Newsletter

La nécropole nationale de "Minaucourt-Le Mesnil-Les Hurlus"

Le pont du Marson

Nécropole nationale de Minaucourt. © Guillaume Pichard

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici   vignette necropole_Minaucourt-Le Mesnil

 

Située sur la commune de Minaucourt-Le Mesnil-Les Hurlus, la nécropole nationale du Pont du Marson regroupe les dépouilles de soldats morts pour la France lors des différentes offensives qui se déroulèrent de 1914 à 1918 dans ce secteur âprement disputé. Elle fut aménagée par étapes successives de 1922 à 1929, sur l'emplacement du cimetière provisoire créé durant la bataille de Champagne, en 1915, alors dénommé le Pont du Marson. Le cimetière rassemble plus de 21 000 Français dont plus de 12 000 en ossuaires, 25 combattants tchèques et 2 Serbes. Un soldat français tué lors de la Seconde Guerre mondiale y est également enterré. Un monument dédié aux héros de la Grande Guerre y a été érigé à partir des pierres de l'ancienne église de Massiges.

 

Ce cimetière militaire témoigne du caractère meurtrier des offensives de Champagne et plus encore des combats qui eurent lieu sur le site de la Main de Massiges, à quelques kilomètres, dont la configuration naturelle rappelle la forme d'une main. Parmi les soldats français, repose notamment la dépouille de Georges Pancol (Tombe 4060). Jeune poète, il rejoint à sa demande le front alors qu'il était administrateur en Indochine. Sa dernière lettre destinée à sa fiancée évoque : "La canonnade gronde partout. Le temps est superbe et si doux. Je n'ai aucun pressentiment funèbre. Comment le pourrais-je par un tel soleil. Et pourtant... Comme le passé est loin et comme l'avenir est proche". Nommé au grade de lieutenant au 3e RIC,  il meurt, le 25 septembre 1915, dans le secteur de Ville-sur-Tourbe.

Les batailles de Champagne - 1914-1918

Après la contre-offensive franco-britannique de septembre 1914 sur la Marne et l’échec de la "Course à la mer", la guerre de mouvement disparaît sur le front ouest. Pour se protéger du feu de l'artillerie, les belligérants s’enterrent.

Dans la région, les Allemands occupent la position de la Main de Massiges contre laquelle un premier assaut est lancé. Le 21 septembre 1914, les ruines du village sont aux mains des Français. Le 21 décembre, les Marsouins du 1er corps colonial attaquent le secteur Beauséjour – Main de Massiges. En quelques semaines, les Français ont déjà perdu 12 000 hommes dans ce secteur.

Au cours de l’hiver 1915, le général Joffre lance en Champagne différents assauts qui se brisent contre les tranchées allemandes. Ces opérations de "grignotage", localisées notamment dans les secteurs de Souain, de Perthes, de Beauséjour et Massiges, sont particulièrement meurtrières. Le front reste figé. Du côté allemand, on a recourt à la guerre de mines, dont les explosions créent d'énormes cratères notamment à Perthes.

Au cours de l'été, pour rompre le front, le général Joffre décide de mener une nouvelle offensive. L’effort principal, appuyé par une autre action en Artois, se déploie dans la grande plaine aride et crayeuse de la Champagne pouilleuse. Long de 25 kilomètres, le front s'étend entre Aubérive et Ville sur Tourbe. Cette action est conduite par la 2e et 4e armée. En face, les Allemands de la IIIe armée sont installés dans de solides tranchées. Plus en retrait, située à contre pente se trouve une seconde position dissimulée des observations aériennes et hors de portée des canons français.

Après une préparation d'artillerie de trois jours, l'attaque est déclenchée le 25 septembre 1915. Les Français enlèvent facilement les premières lignes, à l’exception notamment à la butte du Mesnil. A l'est du dispositif, la division coloniale s'empare de "La Main de Massiges", point clé du dispositif allemand. En deux semaines, pour la possession de la Main, les Français subissent la perte de 15 000 hommes, prisonniers compris.

Mais cet élan se brise sur la deuxième position encore intacte. Les troupes s'épuisent et doivent faire face à de puissantes contre-attaques. Au cours de ces assauts, les deux armées perdent 138 000 hommes. En novembre, les conditions climatiques difficiles et l'importance des pertes obligent Joffre à renoncer à conduire de nouvelles attaques. Le front revient à un calme relatif.

L'offensive allemande de juillet 1918 replace ce front au cœur des opérations. Mais engageant la totalité de ses forces de la Meuse à la mer du Nord, le maréchal Foch, fort du soutien croissant des Américains, déploie à l'automne une large manœuvre. Pour la région de Reims, l’armée du général Gouraud s’empare successivement de Navarin, Tahure et de Sommepy. Dans le secteur de Minaucourt, les Français franchissent la Dormoise puis marchent vers les Ardennes jusqu'en novembre 1918.

Aujourd'hui, la région de Suippes, au travers des vestiges de villages de Perthes, Hurlus, Mesnil, Tahure et Ripont mais aussi de dix-huit nécropoles, conserve le souvenir de ces combats acharnés.

 

  • Nécropole nationale de Minaucourt. © ECPAD

  • Nécropole nationale de Minaucourt. © ECPAD

  • Nécropole nationale de Minaucourt. © Guillaume Pichard

  • Nécropole nationale de Minaucourt. © Guillaume Pichard

  • Nécropole nationale de Minaucourt. © Guillaume Pichard

  • Nécropole nationale de Minaucourt. © Guillaume Pichard

  • Nécropole nationale de Minaucourt. © Guillaume Pichard

  • Ravin des abeilles situé entre le médius et l'annulaire de la Main de Massiges. © ECPAD

  • Soldats français occupant un ancien boyau de communication allemand pris dans le secteur de Massiges. © ECPAD

  • Cuisines dans le ravin des Marson. © ECPAD

    Établis en contre pente par rapport aux vues ennemies et aux arrivées d'obus et de mitrailles, de véritables villages percés de souterrains permettent d'accueillir des poste de secours, dépôts de matériels, dépôts de munitions, cuisines, postes de commandement... autant de lieux qui améliorent le quotidien des combattants.

  • Cimetière provisoire situé au cœur du village de Massiges, 1915. © ECPAD

    Au centre de ce cimetière provisoire se dressait la Vierge à l'abeille qui, aujourd'hui, se trouve sur le monument aux morts de Massiges. Malgré la violence des combats aux alentours, cette statue reçut, à l'époque, une seule blessure. Une balle vint la frapper en plein coeur. Un essaim d'abeilles prit place à l'intérieur de ce refuge.

  • Cimetière du Pont du Marson à Minaucourt, 1925. © MINARM/SGA/DPMA

    Au terme des combats de l'automne 1915, les pertes françaises s'élèvent à  27 851 tués; 98 305 blessés, 53 658 prisonniers et disparus. Du côté allemand, les pertes sont plus faibles. Malgré une progression de 3 à 4 km, la rupture n'a pas été réalisée.

  • Ruines de l'église de Massiges. © ECPAD

  • > Zurück zu den Ergebnissen

    Informationen

    Anschrift

    Minaucourt-le-Mesnil-les-Hurlus
    Au nord-est de Châlons-en-Champagne D 66

    Wöchentliche Öffnungszeiten

    Visites libres toute l’année