Philippe Navelot

Chapeau

Nommé en décembre 2013, directeur de la mémoire, du patrimoine et des archives (DMPA) au sein du ministère de la Défense, Philippe Navelot retrace son parcours professionnel et évoque les grandes missions de sa direction.

Philippe Navelot. © Jacques Robert
Texte

Pouvez-vous retracer les principales étapes de votre carrière ?

J'ai effectué le début de ma carrière au sein de la Marine nationale, en tant que commissaire, essentiellement à bord d'unités et Outre mer puis en administration centrale. Devenu administrateur civil, j'ai été affecté au ministère de la fonction publique avant de rejoindre le ministère de la défense, où j'ai exercé dans plusieurs directions. Nommé en 2004 adjoint au directeur de la mémoire, du patrimoine et des archives, où j'étais principalement en charge des questions immobilières, j'ai ensuite exercé à partir de 2010 les fonctions d'Inspecteur du personnel civil de la Défense. En décembre 2013, j'ai été nommé directeur de la DMPA.

Qu'est ce qui caractérise les missions de la DMPA selon vous ?

Cette direction est en charge des patrimoines de la Défense, et plus largement de la communauté nationale, qu'ils soient matériels ou immatériels. Elle a la responsabilité du patrimoine immobilier nécessaire à l'activité opérationnelle des forces armées et à la vie des personnels, ainsi que des aspects environnementaux liés à leurs missions. Elle est également chargée d'un patrimoine historique exceptionnel avec des sites comme les Invalides, le Val-de-Grâce, le château de Vincennes, l'École militaire ou la citadelle de Lille. La DMPA exerce la tutelle sur trois musées majeurs : musée de l'Armée, musée national de la Marine, musée de l'Air et Espace. Elle coordonne la politique patrimoniale des armées et directions et de leurs musées de tradition . elle est en charge de la politique des archives de la défense, conservées par le Service historique de la Défense, installé au château de Vincennes.

Elle est responsable de l'entretien et de la mise en valeur des hauts lieux de mémoire et des nécropoles nationales, et assure la tutelle de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONAC-VG), chargé notamment de la mise en œuvre d'un programme ambitieux de rénovation des sépultures de guerre. Elle organise les grandes commémorations nationales, soutient les fondations et associations de mémoire ainsi que toutes les actions qui contribuent au travail de mémoire dû à ceux qui ont combattu et se sont sacrifiés pour la sauvegarde des valeurs de la République. Ce travail ne peut être mené que grâce à des partenariats nombreux, notamment avec l'éducation nationale, visant à la sensibilisation de nos concitoyens avec un effort particulier en direction des jeunes générations.

Quels seront vos priorités pour les années à venir ?

L'année 2014 et les suivantes seront consacrées aux commémorations liées au centenaire de la Grande Guerre et au 70' anniversaire de la Seconde Guerre mondiale. La coordination de ces événements est placée sous la responsabilité du ministre délégué auprès du ministre de la Défense, Kader Arif, qui préside la mission interministérielle des anniversaires des deux Guerres mondiales. Il s'appuie sur la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale, spécifiquement chargée des commémorations liées à la Grande Guerre et sur la DMPA qui doit assurer la bonne coordination des opérations qui mobiliseront pour le 70e anniversaire de nombreux acteurs sur le plan national, notamment les collectivités territoriales, et sur le plan international.

La revue Les Chemins de la mémoire consacrera, quant à elle, une large place à ces événements porteurs d'une importante dimension symbolique. Ils attestent de l'intérêt que portent nos concitoyens aux questions de mémoire et de l'attention que les pouvoirs publics doivent y prêter. Ces commémorations permettront en outre de favoriser la connaissance des lieux de mémoire, contribuant ainsi au développement d'un tourisme spécifique pour lequel la DMPA est fortement engagée.

Dans le même temps, la réorganisation du ministère de la défense et en particulier le regroupement des entités parisiennes de la Défense sur le site de Balard (Paris 15e) en 2015, constitue un défi majeur pour la DMPA, chargée d'accompagner cette manœuvre immobilière complexe.


Auteur
La rédaction

Articles de la revue