Musée de la Légion d'honneur et des ordres de chevalerie

et des ordres de chevalerie

Façade du musée de la Légion Honneur. Source : Photo JP Le Padellec, MINDEF/SGA/DMPA

Ce Musée présente l'histoire des décorations et des ordres de chevalerie français depuis Louis XI...

Après cinq années de fermeture pour travaux, dirigée par Lucie Garban, Alain Desmarchelier et Marc Vareille, le Musée de la Légion d'honneur et des Ordres de Chevalerie, offre un voyage inattendu à travers le monde dans l'univers des décorations réunies autour de la Légion d'Honneur française, à travers toutes les époques du Moyen Age à nos jours.

Ce haut lieu de mémoire nationale est créé en 1925, à l'initiative du général Dubail, grâce à un don conséquent de l'Américain William Nelson Cromwell qui en finance les quatre cinquième de la construction. Le musée occupe à présent toute l'aile du Palais de Salm, hôtel particulier de style néo-classique construit entre 1782 et 1787 pour un prince allemand, le prince Frédéric de Salm-Kyrbourg, donnant sur le parvis du Musée d'Orsay. Quand la Révolution survint et avec elle la Terreur, le prince fut mené à l'échafaud le 23 juillet 1794, laissant de nombreuses dettes à son fils. Ses créanciers obtinrent que le palais, inscrit sur la liste des biens nationaux, fût rendu à la famille afin de rembourser leurs emprunts. Le palais abrita ainsi un temps un club républicain fréquenté par Madame de Staël ou des expositions artistiques. Son achat, le 3 mai 1804, par le Comte de Lacépède, Grand Chancelier de la Légion d'honneur, mis un terme à ses vicissitudes.


Le nouvel aménagement, discret, moderne et respectueux de la philosophie du général Yvon Dubail, fondateur du musée en 1925, prolonge le charme originel de ses galeries. Les vitrines d'origine ont été restaurées et adaptées, restituant aux deux grands salons tout leur volume d'exposition. Les matériaux choisis, acajou et laiton oxydé, s'inscrivent dans la continuité des aménagements de 1925, d'inspiration Empire, revisités dans un esprit contemporain. Privilégiant une unité de parcours et une logique de découverte, le Musée offre des visites adaptées à tous les publics. Sa rénovation a ainsi permis d'accroître son espace d'exposition, de rendre les collections plus vivantes et d'une meilleure lisibilité sans ternir le charme et l'élégance de son architecture intérieure. Le parcours muséographique reprend dans un premier temps l'histoire des décorations nationales. Les ordres de chevalerie sont inspirés de l'idéal chevaleresque et de la solide organisation des ordres religieux et militaires. Plus tard, à partir du XIVe siècle, les princes européens fondent leurs propres ordres de chevalerie. En France, les ordres royaux de Saint-Michel (1469) et du Saint-Esprit (1578) ont rythmé l'Ancien Régime et leur prestige a marqué les mémoires.


L'ordre militaire de Saint-Louis, premier ordre de mérite démocratique, a été créé par Louis XIV en 1693. Il annonce la Légion d'honneur dont les racines puisent au plus profond des traditions de la chevalerie française. Les ordres et récompenses du vieux continent résument la construction et l'évolution des différents pays qui composent l'Europe. A partir du XVIIIe siècle se généralisent, souvent inspiré par le modèle français, des ordres de mérite, ouverts à tous, complétés par de nombreuses décorations militaires ou civiles adaptées à l'histoire et à la symbolique de chaque pays. Certains Etats comme les Etats-Unis ne connaissent que des décorations dont la prestigieuse médaille d'honneur du Congrès et réservent aux étrangers leur seul ordre : la Legion of Merit. Quant aux pays d'Amérique latine, ils doivent leur système de récompense aux modèles européens très présents dans leur histoire. Enfin, la notion d'ordre honorifique, distinct de tout avantage matériel, était étrangère aux civilisations africaines et asiatiques. Ce n'est qu'au cours du XIXe siècle que, progressivement, les usages occidentaux furent adoptés et que de nombreux ordres furent créés.


Au-delà des décorations, le musée détient également le vitrail représentant le roi de Rome enfant . le Premier Consul peint par Gros, les baguettes du tambour d'Arcole, Louis-Philippe recevant la Jarretière des mains d'une reine Victoria juvénile, des scènes étonnantes de la campagne d'Algérie, sous la Monarchie de Juillet et un superbe portrait de Guynemer... "La Légion d'honneur récompense une activité d'excellence au bénéfice de la Nation, un acte de courage ou une vie de dévouement, souligne Anne de Chefdebien. A travers les objets et les portraits exposés, l'institution de la Légion d'honneur délivre aussi un message civique. Un parcours multimédia, tout au long de la visite, permet de rencontrer des hommes et des femmes exceptionnels. A partir d'un portrait, d'une distinction ou d'un objet, le visiteur peut en savoir davantage sur ces personnalités qui ont compté."


Cinquante rebonds ont été aménagés tout au long du parcours qui aboutit à une salle interactive où sont présentés trois cent portraits illustrant la richesse et la diversité des ordres nationaux. Ces portraits permettent de réfléchir aux mérites de celles et ceux qui construisent nos nations. Les insignes présentés au Musée de la Légion d'honneur sont des miroirs à deux faces. Le dispositif interactif proposé invite le visiteur à s'y pencher à travers un parcours audio guidé, un parcours audiovisuel et la consultation d'un centre de ressources en fin de visite. D'une part les décorations sont, par les symboles, les figures, les devises qu'elles portent les témoins de la grande histoire, celle des révolutions et des guerres qui ont forgé la France d'aujourd'hui et ses valeurs. L'audio guide très complet souligne l'intention muséologique qui met en résonance les ordres de chevalerie et les distinctions contemporaines et se penche au travers des époques sur le rapport entre le pouvoir politique et la noblesse, puis la société civile. De l'autre côté, les insignes ont la mémoire de ceux qui les ont portés. Chaque objet est le témoin d'une histoire individuelle, d'une action de courage ou de générosité, d'une vie vouée à l'art, à la science, au sport. Une cinquantaine de portraits sont évoqués en salles sur des bornes audiovisuelles interactives (pilotées par l'audio guide) et plus de 250 figures du XIXe et du XXe siècles se font écho dans le centre de ressources consultable librement dans une salle dédiée. Le centre de ressources est également accessible par extranet aux enseignants. La Grande Chancellerie administre actuellement les deux ordres nationaux (la Légion d'honneur et l'Ordre national du Mérite) et la Médaille militaire. Au 31 décembre 2005, la Légion d'honneur comptait 98 373 membres (de nos jours, les femmes représentent environ 17 % des promotions civiles), l'Ordre national du Mérite, 194 908 (aujourd'hui, 27 % des promotions civiles sont des femmes) et 187 294 personnes sont médaillées militaires.
 

Musée de la Légion d'honneur et des ordres de chevalerie

2 rue de la Légion d'honneur - 75007 Paris

Tél.: 01 40 62 84 25 - Fax : 01 40 62 84 96

E.mail : musee@legiondhonneur.fr

  • Aigle d'Or - Premier Empire. Source : Musée de la Légion d'honneur et des ordres de chevalerie
  • Ordre National du Mérite. Source : Musée de la Légion d'honneur et des ordres de chevalerie
  • Salle de l'Ancien musée. Source : Musée de la Légion d'honneur et des ordres de chevalerie
  • Salle des Ordres étrangers. Source : Musée de la Légion d'honneur et des ordres de chevalerie
  • Croix de guerre du maréchal Foch. Source : Musée de la Légion d'honneur et des ordres de chevalerie
  • Croix de la libération du maréchal Leclerc. Source : Musée de la Légion d'honneur et des ordres de chevalerie
  • Le prince Frédéric de Salm-Kyrbourg. Source : Musée de la Légion d'honneur et des ordres de chevalerie
  • Le général Yvon Dubail. Source : Musée de la Légion d'honneur et des ordres de chevalerie
  • Façade du musée de la Légion Honneur. Source : Photo JP Le Padellec, MINDEF/SGA/DMPA
  • > Retourner aux résultats

    Infos pratiques

    Adresse

    2 rue de la Légion d'honneur 75007
    Paris
    01 40 62 84 25

    Tarifs

    Visite libreVisite guidée : 150 euros TTC 25 personnes maximum

    Horaires d'ouverture hebdomadaires

    Du mercredi au dimanche de 13h à 18h, mardi réservé aux groupes sur réservation. Fermé les lundis

    Fermetures annuelles

    Fermé les 1er janvier, 1er mai, 15 août, 1er novembre et 25 décembre.