Musée de l'Ordre de la Libération

Partager :

Mémorial consacré aux compagnons de la Libération. Entièrement rénové entre 2012 et 2015.

Le général de Gaulle crée l'Ordre de la Libération en novembre 1940, à Brazzaville. Cette décision, qui intervient quelques mois après l'appel du 18 juin, peut sembler étonnante compte-tenu des préoccupations du moment. Mais le chef des Français libres, qui a compris que la guerre serait longue, souhaite trouver un symbole fort permettant d'encourager et de récompenser ceux qui se montreraient particulièrement méritants dans les combats contre l'occupant nazi. Ce n'est d'ailleurs pas une simple décoration -la croix de la Libération- qui est alors créée mais un ordre sans hiérarchie dont les membres portent le titre de compagnons de la Libération.

 

Un peu plus de mille croix de la Libération sont attribuées, selon des critères très stricts, par décret du général de Gaulle sur proposition du conseil de l'Ordre que préside le chancelier. En janvier 1946, l'ordre est forclos et les compagnons de la Libération -cette "chevalerie exceptionnelle" - forment dès lors un groupe immuable représentant à jamais la Résistance 1940-1945. En 1965, le général de Gaulle, président de la République, décide de l'installation de l'Ordre de la Libération aux Invalides, haut lieu de la mémoire militaire nationale. Cinq ans plus tard, le Musée de l'Ordre de la Libération ouvre au public.

  • Tenue de sous-préfet de Jean Moulin

    Tenue de sous-préfet de Jean Moulin.©Musée de l'Ordre de la Libération

  • La croix de la libération

    La croix de la libération. ©Musée de l'Ordre de la Libération

  • La façade du musée de l'Ordre de la Libération

    La façade du musée de l'Ordre de la Libération. ©Musée de l'Ordre de la Libération

Le prestige incontestable de l'Ordre a permis de réunir en trente ans, en un même lieu, des collections d'une très grande richesse. Cette richesse doit beaucoup à la diversité des 1 061 compagnons de la Libération qui, à travers toutes les formes de la résistance active, rassemble aussi bien l'instituteur que l'aumônier militaire, le tirailleur africain que le général d'armée, l'étudiant que l'ouvrier, mais également 18 unités combattantes et 5 communes françaises.

 

Ces collections -formées essentiellement d'objets et documents personnels donnés par les compagnons et par leur famille- témoignent de l'engagement et des épreuves traversées. Véritable vitrine de l'Ordre, le musée présente dans son exposition permanente plus de 4 000 pièces qui, à travers trois espaces (France libre, Résistance intérieure, Déportation), illustrent le parcours des compagnons. Si de nombreuses pièces sont exceptionnelles par leur rareté, elles le sont aussi par les personnalités auxquelles elles se rattachent. Le visiteur peut notamment y voir les vêtements civils et la tenue de sous-préfet de Jean Moulin, la vareuse du commandant -futur général- Leclerc, des fanions pris à l'ennemi sur les champs de bataille d'Afrique et d'Europe, le blouson de vol de Pierre-Henri Clostermann, les premiers pavillons de marine de la France Libre, des dessins originaux réalisés dans les camps de concentration, des tracts, journaux et postes-émetteurs clandestins...


La salle d'honneur du musée est consacrée au général de Gaulle, fondateur et grand-maître de l'Ordre. Elle expose des objets personnels, l'ensemble de ses décorations françaises et étrangères, sa seule tenue complète existante et certains de ses manuscrits de guerre les plus importants, parmi lesquels le texte original de l'affiche A tous les Français classé en 2005 par l'UNESCO. Musée d'objets, le Musée de l'Ordre de la Libération est pour cela un complément évident du Musée de l'Armée rénové et de l'Historial Charles de Gaulle dont la conception résolument moderne repose -elle- uniquement sur l'image et sur le son.

 

Un lieu de mémoire et d'histoire

 

Avec la disparition progressive des compagnons, le musée est devenu le centre de l'action mémorielle menée par l'Ordre de la Libération. Fort de son implantation aux Invalides, il reçoit en moyenne 100 000 visiteurs par an et développe de multiples actions pédagogiques (préparation au Concours national de la Résistance et de la Déportation, visites commentées pour les 3èmes, 1ères et Terminales, questionnaire pour les élèves du primaire...). Lieu de mémoire et d'histoire, le musée est aussi un centre de documentation et de recherches qui gère les archives de l'Ordre et les dossiers des compagnons de la Libération, une bibliothèque (4 000 titres) et une photothèque (10 000 photographies).

 

Le Musée est également présent sur le web grâce au site Internet de l'Ordre qui présente, notamment, une notice biographique pour chaque compagnon de la Libération ainsi qu'une sélection d'objets et de documents parmi les plus significatifs des collections du Musée.

 

Préparer sa visite
 

L'entrée des visiteurs se fait par le musée de l'Armée. Le billet donne accès au musée de l'ordre de la Libération ainsi qu'aux autres établissements du site :

 

- Musée de l'Armée - Musée des Plans-Reliefs - Tombeau de Napoléon Ier - Certaines expositions temporaires

 

Le musée met tout en œuvre pour transmettre la mémoire des Compagnons aux petits comme aux grands. Un parcours interactif et explicatif, à destination des enfants et de leurs parents, est associé à des objets ciblés pour une découverte ludique des collections.

 

Les entrées du musée

    Par l'esplanade des Invalides
    129 rue de Grenelle 75007 Paris
    Par la place Vauban
    Place Vauban 75007 Paris
 

 

Musée de l'Ordre de la Libération

  

Renseignements :

01 80 05 90 82

secretaire.musee@ordredelaliberation.fr

 

Adresse postale : Musée de l'Ordre de la Libération - 51 bis bd de Latour-Maubourg - 75700 PARIS cedex 07

Partager :