La Tragédie du Maquis d’Izon la Bruisse

Robert Pinel
Auteur Robert Pinel
ISBN 978-2-9546669-0-7
EAN 9782954666907
Prix 30 €

Le 22 février 1944, Mardi gras, 4 h 30 du matin, un groupe de soldats allemands, guidés par des Français, des traîtres engagés dans l'armée allemande, investissent le territoire du Maquis Ventoux, plus communément appelé ici, Maquis d'Izon.

 

À 7 heures, il fait encore nuit noire, ils attaquent simultanément les sections de l'École et des Granges Basses à Izon, les postes de garde de la Ferme Monteau à Eygalayes et de Col St-Jean. À l'école et aux Granges Basses, les Maquisards sont réveillés par les Allemands. À la ferme Monteau, la garde a fonctionné et a attaqué les forces ennemies. II y aura quatre morts les armes à la main. À 7 h 30, la doctoresse Egoroff, à Séderon soigne (contrainte) le premier des trois blessés allemands.

 

Les prisonniers des campements d'Izon sont ramenés à la Ferme Monteau, où va se dérouler le drame final. Vers midi, on pouvait compter 34 morts.

 

Vers 12 h 30, un autre drame à Séderon. Le gendarme Gamonet, pour son engagement auprès du Maquis d'Izon est assassiné par la Gestapo.

 

L'après-midi, la Feldgendarmerie, arrête quatre Maquisards-réfractaires, du Maquis d'Izon, au col du Négron. Ils seront déportés. Deux ne revinrent pas.

 

Sur la route du retour, à Barret-de-Lioure, les Allemands tirent sur trois jeunes gens qui fêtent Mardi gras.

 

Le 28 février, les Allemands reviennent à Izon pour abattre celui qu'ils ont torturé durant une semaine, Bruno Razzoli.

 

Bilan : 41 morts.

 

Il y a huit rescapés de cette journée, dont Laurent Pascal, l'évasion la plus connue. Les quatre principaux traîtres français ont payé leur crime, fusillés par la Résistance. Parmi les militaires allemands, même ceux arrêtés en Allemagne, aucun ne sera jugé. L'armée française est empêtrée dans le bourbier de la guerre française d'Indochine.

 

 

Robert Pinel – Président de Mémoire Résistance HB - Association pour la Mémoire de la Resistance et de la Déportation dans les Hautes Baronnies "Mémoires Résistance HB"

 

Contact : memoire.resistancehb@orange.fr

 

Pour en savoir plus