Les procès de la collaboration dans la Loire (1944-1945)

Roger Grataloupt
Auteur Roger Grataloupt
Éditeur Éditions du Roure
ISBN 978 2 919762 30 9
Prix 25 €

C’est à l’occasion de la rédaction de son livre L’État français contre la franc-maçonnerie, l’exemple stéphanois, publié sous le pseudonyme de J.-M. Larchet, que Roger Grataloupt découvre l’intérêt de la micro-histoire et son apport quant à la connaissance du passé. Aujourd’hui sa chronique de l’épuration dans le département de la Loire, basée sur des sources en partie totalement inédites, rassemble un faisceau d’indices qui remet en cause bien des idées reçues sur cet épisode fort controversé de notre histoire. Des anecdotes locales, pittoresques ou dramatiques accompagnent les procès de la collaboration dans le département et constituent un témoignage original et fécond de la fin du conflit qui, dans les mois qui suivirent la Libération, opposa la Résistance intérieure au gouvernement du général de Gaulle, tandis que les forces qui la composaient se déchiraient dans des luttes à couteaux tirés pour la conquête du pouvoir.


Avec ce très long travail, Roger Grataloupt, prouve le décalage entre la grande histoire, généraliste, synthétique jusqu’à ignorer superbement moults détails, et la relation des faits par un chercheur pointilleux qui vérifie avec le recul de 70 ans, les rapports entre résistance et collaboration, justice et équité, revanche et juste part des choses, expiation et pardon, mémoire et devoir de mémoire.


C’est à Saint-Étienne et dans le département de la Loire que tout se passe, entre 1944 et 1945.

 

Roger Grataloupt, retraité de la Direction générale des Impôts, est intervenu dans nombre d’établissements supérieurs de formation stéphanois, notamment à la faculté de droit où pendant près de dix ans il a assuré le cours de droit fiscal. Passionné d’histoire il a écrit, entre autres, « Les occupations autrichiennes du Forez de 1814 et 1815 », «  Les surprenants cahiers de doléances de la Loire », «  Les conférences anti-maçonniques à Saint-Étienne en 1942 », « Immortel Philibert Besson ».