Offizieller Auftakt zum 150. Jahrestag des Krieges von 1870

Sehen Sie sich die Informationen an und lesen Sie das Editorial der Staatssekretärin im Verteidigungsministerium

*

Der Krieg von 1870 -1871 fand vor 150 Jahren statt und ist der erste französisch-deutsche Konflikt. Er ist ein Stück französischer Geschichte, das weit zurückliegt und an das wir uns nur ferne erinnern und auf das man nur kurz eingeht, wenn man ihn erwähnen will. Er schlummert im Schatten der beiden Weltkriege des 20. Jahrhunderts. Und dennoch! Es gibt wenige Ereignisse, die als deren Begründer und Vorläufer so wichtig sind. Es gibt wenige historische Geschehnisse, die das Schicksal Europas so stark beeinflusst haben. 

 

Da er der Grund für den Fall des zweiten französischen Kaiserreichs, der Ausrufung der III. Republik, der deutschen Einheit, der Pariser Kommune und eines dramatischen deutsch-französischen Streits war, der 75 Jahre andauern sollte, hat dieser Konflikt das 20. Jahrhundert und unsere europäische Zeitgeschichte geprägt. Er war prägend für die modernen Kriege, die folgen sollten mit der wesentlichen Rolle der Artillerie, den Gefechten, deren Heftigkeit zunahm, der Beteiligung der Zivilbevölkerung durch die Presse und das Phänomen der Freischützen.

 

Man kämpft um den französischen Boden; Paris erlebt eine schreckliche Belagerung; Heldenfiguren wie GAMBETTA treten auf; Städte wie Belfort oder Bitche leisten im nationalen Drama Widerstand; trotz des republikanischen Vorstoßes erfasst die Niederlage das Land; die deutsche Einigkeit wird im Spiegelsaal von Versailles besiegelt. Diese Ereignisse und diese Erinnerungen mit dem auf den Karten Frankreichs schwarz eingezeichneten Elsass-Mosel-Gebiet haben die Frauen und Männer von 14-18 überschwemmt, von denen manche auch jene von 1940 waren. Später ist diese Erinnerung aufgrund des Ausmaßes des Ersten Weltkriegs und der späteren Tragödien des Zweiten Weltkriegs verblasst.

 

Das Verteidigungsministerium möchte als zweitwichtigster kultureller Akteur des Staates und als Hauptakteur der Gedächtnispolitik diesen 150. Jahrestag zu einem Moment der „Rückkehr ins Gedächtnis“ und der Vermittlung einer Seite unserer nationalen und europäischen Geschichte machen. Daher stellen wir diese Gedenkfeiern unter das Motto der deutsch-französischen Freundschaft. Unsere Aktionen werden das kulturelle, touristische und pädagogische Programm der Kulturstätten und Museen aufwerten. Ich denke zum Beispiel an das bemerkenswerte „Museum des Krieges von 1870 und der Annexion“ in Gravelotte. Wir werden auch lokale Initiativen und Projekte unterstützen. 

 

Die Erinnerung aufrechtzuerhalten und sie weiterzugeben ist keine Pflicht. Es ist eine kollektive Verantwortung, eine Arbeit der gesamten Nation. Das Jahr 1870 leitet 75 Jahre französisch-deutscher Konflikte ein, auf die 75 Jahre Frieden in Westeuropa folgen. Nutzen wir den 150. Jahrestag dieses oft vergessenen Krieges, um über unsere europäische Identität nachzudenken. Erinnern wir uns an die Worte von Victor HUGO, „Ein Krieg zwischen Europäern ist ein Bürgerkrieg“. 

 

Geneviève DARRIEUSSECQ

Staatssekretärin im Verteidigungsministerium

*

Zugang zum Dossier  und zum Gedenkclip

 

Auf den hier gezeigten Gedenkclip sollte eine Webserie folgen, die 10 Kriegsschauplätze von 1870 zeigt. 

Die Dreharbeiten zu dieser audiovisuellen Produktion des ECPAD sind derzeit aufgrund der gesundheitlichen Lage unterbrochen

 

Couv-DP-1870-DPMA_1

 

 

 

Einordnung des chronologischen und räumlichen Rahmens

 

 

  • Sehen Sie sich die Broschüre Gedenkorte des Krieges von 1870 an

 
  • Rufen Sie die Karte Frankreichs mit den wichtigsten Gedenkorten des Krieges von 1870 auf

 

 

 

Darstellung des Krieges

 

  •  Mit einer Diashow 

Am Seitenende finden Sie zeitgenössische Fotos des Konflikts sowie typische Objekte der Konfrontation  

 

  • In Gemälden

Besuchen Sie den Katalog der Sammlungen des Musée d'Orsay über den Krieg von 1870 - © Musée d'Orsay

 

  • Durch Fotos

Sehen Sie sich die Bestände des ECPAD und vor allem der Serie der 44 Albuminabzüge auf Karton an, die teilweise Louis Joseph Gemmi de Prévot (1820-1896) zugeschrieben werden. 

 

 

 

Verstehen des Konflikts

 

  • Lesen Sie die historischen Artikel...

... Über den Verlauf des Krieges zwischen Frankreich und Preußen, die Schlachten von Saint-Privat und Champigny

... Über das französische Verteidigungssystem im Jahr 1870 (Annie Crépin)

... Über die Folgen des Konflikts auf mehreren Ebenen (zwei Analysen von Eric Anceau und Annie Crépin)

... Über die Bildung von Gedenklandschaften des Krieges (Charlotte Schenique)

... Über bedeutende Persönlichkeiten des Konflikts: Napoleon III. - Léon Gambetta

 

 

 
  • Informieren Sie sich über das pädagogische Angebot der Gedenkorte:

Museum der letzten Kartusche - Museum über Krieg und Frieden in den Ardennen - Burg von Sedan - Museum des Krieges von 1870 — Loigny-la-Bataille - Museum Saint-Rémi - Zitadelle von Bitche - Museum des Krieges von 1870 und der Annexion - Gedenkhalle - Museum der Schlacht vom 6. August 1870

 

 

 

 

Verfolgen Sie die aktuellen Nachrichten der Museen und des Gedenkzyklus in den Regionen

 

 

Angesichts der aktuellen gesundheitlichen Lage wurde das aktuelle Programm der Museen ausgesetzt und die Veranstaltungen des Gedenkzyklus wurden verschoben. 

Wir laden Sie ein, das digitale Angebot unserer Partner in dieser Zeit der Beschränkungen zu nutzen

 

      

 

 

 

 

 

 

  • © Coll.particulière A.P.

    Casque de cuirassier de la ligne

    Ce casque, dont le modèle est directement inspiré de ceux du 1er empire, équipe les cuirassiers français lors de la guerre de 1870-1871. Il reste emblématique des désastreuses charges de Morsbronn et Froeschwiller, menées le 6 août 1870 par les brigades Michel et Bonnemains afin de dégager l'infanterie française menacée d'encerclement.

  • © Coll.particulière A.P.

    Casque de dragon de la ligne

    Le casque des dragons est entièrement en cuir et laiton, sa partie inférieure décorée d'un bandeau de feutre dont le motif imprimé évoque la peau de panthère. Son allure générale évoque, comme pour celui des cuirassiers, les casques et les gloires du premier empire. C'est avec cette coiffure que les 3ème et 11ème dragons sont engagés le 16 août 1870 dans les combats de Mars-la-Tour.

  • © Coll.particulière A.P.

    Shapska des lanciers de la ligne

    Les régiments de lanciers français sont coiffés depuis le premier empire d'une coiffure d'inspiration polonaise, la shapska, dont l'esthétique l'emporte résolument sur le côté pratique au combat. Ils forment, avec les Dragons, la cavalerie de ligne, notion assez vague qui les place en situation intermédiaire entre la cavalerie lourde, de réserve et de rupture (cuirassiers et carabiniers) et la cavalerie légère (chasseurs et hussards), dont la vocation est plutôt la reconnaissance et la poursuite. Le chiffre sur la plaque indique le régiment.

    Le 6 août 1870, deux escadrons du 6ème lancier sont engagés à Froeschwiller aux côtés des 8ème et 9ème cuirassiers, avec le même succès, ce dont témoigne l'historique du régiment: " Le 6e lancier, entré presque tout entier dans la rue principale du village de Morsbronn avec le 9e cuirassiers, y est écrasé par le feu de l'infanterie prussienne établie dans les maisons, dans l'église et dans les jardins ; la fusillade est particulièrement meurtrière à la sortie du village où la rue suit une pente raide et se trouve resserrée entre les maisons. Après une charge d'un quart d'heure au milieu d'un terrain accidenté, couvert d'arbres isolés, de houblonnières et de vignes, coupé de haies et de fossés, les trois régiments sont presque anéantis. 11 officiers sur 13 du 6e lancier sont laissés sur le terrain, tués ou blessés et neuf dixième de l'effectif est perdu."

     

  • © Coll.particulière A.P.

    Shapska de lancier, petite tenue

    En tenue de ville, de sortie ou de campagne, les officiers et sous-officiers des lanciers font fréquemment usage d'une shapksa allégée en carton recouverte d'une toile cirée noire. Plus légère et moins couteuse que la coiffure d'ordonnance, elle reste néanmoins fragile. Sa silhouette la distingue par ailleurs mal des coiffures des uhlans allemands, une similitude qui a parfois occasionné de tragiques méprises.   

  • © Coll.particulière A.P.

    Shako d'officier de cavalerie légère

    La coiffure d'ordonnance des hussards et chasseurs à cheval est le talpack, une coiffure en cuir plus ou moins cylindrique et recouverte de fourrure, mais de nombreux officiers lui préfèrent un shako non réglementaire de petite tenue, en carton et toile cirée, plus léger et jugé plus élégant. Le pompon ici arboré identifie un officier subalterne du 3ème régiment de chasseurs à cheval.

  • © Coll.particulière A.P.

    Képi de sous-officier d'infanterie

    L'infanterie française est réglementairement équipée d'un shako, dont les modèles 1860 et 1867 sont encore en dotation à la veille de la guerre. Le képi, héritier des campagnes africaines et réintroduit en 1867, à la grande satisfaction de la troupe, lui est toutefois largement préféré. En 1870, les shakos restent donc aux dépôts régimentaires et le képi s'impose comme coiffure d'ordonnance. C'est avec lui que les soldats français partent au combat et c'est avec cette coiffure que leur silhouette est définitivement figée par les peintres de bataille. Le képi devient, au même titre que le pantalon garance, l'attribut caractéristique du soldat français.

  • © Coll.particulière A.P.

    Bonnet de police de voltigeur de la Garde

    Le bonnet de police "à soufflets", introduit en 1860, sert de coiffure de repos à tous les corps de troupe jusqu'en 1867, date à laquelle il est remplacé par le képi dans les régiments de ligne. Les régiments de la Garde conservent le bonnet de police et, à l'instar de l'ensemble de l'armée, laissent leur coiffures d'ordonnance au dépôt lors de l'entrée en guerre. C'est donc coiffés du bonnet de police que les voltigeurs de la garde, ici un sous-officier du 4ème régiment, participent aux batailles de Mars-la-Tour et de Saint-Privat avant de s'enfermer dans Metz et de partir en captivité fin octobre 1870

  • © Coll.particulière A.P.

    Képi de colonel d'artillerie ou du génie

    Alors que la généralisation du système Gribeauval avait assuré, durant les guerres du premier empire, une nette supériorité à l'artillerie française, celle-ci est, à la veille de la guerre de 1870, surclassée par  son homologue prussienne. La puissance de feu allemande fera ainsi la différence lors de nombreuses batailles, notamment à Saint-Privat. Le képi présenté est commun aux armes de l'artillerie et du génie, semblable aussi à celui que portait le colonel Denfert-Rochereau lors du siège de Belfort

  • © Coll.particulière A.P.

    Képi d'officier de la garde nationale mobile

    Créée par la loi Niel de 1868, la garde nationale mobile doit permettre de suppléer la faiblesse des effectifs de l'armée d'active en créant une réserve immédiatement mobilisable de 600 000 hommes en cas de conflit. Dans les faits, son manque d'encadrement et de formation ainsi que son armement médiocre nuisent à l'efficacité militaire de la garde mobile. C'est toutefois elle qui, à partir de septembre 1870, constitue l'essentiel des forces françaises opposées aux envahisseurs, livrant d'héroïques combats en plusieurs points du territoire, notamment lors du siège de Paris. A Belfort, elle représente les trois-quarts de la garnison qui tient tête aux troupes allemandes pendant plus de trois mois. Le képi, d'une coupe semblable à celui des officiers de la ligne, présente toutefois des couleurs inversées, bandeau rouge et turban bleu foncé.

  • © Coll.particulière A.P.

    Képi de troupe de la garde nationale

    Institution placée en sommeil sous le second empire, la garde nationale (-à ne pas confondre avec la garde nationale mobile- ) est peu présente durant la phase impériale de la guerre et il faut attendre la fin du mois d'août pour qu'elle soit organisée en régiments provisoires d'infanterie. La défaite de Sedan et la mise en place d'un gouvernement de défense nationale appelant à une levée en masse changent la donne. Participant activement aux combats, le garde national devient alors, aux côtés du "lignard" et du "moblot", une des figures emblématiques de la phase républicaine de la guerre. En mars 1871, la garde nationale parisienne passe en masse du côté de l'insurrection (Commune de Paris) et l'institution est définitivement dissoute le 25 août 1871.

    Le 210ème bataillon de la garde nationale de la Seine, placée durant le siège de Paris sous les ordres du général Clément-Thomas (fusillé à Montmartre le 18 mars 1871), est un des 16 bataillons du 12ème arrondissement (Reuilly) de la capitale.