Les troupes alliées en France 1914-1918

Ouvrage collectif

La couverture de l'ouvrage. Photo éditions DMPA

Auteur Ouvrage collectif
Éditeur DMPA

Lorsque la guerre dans les Balkans éclate, le 28 juillet 1914, entre Serbes et Autrichiens, que grandit la menace d'une généralisation du conflit, où elle se retrouverait face à l'Allemagne, la France n'est pas seule, car elle a forgé des alliances avec la Russie (1892) et l'Angleterre (1904). Sans cesse, la France a gardé à l'esprit son désastre de 1870-71 lorsque, dépourvue d'allié, elle affronta la Prusse, la Bavière, et d'autres États allemands réunis plus tard en un empire germanique. Sa politique étrangère ne vise qu'à rechercher puis à conforter des alliances. Elle a même ?uvré au rapprochement des Russes et des Anglais, qui ont réglé à l'amiable leur contentieux asiatique en août 1907. Vue de Paris, une Triple Entente existe, même si l'Angleterre reste réservée sans vouloir un trio trop embarrassant, tandis que la France resserre les liens avec Saint-Pétersbourg. Ainsi le protocole franco-russe du 13 juillet 1912 stipule des interventions militaires réciproques d'assistance : la France interviendra si l'Allemagne soutient l'empire des Habsbourg contre le tsar et la Russie attaquera au douzième jour de la guerre en cas de duel franco-allemand en obligeant le Reich à se battre sur deux fronts.

En 1913, une convention avec les Anglais prévoit l'envoi d'un corps expéditionnaire britannique sur le continent, mais à la condition d'une réelle menace contre l'équilibre européen et les intérêts de Londres. Quand le 1" août 1914, l'Allemagne déclare la guerre à la Russie, qui protège le royaume de Serbie contre l'agression de l'empereur François-Joseph, la France, en fidèle alliée, se range aux côtés des Russes en mobilisant ses armées. Elle s'attire la riposte des Allemands qui lui déclarent la guerre le 3 août. Déjà le 2 août, les troupes du kaiser Guillaume II ont envahi et occupé le grand-duché de Luxembourg, neutre. Ensuite, elles attaquent la Belgique au matin du 4 en violant sa neutralité. Alors la Grande-Bretagne déclare la guerre au IIe Reich le jour même et à l'Autriche-Hongrie le 13 août. En quelques jours, les déclarations de guerre se succèdent car les États belligérants au patriotisme exacerbé, aux chefs, aux gouvernements, aux peuples résolus à la lutte, se ruent les uns contre les autres, sauf la Belgique qui se défend en ressentant le choc ennemi comme une invasion indigne, une injustice contre le droit même des petits pays neutres. En fait, l'empire allemand continue la guerre d'annexions inaugurée par la Prusse et Bismarck en 1864 contre le Danemark, espère abattre la France, comme en 1871, lui ravir d'autres territoires, arracher la Pologne et l'Ukraine au tsar. D'emblée s'ouvre une lutte sans merci où vont peser les poids industriels, économiques, démographiques des nations dont le destin réside désormais dans la capacité à vaincre de leurs armées...

Les troupes alliées en France 1914-1918 Brochure publiée et vendue par la DMPA - Tél. 01.44.42.16.49 Prix : 5 ?