Chapelle Saint-Louis

de l'École militaire

Partager :

Edifiée sous le règne de Louis XV, la chapelle Saint-Louis de l'École militaire constitue un témoignage original du patrimoine architectural du XVIIIème siècle.

En 1751, Louis XV décide la construction d'une Ecole royale militaire dans la plaine de Grenelle. Il confie le projet à son premier architecte Ange-Jacques Gabriel. Le chantier débute en 1753 et dure plus de trente ans au cours desquels les problèmes de financement bouleversent le projet initial. Les premiers plans prévoyaient l'édification d'une chapelle majestueuse au coeur même de l'enceinte.

 

En 1768, Gabriel propose un second projet dans lequel la chapelle intègre l'intérieur du bâtiment principal. Louis XV pose la première pierre de la chapelle le 5 juillet 1769. Achevée en 1773, elle est consacrée à saint Louis, le saint patron des armées. Jusqu'en 1788, elle est ouverte au culte et accueille les élèves et le personnel de l'Ecole militaire. Bonaparte y fait sa confirmation en 1785.

 

Saccagée sous la Révolution, elle est transformée en cantine puis en dépôt de fourrage et d'armes. Son mobilier est dispersé. A l'occasion des funérailles du maréchal Joffre en 1931, la chapelle est définitivement libérée de tout ce qui l'encombrait. Elle récupère son mobilier dans les années 30 avant d'être réouverte au culte catholique en 1951.

  • Orgue de la Chapelle Saint-Louis

    Orgue de la Chapelle Saint-Louis. Photo Jacques Robert

  • Vue d'ensemble de la chapelle

    Photo MINDEF/SGA/DMPA JP Le Padellec

  • Ecole militaire - chapiteau

    Ecole militaire - chapiteau. Photo JP Le Padellec

Source : Mindef/SGA/DMPA

La chapelle est longue de 35 mètres et large de 13. Elle comprend une nef unique rectangulaire divisée en huit travées égales dont la dernière forme le choeur. Les travées sont séparées par des colonnes corinthiennes qui supportent une voûte en arc surbaissé.

 

Les fenêtres du rez-de-chaussée ont été aveuglées et servent d'emplacement aux tableaux représentant le cycle de Vie de saint Louis. Au nombre de neuf, ces toiles illustrent les principaux événements de la vie du roi. La chapelle conserve également l'un des panneaux d'un triptyque d'époque Renaissance.

 

Au dessus de l'entrée principale et sur toute la largeur de la chapelle s'étend une tribune supportée par quatre colonnes ioniques sur laquelle a été installé un orgue de facture récente.

 

Le mur du fond, situé derrière le choeur, est décoré de deux colonnes corinthiennes semblables à celles de la nef. L'autel comporte un tombeau en marbre blanc orné d'une guirlande en bronze doré. Deux bas-reliefs attribués au sculpteur Pajou se détachent des murs situés au dessus de la tribune et derrière l'autel. Ils mettent en scène des anges enfants soutenant une croix dans les nuées et une scène de l'Apocalypse de saint Jean.

 

De part et d'autre du choeur, s'ouvrent deux portes qui donnent accès à la sacristie. Au dessus d'elles, deux ouvertures murées indiquent l'emplacement d'anciennes tribunes où prenaient place les hôtes de marque lors de la messe. De nos jours, des drapeaux représentant les couleurs de l'armée française depuis le règne de Louis XV y ont été installés.

 

La chaire actuelle est décorée de motifs réhaussés à la feuille d'or et d'un médaillon représentant un aigle aux ailes déployées. Sous la chapelle a été aménagée une crypte dans laquelle reposent les corps du premier gouverneur de l'Ecole et de Pâris Duverney, l'un des conseillers de Louis XV. La chapelle n'est ouverte qu'à de rares occasions lors de cérémonies religieuses ou de concerts organisés par le ministère de la Défense.
 

 

La restauration de ce monument historique, dont le ministère de la défense est affectataire, fait partie d'un protocole Culture Défense, signé le 17 septembre 2005.
 

 

La Chapelle Saint-Louis de l'Ecole militaire

1 place Joffre - Paris 7e - M° Ecole militaire

 

Aumônerie Catholique de l'École Militaire

 

Ministère de la culture

Partager :