Edouard de Castelnau

1851-1944

Castelnau, Noël Marie Joseph Edouard de Curières, de (24 décembre 1851 : Saint-Affrique, Aveyron - 19 mars 1944 : Montastruc-la-Conseillère, Haute-Garonne)

 

Édouard de Castelnau est issu d’une vieille famille aristocratique et catholique du Rouergue ruinée par la Révolution. Son père, avocat, exerce dans la petite ville de Saint-Affrique. Le futur général mène la vie des fils de paysans et de petits notables. Comme eux, il parle l'occitan et forge au grand air une robuste constitution. Bien que de petite taille, il devient un véritable athlète, condition qu’il gardera jusqu’à un âge avancé. Il fait ses études au collège jésuite de Saint-Gabriel (Saint-Affrique) d’où il sort bachelier ès Sciences avant de préparer Saint-Cyr.

 

Saint-cyrien, il fait ses premières armes au cours de la guerre de 1870. Issu de la promotion 1869 de l’École Spéciale Militaire, dont il sort sous-lieutenant le 14 août 1870, il est nommé au 31e régiment d’infanterie (RI). Ne pouvant rejoindre son corps à temps par suite de la désorganisation des services de l’arrière, il est affecté dans l’armée de la Loire du général d’Aurelles de Paladine, lieutenant au 36e Régiment de marche, le 2 octobre ; il est promu capitaine quinze jours plus tard.

 

Après le désastre de Sedan et la reddition de Bazaine à Metz, cette armée de la Loire est la principale force combattante française. Les conditions climatiques sont effroyables. Elle doit d’abord subir des pluies diluviennes puis, à partir de la fin du mois de décembre jusqu’à l’armistice du 30 janvier 1871, un froid sibérien s’abat sur la moitié nord du pays. Les températures restent constamment inférieures à -10°C. La neige recouvre les champs de bataille. Route et chemins sont verglacés. C’est une armée mal approvisionnée, mal équipée. La fatigue et bientôt les maladies éreintent les soldats français. Castelnau combat notamment à Tusey, Sainte-Maxime, Chambord, Gué-du-Loir, Le Mans. Après l’armistice, avec son régiment, sous les ordres du colonel Davout d’Auerstedt, il participe aux combats de l’armée versaillaise qui au cours de la « semaine sanglante », du 21 au 28 mai 1871, écrase les combattants de la Commune. Reclassé lieutenant par la commission de révision des grades, il n’est à nouveau promu capitaine qu’en 1876.

  • Portrait de Castelnau

    Portrait de Castelnau. Source : SHD

Sa longue carrière militaire est ensuite des plus traditionnelles : garnisons de Bourg, de Givet, de Ham, de Laon. Il entre à l’École de Guerre en 1878 dont il sort breveté en 1880 avant d’être muté au 59e RI de Toulouse. Stagiaire à l’état major du 17e corps, nommé ensuite à celui de la 34e division, il revient au 126e RI et au 17e corps en 1888.

 

Chef de bataillon le 6 mai 1889, il reçoit la croix de la Légion d’honneur en 1891 puis rejoint le général de Miribel en 1893 au premier bureau de l’état-major général à Paris. Lieutenant-colonel le 10 septembre 1896, il est promu sous-chef puis chef du premier bureau, et officier de la Légion d’honneur en 1899. Il connaît un premier incident de carrière lors de la parution d’un article du pamphlétaire Urbain Gohier qui le dénonce comme un descendant d’officier de l’armée du prince de Condé. Cela lui vaut de perdre deux ans pour son avancement au grade colonel. Avançant les mêmes raisons, le général André, lors de son arrivée au ministère de la Guerre, l’évince de la direction du premier bureau. Pour compenser ce qu’il considérait comme une injustice, le chef d’état-major de l’époque, le général Delanne, le nomme au commandement du 37e régiment de Nancy avant de remettre sa démission au ministre.

 

Cet incident place Castelnau en délicatesse avec les ministres de la Guerre successifs qui le maintiennent dans ce commandement pendant une durée anormalement longue. Sans illusion à propos de ses chances de devenir un jour général, Castelnau s’autorise certaines provocations : au cours d’une parade consacrée à l’histoire de l’armée française, il fait mettre en scène ses hommes de l’Ancien Régime à la République sans aucune distinction. Ces rétrospectives lui valent les foudres de la presse républicaine d’autant qu’il les fait précéder de cérémonies religieuses auxquelles il assiste au premier rang en grande tenue. Au cours d’une visite aux unités de couverture en poste sur la frontière, le président de la Chambre des députés, Paul Doumer, mis en sa présence, est impressionné par sa personnalité et ses qualités militaires. Il intervient alors pour qu’il soit nommé général le 25 mars 1906. Il commande la 24e brigade à Sedan puis la 7e à Soissons. C’est à cette époque qu’il fait la connaissance du général Joffre qui commande le 2e corps d’armée dont dépend sa brigade. Le futur généralissime favorise sa nomination au grade de général de division le 21 décembre 1909 en dépit de l’opposition du général Sarrail, directeur de l’Infanterie au ministère de la Guerre. Ne pouvant atteindre Castelnau, Sarrail se vengera en refusant toutes les promotions demandées pour les officiers de la 7e brigade. De cet incident date un profond antagonisme entre les deux hommes qui aura des répercussions pendant la Grande Guerre elle-même. 

 

Castelnau prend alors la 13e division à Chaumont. Rappelé à l’état-major sur demande express de Joffre, il est nommé, le 2 août 1911, premier sous-chef d’état-major général sous ses ordres. Il se consacre à la conception du plan XVII qui doit servir de cadre à la mobilisation et aux déploiements des armées françaises lors de l’ouverture des hostilités le 3 août 1914. À cette occasion, Castelnau préconise l’extension du service militaire sur une durée de trois ans. Cette mesure déclenche une crise politique d’une rare intensité qui voit s’affronter tous les grands leaders politiques de l’époque. Les opposants à « la loi des trois ans », dont notamment Jean Jaurès, stigmatisent Castelnau qu’ils accusent de tenir le ministre de la Guerre et le chef d’état-major sous son influence. Une violente campagne de presse se déclare contre lui. Clemenceau, bien que favorable à la loi, se joint aux critiques et affuble Castelnau de sobriquets qui lui resteront : Capucin botté, général de la jésuitière, etc.

 

Cela n’empêche pas le gouvernement de lui marquer sa confiance, car,la même année, il est promu commandeur de la Légion d’honneur et il entre au Conseil Supérieur de la Guerre le 29 novembre 1913.

 

À l’ouverture du conflit, il commande la 2e armée. Il est chargé de lancer une offensive en Lorraine en direction de Morhange. Progressant méthodiquement, conjointement avec la 1re armée de Dubail, il atteint le signal de Barouville, au-delà de Dieuze et de la région des étangs. Le 20 août, se préparant à attaquer, il reçoit de plein fouet la contre-offensive de la VIe armée allemande commandée par le Prince Rupprecht de Bavière. Le piège Nied-Sarre préparé de longue date par les Allemands vient de fonctionner. Castelnau sauve son armée en ordonnant la retraite vers Nancy. Retardé par l’indécision du généralissime von Moltke, Rupprecht perd deux jours avant d’entamer la poursuite et d’engager son armée dans la Trouée de Charmes. Ce délai est mis à profit par Castelnau pour regrouper ses forces et lancer une attaque de flanc qui arrête la marche des Allemands. Cette victoire rarement mentionnée dans l’historiographie française alors qu’elle a toute sa place outre-Rhin, empêche les armées françaises d’être tournées par la droite et rend possible leur redressement ultérieur. De plus, elle pousse le général von Moltke à maintenir le tiers de ses forces en Lorraine. Elles lui feront défaut pendant la bataille de la Marne où il ne disposera plus de la supériorité numérique. À Nancy, à partir du 4 septembre, s’en suit une violente bataille qui se déroule en parallèle de celle de la Marne. Fortement retranchée, l’armée de Castelnau résiste à tous les assauts allemands en dépit de leur très large supériorité en matière d’artillerie lourde. À l’occasion de cette nouvelle victoire, Castelnau fera poser un un ex-voto dans l’église Notre-Dame du Bon Secours : Nisi Dominus custoderit civitatem frustra vigilat qui custodit eam [si Dieu ne protégeait la cité c’est en vain que veillerait celui qui la garde. (Psaume 118)] ». Il est alors promu Grand-Officier de la Légion d’honneur (18 septembre).

 

Au cours de cette période, il perd deux de ses fils. Le premier Xavier est tué à Morhange et le second, Gérald, lors de la bataille de la Marne. Un troisième, Michel, sera blessé et fait prisonnier. Un an plus tard, un troisième fils, Hughes, sera tué pendant la bataille d'Artois.

 

La 2e armée est alors envoyée en Picardie où commence la « course à la mer ». À Roye, et devant d’Arras, il poursuit avec acharnement la lutte face notamment à l’armée du général von Kluck qui, après la guerre dira de lui : « L’adversaire français vers lequel sont allées instinctivement nos sympathies, à cause de son grand talent militaire et de sa chevalerie, c’est le général de Castelnau. Et j’aimerais qu’il le sût ».

 

En juin 1915, Castelnau nommé au commandement du groupe d’armées du Centre, dirige l’offensive de Champagne du 25 septembre 1915 : en quelques jours il fait 25 000 prisonniers, prend 125 canons et contrôle une zone de territoire de plusieurs kilomètres de profondeur en territoire allemand. À la suite de cette victoire il est fait Grand-Croix de la Légion d’honneur (8 octobre 1915) et devient l’adjoint du généralissime Joffre. La popularité de Castelnau dans l’opinion publique est telle que L’Express de Lyon — des propos similaires sont tenus dans la presse étrangère, dont le Manchester Guardian — commente ainsi sa nomination : « C’est une promotion qu’il ne doit qu’à son mérite incontestable, car sa fidélité à la foi catholique l’a fait tenir à l’écart pendant longtemps. Il est notoire que sous le régime de la délation maçonnique de Combes et du général André, le général de Castelnau était un général à qui tout avancement était refusé » (23 décembre 1915). Cependant, il faut noter que le climat anticlérical s’est beaucoup atténué. La plupart des grands leaders politiques, dont des personnalités telles que Georges Clemenceau, n’hésitent pas à afficher leur soutien à cette nomination.

 

Avec le titre de chef d’état-major général des armées, Castelnau rejoint le Grand Quartier Général (GQG). À ce poste, lui sont soumises toutes les décisions préparées par l’état-major avant approbation par le généralissime. Dès sa prise de fonction, il se rend à Salonique le 19 décembre 1915 pour décider du maintien d’un corps expéditionnaire franco-anglais et de l’organisation éventuelle d’un camp retranché. Il fait approuver l’idée de recueillir les débris de l’armée serbe et de constituer une tête de pont destinée à de futures offensives comme celle qui permettra au général Franchet d’Espèrey de pénétrer jusqu’en Hongrie en septembre 1918.

 

À son retour, il porte une attention particulière au secteur de Verdun où il pressent, contre l’avis d’une partie des officiers du GQG, une grande offensive allemande. Il fait renforcer les défenses et préparer des renforts. Trois jours après le début de l’attaque allemande du 21 février 1916, il se rend à Verdun pour prendre les principales mesures qui permettent de ne pas abandonner la rive droite aux Allemands. Il nomme Pétain, modifie profondément l’organisation du commandement. Par la suite, il continuera à exercer cette supervision intervenant dans les principales décisions et lors des épisodes les plus critiques. Il imposera notamment la dernière offensive, celle conduite victorieusement par le général Mangin en décembre 1916 qui reprend les dernières positions stratégiques perdues depuis le début de la bataille. Par contre, Castelnau ne sera pas directement impliqué dans la bataille de la Somme. Lors du remaniement du haut commandement en décembre 1916, son poste de chef d’état-major général est supprimé. Il reçoit alors le commandement du groupe des armées de l’Est. Ce secteur étant peu actif, le gouvernement lui confie une mission de liaison interalliée en Russie où il part le 18 janvier 1917. Revenu au mois de mars, il retrouve son commandement à Mirecourt dans les Vosges où il restera jusqu’à l’Armistice. Il est décoré de la Médaille militaire en septembre 1917. Son groupe d’armée est peu affecté par les grandes offensives allemandes du printemps 1918. Toutefois, il est pressenti pour préparer et conduire une offensive en Lorraine visant à couper les lignes de repli allemandes vers le Rhin. Cette opération qui aurait dû commencer le 14 novembre est contremandée par l’Armistice.

 

Comme tous les grands chefs militaires français, il participe à de nombreuses célébrations. Il fait une entrée triomphale à Colmar puis à Strasbourg. Il défile également le 14 juillet 1919 sur les Champs Élysées.

 

De nombreuses controverses naitront après-guerre à propos du fait qu’il n’accède pas au maréchalat. On peut écarter l’idée qu’une injustice ait été commise à son égard au moment de l’Armistice. En effet, le gouvernement entendait réserver cette distinction aux seuls généraux ayant été généralissimes. Mais, par la suite, lors de l’extension de cette liste par Aristide Briand en 1921, le fait que Castelnau soit à cette époque un parlementaire très en vue, fait hésiter le gouvernement. Son exclusion de la nouvelle liste déclenche un scandale politique dont les échos sont encore perceptibles de nos jours tant le parcours militaire du général de Castelnau semblait lui donner de plein droit accès à cette dignité.

 

Cependant, comme les maréchaux, il est maintenu en activité sans limite d’âge ce qui fera de lui le général d’active le plus âgé au début de la Seconde Guerre mondiale.

 

Élu député de l’Aveyron, à soixante-huit ans, sur une liste du Bloc national en 1919, il est très actif au sein de la Commission de l’Armée de la Chambre. Battu aux élections de 1924, il fonde l’année suivante la Fédération nationale catholique (FNC), mouvement encouragé par le Vatican et l’épiscopat français, afin de mettre en échec le projet anti-clérical du Cartel des Gauches. Bien implantée dans les paroisses (il met en place en moins d’un an une vaste organisation pyramidale de 1,5 à 2 millions de membres), organisant des manifestations de masse, notamment en Alsace-Lorraine, dans l’Ouest et le Massif central, la Fédération contraint le gouvernement Herriot à reculer. La FNC, véritable pépinière d’officiers en retraite tels Tournès, Margot, Navel, de Reynies, de la Bussières, Picard, de Maitre d’Allerey, Étienne, Amiot, Mazurier et Keller, est aussi un important groupe de pression qui, en plus de son rôle d’arbitrage lors des élections, surveille la vie parlementaire, n’hésitant pas à publier dans la presse la liste des parlementaires qui ont voté pour ou contre tel ou tel projet de loi, notamment dans les domaines relatifs à ses valeurs comme l’éducation, la famille, les libertés religieuses, en proposant d’autres par l’intermédiaire de ses représentants à la Chambre.

 

L’influence politique de Castelnau diminue au cours des années 1930. L’anticléricalisme n’occupe plus les esprits, le catholicisme se trouve d’autres terrains d’action. Castelnau s’implique notamment en soutenant le gouvernement de Gaston Doumergue menacé par les ligues d’extrême-droite lors de la manifestation du 12 février 1934. Il prend également position contre l’Action Française en approuvant la position prise par le Vatican à l’encontre de ce mouvement et met en garde contre des organisations telles que les Croix de feu qui recrutent dans l’univers catholique. Enfin, il intervient dans le débat à propos des lois sociales du Front populaire dont il soutient les principales mesures à l’exception de celle concernant la réduction du temps de travail.

 

Il consacre une part de son temps à une activité éditoriale au sein d’un grand quotidien national de droite, l’Écho de Paris, où il côtoie le futur général de Gaulle ainsi que d’autres personnalités qui, comme lui, prendront position contre le régime de Vichy. En effet, dès l’annonce de l’Armistice de juin 1940, il prend ses distances avec la FNC ainsi qu’avec l’épiscopat français à qui il reproche leur attitude passive vis-à-vis du maréchal Pétain. Dès le mois de janvier 1941, il affiche ouvertement sa réprobation à l'encontre du régime de Vichy. Les chefs des deux principaux réseaux de Résistance de la région Toulouse où Castelnau s’est retiré mentionnent que, malgré son grand âge, ils le considèrent comme un résistant actif. Il décède au château de Lasserre à Montastruc-la-Conseillère le 19 mars 1944. Cette disparition aux heures plus sombres de l’Occupation, contribue un peu plus à effacer sa trace dans l'histoire. Pourtant, le général Édouard de Castelnau a figuré au rang des personnalités de son époque. Homme du monde et fin lettré, il a été le Mainteneur des jeux Floraux de Toulouse, membre de l’Institut, membre fondateur de l’association d’entraide de la noblesse française, membre de la société des Sciences, Arts et Lettres de l’Aveyron. Son courage et sa maîtrise de l’art militaire l’ont élevé aux dignités internationales de Croix de guerre, Grand-Croix de l’Ordre du Bain, de Saint-Grégoire-le-Grand, de l’Aigle blanc, de Saint-Stanislas et de Sainte-Anne de Russie, de Saint-Alexandre Nevski, de l’Ordre de Victoria d’Angleterre, de chevalier de la Virtuti militari de Pologne, de Grand-Croix de Saint-Lazare de Jérusalem.

 

 

Consultez les extraits du dossier conservé au Service historique de la défense.

Sources : Berstein G. et S., Dictionnaire historique de la France contemporaine - Bonafoux-Verrax C., "Le général de Castelnau au service de la patrie et de la foi", dans Forcade Olivier, Duhamel Éric, Vial Philippe (dir.), Militaires en République (1870-1962). Les officiers, le pouvoir et la vie publique en France - Chenu B., Castelnau, "Le quatrième maréchal", 1914-1918 - Huet J.-P., Édouard de Castelnau (1851-1944), L'artisan de la Victoire.
< Revenir à la liste des personnalités