21 avril 1944 - Les Françaises obtiennent le droit de vote

Source : Gouvernement.fr

Partager :

Alors que la France a été l’un des premiers pays à instaurer le suffrage universel masculin, ce droit n’est étendu aux femmes qu’en 1944. Par ordonnance du 21 avril 1944 prise par le Gouvernement provisoire du général de Gaulle à Alger, les femmes deviennent enfin électrices et éligibles, comme les hommes. Un an plus tard, le 29 avril 1945, elles votent pour la première fois. Et le 21 octobre 1945, 33 femmes sont élues à la première Assemblée constituante.

 

Une si longue lutte

 

Les premières revendications féministes émergent à la Révolution française, notamment sous la plume de Condorcet qui se prononce pour le vote des femmes dans un article du « Journal de la société de 1789 ». Mais son projet de conférer aux femmes des droits civiques n’aboutit pas.
 

Un an plus tard, en réponse à la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, la femme de lettres et égérie politique Olympe de Gouges rédige une Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, dont le fameux article 10 stipule : « La femme a le droit de monter sur l’échafaud, elle doit avoir également celui de monter à la tribune. » Mais le texte d’Olympe de Gouges est refusé par la Convention et tombe dans l’oubli. C’est seulement en 1986 que l’écrivaine Benoîte Groult le fera connaître dans son intégralité.
 

Le 5 mars 1848, le Gouvernement provisoire de la IIe République instaure le « suffrage universel » masculin. L’Alliance internationale pour le suffrage des femmes est créée en 1904. En 1914, un plébiscite féminin organisé par les suffragistes réunit 505 972 oui pour le vote des femmes.
 

Après avoir durement travaillé pour remplacer les hommes partis au front durant la Première Guerre mondiale, en 1919, les femmes réclament le droit de vote. La Chambre des députés adopte alors pour la première fois une proposition de loi instaurant le vote des femmes, par 329 voix contre 95. Mais le Sénat refuse d’examiner cette proposition de loi (par 156 voix contre 134). Ce rejet se renouvellera en 1925, 1932 et 1935.
 

Le 4 juin 1936, alors même qu’elles ne sont ni électrices ni éligibles, Léon Blum nomme trois femmes sous-secrétaires d’État : Cécile Brunschvicg à l’Éducation nationale, Suzanne Lacore à la Santé publique et Irène Joliot-Curie à la Recherche scientifique.
 

Enfin, le 30 juillet 1936, la Chambre des députés se prononce à nouveau pour le vote des femmes, par 495 voix contre 0. Mais le Gouvernement s’abstient, et le Sénat encore une fois n’inscrit pas ce texte à son ordre du jour.
 

 

Les 33 femmes élues députées pour la première fois en 1945

 

Le 23 juin 1942, le général de Gaulle déclare : « Une fois l’ennemi chassé du territoire, tous les hommes et toutes les femmes de chez nous éliront l’Assemblée nationale qui décidera souverainement des destinées du pays. »
 

Le vote des femmes est finalement prévu par l’ordonnance du 21 avril 1944 portant « organisation des pouvoirs publics en France après la Libération », son article 17 disposant que « les femmes sont électrices et éligibles dans les mêmes conditions que les hommes ».
 

Les Françaises votent donc pour la première fois les 29 avril et 13 mai 1945, à l’occasion des élections municipales. Puis quelques mois plus tard, le 21 octobre 1945, elles participent au référendum et aux élections à l’Assemblée constituante organisés simultanément par le général de Gaulle.
 

À la question du référendum, « Faut-il une nouvelle Constitution ? », les Françaises et les Français se prononcent à plus de 96 % pour l’abandon des institutions de la IIIe République et l’élaboration d’une nouvelle Constitution. Et sur un total de 586 représentants, 33 femmes sont élues à la première Assemblée constituante.
 

Madeleine Braun sera la première femme élue vice-présidente de l’Assemblée nationale en 1946, Marie-Madeleine Dienesch la première femme présidente de commission en 1967, et Denise Cacheux la première questeure en 1986.