Marlot consacre beaucoup de temps à témoigner de son passé de déporté Nacht und Nebel. Il publie en particulier L’Enfer d’Alsace consacré à sa déportation au camp de Natzweiler.

 

Eugène Marlot en tenue de déporté. © CERD

 

À partir de son cas particulier, le professeur d’histoire peut bâtir une approche historique globale de la Seconde Guerre mondiale ou illustrer un des aspects de son cours. La mallette est riche de nombreux documents (livres, photographies d’archives, témoignages filmés, gravures, fac-similés de journaux clandestins) et de pistes pédagogiques pour les exploiter en classe.

 

Grâce aux dessins d’Henri Gayot, mais aussi aux poèmes et aux articles de presse d’Eugène Marlot, au  chant d’Arthur Poitevin, la mallette s’adresse non seulement aux professeurs d’histoire, mais aussi aux professeurs d’arts plastiques et de français, favorisant une approche pluridisciplinaire.

 

La mallette est en vente au prix de 45 euros. Elle est en vente dans l’atelier Canopé de votre académie ou directement à l’accueil du CERD.

Fred Moore

1920-2017
Colonel (h) Fred Moore - Chancelier d’honneur de l’ordre de la Libération - 8 avril 1920-16 septembre 2017

ITW [P. 5] Les Chemins de la Mémoire-n°232 - Déc. 2012/Janv. 2013

Lieux de mémoire | Musée de l'Ordre de la Libération

 

Fred Moore est né le 8 avril 1920 à Brest. Son père, ancien officier de la Royal Navy, naturalisé français en 1926, est commerçant à Amiens dès 1921.

 

Après ses études au Lycée d'Amiens, Fred Moore entre à l'Ecole Nationale d'Optique à Morez dans le Jura.

 

Trop jeune pour être mobilisé, il s'engage comme volontaire en mai 1940 au titre du Bataillon de l'Air n° 117 stationné à Chartres, mais ne peut rejoindre son unité.

 

Il rejoint Brest où ses parents et son frère se réfugient après avoir évacué Amiens. Refusant la défaite, le 19 juin 1940, il quitte la France en bateau à voile en compagnie de son jeune frère et, de Bretagne, atteint l'Angleterre où, le 1er juillet 1940, il s'engage dans les Forces Françaises Libres au titre des Forces Aériennes Françaises Libres (FAFL).

 

Titulaire de son permis de conduire depuis 1938, il est, pour cette raison, finalement affecté à la 1ère Compagnie du Train avant de prendre part à l'expédition de Dakar en septembre 1940.

 

Désigné pour suivre, en décembre 1940, les cours d'élève aspirant au camp Colonna d'Ornano à Brazzaville, il est nommé aspirant le 14 juillet 1941 et dirigé sur Beyrouth pour servir aux troupes du Levant.

 

Le 1er septembre 1941, il est affecté chez les Spahis Marocains, comme chef du 2ème Peloton du 1er Escadron du Groupe de Reconnaissance de Corps d'Armée (GRCA) à Damas, où il s'entraîne en vue de participer à la campagne de Libye.

 

En avril 1942, il passe en Egypte avec son unité qui devient bientôt le 1er Régiment de Marche de Spahis Marocains. Il participe dès lors, à la tête du 2ème peloton de reconnaissance, à toutes les campagnes avec le 1er Escadron du 1er RMSM. Il combat en Egypte puis en Libye.

 

En 1943, il se distingue en Tunisie, notamment le 6 mars, au combat de l'Oued Gragour où il engage résolument son peloton face à des engins blindés ennemis en nombre supérieur et les stoppe à deux reprises. Par cette action retardatrice, il permet au gros des troupes d'intervenir à temps et de mettre en échec l'ennemi. En avril, il participe aux combats autour du Djebel Fadeloun avec la Force L du général Leclerc.

 

En juillet 1943, Fred Moore est affecté pendant un mois et demi à la Garde d'Honneur du général de Gaulle à Alger avant de rejoindre le 1er RMSM au Maroc où se constitue la 2ème Division Blindée.

 

Le 10 avril 1944, Il embarque à Oran avec son unité à destination de l'Angleterre.

 

Promu au grade de lieutenant en juin 1944, il débarque en Normandie, à Grandcamp, le 2 août 1944 avec la 2ème D.B. A la tête du 2ème Peloton du 5ème Escadron du 1er RMSM - il s'agit en réalité du 1er Escadron rebaptisé 5ème Escadron - le lieutenant Moore combat en Normandie. Du 15 au 29 août 1944, il met hors de combat avec son peloton trois canons antichars allemands, capture plus de cent prisonniers et un important matériel, ne perdant que deux hommes au cours de ces opérations.

 

Lors de la libération de Paris le 25 août 1944, il prend une part active à la prise de l'Ecole Militaire, puis, le 27 août, à la bataille de Dugny - Le Bourget en Seine-Saint-Denis.
 

S'ensuit la campagne des Vosges où avec audace et initiative, il prend sous ses feux la route Luneville-Strasbourg, le 23 septembre 1944 à Buriville dans les combats de la forêt de Mondon, et inflige à l'ennemi d'importantes pertes en matériel et en hommes.

 

Durant la campagne d'Alsace, il participe activement au combat de Mittellbron devant Sarrebourg le 20 novembre et à la libération de Strasbourg le 23 novembre, puis à la prise de Plobsheim, Krafft et Gerstheim les 28, 29 et 30 novembre.

 

En avril 1945, le lieutenant Moore prend part aux opérations sur le front de La Rochelle avant de faire route sur l'Allemagne où il participe aux derniers combats.

 

Démobilisé en avril 1946, il crée une affaire d'optique à Amiens.

 

Promu au grade de capitaine de réserve en 1950, Fred Moore est rappelé à l'activité en mai 1956 et affecté au 6ème Régiment de Spahis Marocains. Il sert en Algérie jusqu'en novembre 1956, commandant le 4ème Escadron.

 

Promu successivement, dans la réserve, chef d'escadrons en octobre 1958 puis lieutenant-colonel en 1966 et colonel en 1971. Il est chef de corps du 54ème RID de l'Oise de 1962 à 1978.

 

Colonel honoraire le 8 avril 1982.

 

Elu député de la Somme à Amiens (1ère circonscription) en 1958, Conseiller technique au cabinet du Ministre de l'Industrie (1962 à 1964), membre du Conseil Economique (1964-1966), il démissionne de toutes ses fonctions politiques en 1969 et se consacre à son métier d'opticien.

 

Vice-président national de l'Ordre des Opticiens, administrateur de Sociétés et PDG de la Société Industrielle de Développement Electronique et Nucléaire (S.I.D.E.N.) de 1969 à 1974.

 

Délégué Général du syndicat général de l'Optique française ainsi que de son équivalent à l'échelle européenne, l'Eurom, de 1977 à 1982.

 

En mars 2004, Fred Moore est nommé membre du Conseil de l'Ordre de la Libération, puis par décret du 11 octobre 2011, chancelier de l'Ordre de la Libération, succédant au Professeur François Jacob.

 

Le 16 novembre 2012, il est nommé par décret Délégué national du Conseil national des communes "Compagnon de la Libération". Renouvelé en octobre 2015, il met fin à ses fonctions en janvier 2017 et est nommé le 4 mai  2017 chancelier d’honneur de l’ordre de la Libération. 

Fred Moore est décédé le 16 septembre 2017 à Paris où il est inhumé.



• Grand Croix de la Légion d'Honneur


• Compagnon de la Libération - décret du 17 novembre 1945


• Croix de Guerre 39/45 (nombreuses citations)


• Médaille des Evadés


• Médaille Coloniale avec agrafes "Libye", "Tunisie"


• Croix du combattant Volontaire 39/45


• Croix du combattant Volontaire de la Résistance


• Officier des Palmes Académiques


• Médaille des Services Militaires Volontaires


• Médaille Commémorative des Services Volontaires dans la France Libre


• Médaille Commémorative des Opérations de Sécurité et de Maintien de l'Ordre en Algérie


• Presidential Unit Citation (USA)


• Officier du Nicham Iftikar (Tunisie)


• Officier du Ouissam Alaouite (Maroc)

 

Publication :

• « Toujours Français Libre ! », Elytis, Bordeaux 2014

Source : Musée de l'ordre de la Libération | Ordre de la Libération |
< Revenir à la liste des personnalités

L’internement des Tsiganes en France pendant la Seconde Guerre mondiale

 Par Marie-Christine Hubert[1]

 

Entre 1940 et 1946, plus de 6 500 hommes, femmes et enfants ont été internés en France dans une trentaine de camps pour le seul fait d’être considérés comme Tsiganes par les autorités allemandes et françaises. Cette histoire appartient tout autant à celle des persécutions raciales mises en œuvre par l’Allemagne nazie qu’à celle de la répression du nomadisme, politique menée par nombre de démocraties occidentales comme la France.

 

À partir de 1912, les autorités françaises mirent en place un dispositif visant à surveiller les itinérants français et étrangers. Une attention particulière fut portée aux Tsiganes avec la création du régime des nomades et l’utilisation du carnet anthropométrique d’identité qui permettaient une surveillance des déplacements et une identification des « nomades ». Environ 40 000 personnes étaient ainsi fichées avant-guerre.

 

Le 6 avril 1940, la Troisième République interdit sur le territoire métropolitain et pour toute la durée de la guerre la circulation des nomades et les assigna à résidence. Le 4 octobre 1940, les autorités d’occupation ordonnèrent aux préfets de la zone occupée d’interner les Tsiganes. Les gendarmes ont alors arrêté prioritairement les familles assignées à résidence en avril et les porteurs du carnet anthropométrique. Furent également internés des forains, des travailleurs itinérants, des clochards et des sédentaires marginalisés, c’est-à-dire toutes les personnes soupçonnées d’être Tsiganes tant par les autorités allemandes que françaises.

Rassemblés dans la précipitation dans des carrières et des châteaux abandonnés, les familles furent transférées rapidement dans des camps plus structurés administrés par les préfectures et surveillés par des gendarmes comme à  Mérignac (Gironde), Moisdon-la-Rivière (Loire-Atlantique), Poitiers (Vienne). Fin 1941, les Tsiganes furent regroupés dans des camps régionaux comme Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire), Mulsanne (Sarthe), Jargeau (Loiret), Saint-Maurice-aux-Riches-Hommes (Yonne).

 

Le froid, la faim, l’absence d’hygiène eurent raison des plus fragiles, les jeunes enfants et les vieillards. Les familles pouvaient sortir du camp et être assignées à résidence à proximité même si les conditions nécessaires (domicile fixe, travail, accord des différentes autorités) étaient difficiles à obtenir sans aide de l’extérieur. L’internement comme la libération était avant tout une décision arbitraire résultant du bon vouloir des préfets et des Allemands.

 

En zone libre, la règle était l’assignation à résidence. Toutefois, les Tsiganes expulsés d’Alsace-Lorraine à l’été 1940 ont été internés dans les camps d’Argelès-sur-Mer, Barcarès puis Rivesaltes. En mai 1942, le gouvernement de Vichy créa à Saliers (Bouches-du-Rhône) un camp réservé au Tsiganes[2]. Objet de propagande et construit selon une architecture particulière, il accueillit à l’automne 1942 les Tsiganes de Rivesaltes mais aussi des nomades que les préfets de la zone libre jugeaient indésirables. Dans les Hautes-Pyrénées, le camp de Lannemezan était destiné aux nomades étrangers[3].

 

Les Tsiganes ne furent pas libérés en 1944 comme les autres internés administratifs. L’internement fut assimilé à une mesure d’assignation à résidence, le décret du 6 avril étant toujours en vigueur. Ce n’est qu’avec le décret du 10 mai 1946 officialisant la fin de la guerre, que les derniers nomades, furent libérés du camp des Alliers (Charente)… bien après les collaborateurs.

 

Le décret d’Himmler du 16 décembre 1942 ordonnant la déportation à Auschwitz des Tsiganes du Grand Reich ne s’appliquait pas à la France. Néanmoins, 145 Français arrêtés dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais rattachés à la Belgique ont été déportés par le convoi Z du 15 janvier 1944. Les hommes internés à Poitiers furent quant à eux déportés en 1943 dans les camps de Sachsenhausen et Buchenwald dans le cadre de l’opération Meerschaum qui alliait une nouvelle politique de répression via la déportation massive des opposants politiques et l’approvisionnement des camps en main-d’œuvre forcée.

 

Après la guerre, ces familles démunies et meurtries furent de nouveau soumises au régime des nomades. En 1969, le carnet anthropométrique d’identité fut remplacé par un carnet de circulation moins contraignant mais tout aussi discriminatoire. Ce n’est qu’en 2010 et 2016 que la France reconnut officiellement sa responsabilité dans l’internement d’une frange de ses concitoyens, les Tsiganes internés étant en effet à plus de 90 % de nationalité française.

 

 



[1] Emmanuel Filhol, Marie-Christine Hubert, Les Tsiganes en France : un sort à part 1939-1946, Perrin, 2009.

[2] Mathieu Pernot, Un camp pour les Bohémiens. Mémoires du camp d’internement pour nomades de Saliers, Actes Sud, 2001.

[3] Voir les ouvrages autobiographiques de Matéo Maximoff.

 

La libération de Strasbourg

Après avoir complété ses effectifs par l’incorporation de FFI, la 2e DB, au sein du 15e corps d’armée américain (3e puis 7e armées US), reçoit pour objectif Epinal. Dès le 12 septembre, un détachement de la division effectue la liaison avec des éléments de la 1ère DMI (ex DFL). Leclerc pousse jusqu’à Vittel, Contrexéville et Dompaire. Avec l’aide de la Résistance, Baccarat est libéré le 30 octobre. Badonviller est libéré le 17 novembre.

Leclerc prépare le franchissement des Vosges de part et d’autre de la trouée de Saverne pour atteindre la plaine d’Alsace et Strasbourg. Le général américain Haislip autorise Leclerc à fondre sur Strasbourg pour essayer de prendre intact le pont de Kehl. Le 22 novembre, les ordres du général Leclerc sont de prendre Strasbourg et si possible Kehl, de l’autre côté du Rhin, tout en continuant à surveiller et tenir la trouée de Saverne et de se garder face au sud des réactions ennemies. Le groupement de Guillebon doit pousser sur le sud de Strasbourg, tandis que le groupement de Langlade, formé notamment du 12e régiment de chasseurs d’Afrique, doit s’emparer du nord de la ville. Le groupement Dio doit poursuivre le nettoyage de la trouée de Saverne et assurer le flanc-garde au nord de la division. Le 23 novembre, à 6 h 45, les groupements démarrent. A 10 h, les premiers éléments du sous-groupement Rouvillois, commandant le 12e régiment de cuirassiers, pénètrent dans la capitale alsacienne. En début d’après-midi, le sous-groupement Massu entre à son tour dans la ville. Le drapeau tricolore est hissé sur la flèche de la cathédrale de Strasbourg.

Dans une proclamation, Leclerc rappelle aux Strasbourgeois que la libération de la capitale de l’Alsace a été son obsession pendant trois ans, depuis le célèbre serment prêté depuis Koufra, le 2 mars 1941.
Dans ses Mémoires de guerre, le général de Gaulle écrit : « Un message du général Leclerc m'apprend l'entrée de ses troupes à Strasbourg à peine y ont-elles pénétré. Au début de la séance tenue, ce jour-là, par l'Assemblée consultative, je viens annoncer la nouvelle. Un frisson parcourt l'assistance, élevée soudain toute entière au-dessus d'un quelconque débat. Les armes ont cette vertu de susciter, parfois, l'unanimité française.

Mais Leclerc ne peut exploiter vers le sud où de Lattre a libéré Mulhouse. De plus, les Allemands veulent défendre coûte que coûte ce qu’ils considèrent comme une partie du territoire du Reich, le « Vaterland ». Ils préparent une contre-attaque qui doit leur permettre de rejeter les Alliés loin des frontières allemandes. Le 16 décembre, ils lancent une vaste offensive dans les Ardennes. Les Américains sont bousculés. Le 31 décembre, une nouvelle phase de l’offensive allemande est lancée sur l’Alsace, entre Bitche et Saverne. Strasbourg est menacé le 5 janvier par une tête de pont allemande à Gambsheim. Le général de Gaulle obtient des Américains que la 3e division algérienne défende la ville tandis que les troupes américaines se replient sur une ligne Haguenau-Wingen. Le 9 janvier, la 10e DI, formée de FFI, vient renforcer le dispositif.

Entre l’Ill et le canal Rhin-Rhône, l’attaque allemande, déclenchée le 7 janvier, repousse la 1ère DMI qui subit de lourdes pertes. Au nord, les blindés allemands obligent les Américains à repasser la Moder, mais, le 22 janvier, l’intervention énergique de la 2e DB (placée sous le commandement de la 1ère armée française) permet de stabiliser le front à une quinzaine de kilomètres de la capitale alsacienne, qui reste pourtant sous la menace allemande. Au début de février 1945, pour soulager la pression sur Strasbourg et le nord de l’Alsace, le général de Lattre de Tassigny décide de relancer son offensive sur Colmar et sa poche de défense allemande.

Au total, 12 000 soldats allemands sont fait prisonniers, dont 3 généraux, Brühn, Freiher (89e CA) et von Vaterrodt, gouverneur militaire de Strasbourg ; 2000 Allemands ont été tués, 850 engins blindés et 166 pièces d'artillerie détruits. Côté français, on dénombre 120 tués et blessés ainsi que 80 engins, dont 10 chars, détruits.
Après Paris, la libération de Strasbourg, capitale de l'Alsace annexée au Reich, permet à Leclerc d’atteindre l'objectif politique que lui a assigné le général de Gaulle. Toutefois, de Lattre n'a pas réussi à prendre Colmar. L'Alsace n’est donc pas encore totalement libérée. Il faudra d’âpres combats et de lourdes pertes, tout au long des mois de décembre 1944 à février 1945, pour y parvenir.

  • La cathédrale Notre-Dame de Strasbourg, 13-19 décembre 1944. Copyright ECPAD. Photographe Jacques Belin. Réf. : TERRE 382-L9085

  • Lors de la libération de Strasbourg, des soldats de la 2e DB érigent un barrage anti-chars dans la rue du port du Petit-Rhin. Copyright ECPAD. Photographe Jacques Belin ou Roland Lennad. Réf. : TERRE 339-L8049

  • La 2e DB dans Strasbourg, le 23 novembre 1944. Copyright ECPAD. Photographe Jacques Belin ou Roland Lennad. Réf. : TERRE 339-L8067

  • Prisonniers de guerre allemands rassemblés dans la caserne Stirn à Strasbourg, sous la surveillance de soldats de la 2e DB. Copyright ECPAD. Photographe Jacques Belin ou Roland Lennad. Réf. : TERRE 339-L8157

  • No man's land entre Strasbourg et Kehl, 16 janvier 1945. Copyright ECPAD. Photographe Henri Malin. Réf. : TERRE 10087-G15

Pages