Newsletter

La nécropole nationale de Cambronne-lès-Ribécourt

La nécropole nationale de Cambronne-lès-Ribécourt. © ECPAD

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_Cambronne_les_Ribecourt

 

Créée en 1950, la nécropole nationale de Cambronne-lès-Ribécourt est une nécropole de regroupement. En effet, à cette date, ont été rassemblées les dépouilles de soldats français morts pour la France au cours de la campagne de France (mai-juin 1940) et lors des combats de la libération du territoire nationale (1944-1945). Au titre de la Seconde de la Guerre mondiale, on recense 2 106 soldats et résistants ainsi que trois Polonais, un Espagnol, et un Roumain. De 1972 à 1974, ce site est aménagé à nouveau pour y réunir les restes mortels de 126 combattants de la Grande Guerre. L'ensemble des corps, y compris ceux de la Grande Guerre, a été exhumé dans les départements de l'Eure, de l'Oise, de la Somme et de la Seine-Maritime. L'aménagement de ce site est ainsi fonction de son histoire car les tombes de 1939-1945 sont disposées en arc de cercle à l'entrée, tandis que celles de 1914-1918 sont alignées au fond de la nécropole.

Parmi les 2 237 combattants ici rassemblés, reposent notamment les corps du Chef de bataillon Bouquet, du capitaine Speckel et des tirailleurs Lena Faya et Aka Tano exécutés sommairement, en juin 1940, au bois d'Eraines. Au sein de la nécropole de Cambronne-lès-Ribécourt ont été également réunies les dépouilles du paquebot Meknès. En pleine mer, le 24 juillet 1940, ce navire est torpillé faisant 430 victimes, parmi lesquelles Christian Werno.

En France, le 5 juin 1940, la situation militaire est critique. Privée du soutien du corps expéditionnaire britannique évacué de Dunkerque l’armée française lutte contre un adversaire bien plus supérieur. Celui-ci se retourne alors vers le sud et attaque vers Paris, Dijon et Rouen. Les Français s'accrochent à une nouvelle ligne de défense sur la Somme. Adoptant une tactique défensive, rappelant celle du hérisson, ils défendent âprement village ou bosquet. Toutefois, le 7 juin, les Allemands percent, sur la Somme, dans l’Oise et sur l'Aisne.

Les massacres du Bois d'Eraine, 10 juin 1940

Éprouvés après douze jours de combats dans la région de Sarre-Union (Bas-Rhin), les hommes de la 4e division d'infanterie coloniale (DIC) doivent refouler au nord de la Somme les éléments ennemis qui l’ont franchie, et établir une tête de pont à Corbie (Somme). Mais, le 7 juin, ils se replient sur l’Oise. Le 9, ils atteignent de nouvelles positions qu'ils ne peuvent tenir. Une grande partie des hommes est encerclée à Angivillers (Oise). Sur les neuf mille combattants que comporte initialement la division, un millier peut poursuivre le combat. Ces derniers cherchent alors à progresser, selon trois axes, vers le sud. Ceux qui suivent les deux premiers axes aboutissent les uns dans les boqueteaux au nord de Maimbeville, les autres dans le bois d’Eraine où ils sont rapidement repérés. Le bois est alors fouillé par une compagnie du régiment Gross Deutschland. Très vite, les Allemands y aperçoivent le Capitaine Méchet qui est abattu. Un bref combat s’engage. Mais, rapidement, le commandant Bouquet ordonne de cesser le feu. Les prisonniers sont désarmés, fouillés et regroupés puis, officiers en tête, ils sont conduits à la ferme d’Eloge-les-Bois située à un kilomètre environ du lieu de la capture. Le corps du lieutenant Méchet est porté par des tirailleurs et enterré près de la ferme.

Accusant les troupes noires de crimes et de massacres, les Allemands séparent Africains et Européens et, parmi ces derniers, les officiers des sous-officiers et hommes de troupe. Un dialogue s'instaure entre les officiers allemands et français. Ces derniers cherchent à préserver la vie de leurs hommes, en particulier celles des tirailleurs. Insistant sur la loyauté de ceux-ci, ils demandent qu’ils soient traités en soldats. Le capitaine Speckel, alsacien d’origine, intervient en faveur de ses hommes. Toutefois, pour les Allemands, les officiers français portent la responsabilité des crimes dont leurs subordonnés sont accusés. Ils sont alors exécutés sommairement. Quant aux sous-officiers et hommes de troupes d’origine européenne, ils empruntent, le lendemain, les chemins de la captivité.

Au cours de l’été et de l’automne de 1940, les maires des communes qui ont été le théâtre de combat répertorient les tombes de militaires qui se trouvent sur leur territoire. Leur regroupement soit dans une nécropole particulière comme à Erquinvillers, soit dans les cimetières des villages est progressivement autorisé par les autorités allemandes. La commune de Cressonsacq ne peut ouvrir une tombe collective située en lisière nord du bois d’Eraine et signalée par une croix portant l’inscription : "ici sept corps". L’autorisation de procéder à l’exhumation lui est enfin accordée dans les premiers jours de juin 1941. Elle est pratiquée le 11 juin 1941 en présence d’un officier allemand de la Kommandantur de Compiègne. Les témoins découvrent dix corps : ceux du chef de bataillon Bouquet, des capitaines Ris et Speckel, des lieutenants Brocart, Erminy, Planchon et Roux, du sous-lieutenant Rotelle ainsi que ceux des tirailleurs Lena Faya et Aka Tano. Tous ont été tués d’une balle dans la nuque.

La bataille du Matz, 9-13 juin 1918

Au printemps 1918, le rapport de force entre les armées alliées et allemandes bascule en faveur de ces dernières. Fort de cette supériorité numérique, l’état-major allemand déclenche de puissantes offensives sur la Somme et l’Oise. Le front est rompu. Pour la première fois depuis 1914, une armée réussit à avancer sur des dizaines de kilomètres. Fin mai, une troisième action est lancée dans l’Aisne, puis une quatrième dans l'Oise.

Le 9 juin, après avoir essuyé un violent bombardement, les troupes franco-américaines, entre Montdidier et Noyon, subissent les assauts des XVIIIe et VIIe armées allemandes. Les combats sont d’une extrême violence mais l'ennemi s'est enfoncé de neuf kilomètres dans les lignes françaises. Le 11, les Français contre-attaquent, surprenant l'adversaire qui est rejeté au-delà du Matz. Le 13, l'offensive allemande est brisée. Le front se stabilise à dix kilomètres de Compiègne.

  • La nécropole nationale de Cambronne-lès-Ribécourt. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale de Cambronne-lès-Ribécourt. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale de Cambronne-lès-Ribécourt. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale de Cambronne-lès-Ribécourt. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale de Cambronne-lès-Ribécourt. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale de Cambronne-lès-Ribécourt. © Guillaume Pichard

  • Le général Weygand, chef d'état-major de la défense nationale et commandant en chef (à partir du 20 mai 1940) sortant du bastion 32, PC de l’amiral Abrial, mai 1940, Dunkerque (Nord). © ECPAD

  • Entrée de l’armée allemande à Compiègne, 1940. © ECPAD/collection Capron

  • Prisonniers de guerre nord-africains, 1940. © ECPAD/collection Capron

  • Camp de prisonniers français réservé aux troupes coloniales, mai 1940. © ECPAD/Fonds allemand

  • Exode de réfugiés français fuyant les combats sur Dunkerque lors de l’opération Dynamo à Dunkerque, mai 1940. © ECPAD/Jean-Paul Lavergne/collection Massberg

  • Défilé de l'armée allemande sur les Champs-Elysées, juin 1940. Deux jours après l’entrée des premières troupes allemandes de la 9.Infanterie-Division à Paris, la "Parade de la victoire" se déploie entre la place de l’Étoile, la place de la Concorde puis l’avenue Foch où la 30.Infanterie-Division est saluée par le général Kurt von Briesen.© ECPAD/Fonds allemand

  • La légion étrangère en mouvement sur la route de Villiers-sur-Loudun, à proximité d’Elincourt-Sainte-Marguerite, après avoir été relevée du secteur de Cambronne-lès-Ribécourt, 1916. © BDIC

  • Troupes françaises en position sur le Mont-Renaud, août 1918. À 2 km au sud-ouest  de Noyon, le Mont-Renaud, près de Passel, est un lieu de combats perpétuels pendant la guerre. Le matin du 29 août 1918, la 3e armée reprend définitivement ce lieu stratégique.© ECPAD/Jacques Ridel

  • > Zurück zu den Ergebnissen

    Informationen

    Anschrift

    Cambronne-lès-Ribécourt
    Au nord de Compiègne, N 32

    Wöchentliche Öffnungszeiten

    Visites libres toute l’année

    Mehr kennen

    Mehr kennen

    Comité départemental du Tourisme de l'Oise

    Rue du Pont de Paris

    60008 Beauvais Cedex

    Tél. : 03 44 45 82 12

    Accéder au site internet