Newsletter

Bevaux

Nécropole nationale de Bévaux. © ECPAD

Located in Verdun, Bévaux National Cemetery holds the remains of soldiers who died for France during the battles in Verdun between 1916 and 1918. Like a certain number of other cemeteries on the Verdun battlefield, this cemetery, established in 1914, should have been transferred to Douaumont cemetery. In consideration of the bereaved families, the cemetery was eventually preserved in 1924, and redesigned in 1967 to accommodate the remains of other soldiers who fell in the sector of Verdun. In 1962, 569 corpses were recovered from Petits Monthairons Cemetery. The cemetery contains the individual graves of over 3,500 French soldiers killed during the First World War and 485 French soldiers killed in the Second World War.

 

  • Nécropole nationale de Bévaux. © ECPAD

  • Nécropole nationale de Bévaux. © ECPAD

  • Nécropole nationale de Bévaux. © ECPAD

  • Embarquement des évacués dans un train sanitaire, janvier 1916. La caserne Bévaux, toute proche, devient un important centre hospitalier regroupant jusqu’à cinq ambulances, avec pavillon de chirurgie d’une capacité de 100 lits pour les blessés intransportables. Les autres blessés sont dirigés vers l’HOE de la Queue-de-Mala et les blessés légers vers l’ambulance de Belleray. © ECPAD

  • Revenant du fort de Vaux, des soldats français attendent de partir en repos, avril 1916. Reliant Bar-le-Duc à Verdun,  cette route départementale constitue l'artère logistique vitale du front de Verdun. Devant l'incapacité d'employer les voies ferroviaires soumises au feu de l'artillerie, le capitaine Doumenc conçoit et met en oeuvre le principe d'une rotation rapide et permanente. Toutes les treize secondes, un véhicule notamment les camions Berliet circulent sur cette route entretenue en permanence, alimentant ainsi le front en troupes et en matériel. Après la guerre, rappelant les voies antiques conduisant au triomphe, elle fut baptisée, par Maurice Barrès, la Voie Sacrée. © ECPAD

  • Soldats français dans le ravin de la Rousse, février 1917. En ce mois de février 1917, la boue envahit l'ensemble
    des abris, rendant la vie difficile. © ECPAD

  • Paysage dévasté par les bombardements - Secteur des Chambrettes, février-mars 1917. La boue rend les boyaux impraticables. Par grosse pluie, les tranchées sont inondées. Les combattants doivent alors devenir parfois terrassiers pour entretenir les tranchées mises à mal par l’artillerie et endurer, au milieu de ces cloaques, nombre de souffrances. © ECPAD

  • Chemin de ronde du fort de Tavannes, avril 1917. Ce fort commande l’arrière terrain de la ligne Vaux-Souville et la route d’Etain à Verdun. En s’efforçant d’atteindre Souville, les Allemands cherchaient, par de fréquents bombardements à détruire Tavannes. Le fort résiste assez bien aux obus. Le 7 mai 1916, un obus de 420, faisant sauter une voûte, y cause de sérieux dommages. © ECPAD

  • Installation d'un obusier de 220 mn Schneider au nord de Verdun, août 1917. © ECPAD

  • Ruines de Verdun situées sur les rives de la Meuse, 1917. Au fond à droite de l'image, on aperçoit la cathédrale de Verdun. Pour sa résistance, la ville de Verdun est, le 13 septembre 1916, décorée de la Légion d’Honneur. © ECPAD

  • > Return to results

    Practical information

    Address


    Verdun

    Read more

    Read more

    Comité Départemental du Tourisme de la Meuse
    33, rue des Grangettes
    55012 Bar-le-Duc Cedex
    Tél : 03 29 45 78 40 - www.tourisme-meuse.com