La bataille de Bir Hakeim

 

La 1re brigade française libre face à l'Afrika Korps 26 mai-11 juin 1942.

 

 Du 26 mai au 11 juin 1942, la 1re Brigade française libre tient tête à l'Afrika Korps et à ses alliés italiens sur le front de Libye. Elle ne décroche de sa position de Bir Hakeim qu'après avoir permis le repli des troupes britanniques.

 

 

Depuis septembre 1940, le continent africain est le lieu de combats acharnés entre Italiens et Britanniques. L'Italie, présente en Libye, n'a de cesse de conquérir l'Égypte, alors sous contrôle de la Grande-Bretagne. Écrasés par les forces britanniques, les Italiens reçoivent le renfort des troupes allemandes.

 

Le 31 mars 1941, le général Rommel, à la tête de l'Afrika Korps, lance sa première offensive en Libye. Attaques et contre-attaques se succèdent. À la fin de 1941, les forces britanniques commandées par le général Auchinleck ont reconquis la Cyrénaïque. Rommel reprend alors l'initiative en lançant une offensive qui doit le mener jusqu'à Tobrouk, relais maritime et principale base britannique avant la frontière avec l'Égypte.

 

La 1re BFL en première ligne. Source :  Collection du musée de l'Ordre de la Libération-DR

 

 

Un camp retranché en défense

 

Les Britanniques établissent une ligne de résistance nord-sud tenue au nord, dans le secteur d'El Gazala, par deux divisions, britannique et sud-africaine, et au sud par la première brigade française libre (1re BFL), flanquée à l'est par la 3e brigade motorisée indienne. Des champs de mines s'étendent d'une extrémité à l'autre.

 

 

Forces françaises libres : conseil de guerre dans le désert avant l'attaque de Bir Hakeim. Source : Service historique de la défense

 

 

La mission de la 1re BFL est de tenir l'extrémité méridionale de la ligne de défense. Aux ordres du général Kœnig, elle a pris position à la mi-février à Bir Hakeim, situé à quelque 70 kilomètres de la côte méditerranéenne, au sud-ouest de Tobrouk. Bir Hakeim est un ancien poste méhariste italien établi près d'un puits à sec, sur un plateau semi-désertique, au croisement de plusieurs pistes. La position des Français forme un triangle, d'un périmètre d'environ seize kilomètres, qu'aucun obstacle naturel ne défend. Elle est entourée d'un champ de mines. Les Français transforment le réduit en camp retranché. Parachevant l'aménagement de la place commencé par les Britanniques, ils effectuent d'importants travaux de terrassement, creusant tranchées et abris pour camoufler hommes, armes et véhicules.

 

 

 

Construction d'un abri individuel. Source : Collection du musée de l'Ordre de la Libération-DR

 

 

Pour faire face aux troupes germano-italiennes, les Français disposent de pièces antichars : canons de 25, 47 et 75 mm, d'artillerie antiaérienne : canons Bofors AA de 40 mm et de mortiers de 60 et 81 mm. Ils sont en outre équipés d'une soixantaine de blindés légers chenillés Bren Carrier. La troupe est constituée notamment de deux bataillons de Légion étrangère, d'un bataillon d'infanterie de marine, du bataillon du Pacifique, du 2e bataillon de marche de l'Oubangui, d'une compagnie nord-africaine, d'une compagnie de sapeurs-mineurs. La DCA est renforcée par une batterie anglaise. Au total, plus de trois mille sept cents hommes qui bénéficient du soutien logistique et de la couverture aérienne des Britanniques.

 

 

Bren Carrier de la Légion en reconnaissance au début du siège, Bir Hakeim, juin 1942. Source : Service historique de la défense

 

 

 

Les forces françaises libres en ligne de mire

 

 

Localisation de Bir Hakeim. © MINDEF/SGA/DMPA/Joëlle Rosello

 

 

Le front allié de Libye et l'offensive germano-italienne des 26-27 mai 1942. © MINDEF/SGA/DMPA/Joëlle Rosello

Cliquez sur la carte pour l'agrandir

 

 

 

Le plan de Rommel n'est pas d'attaquer de front les positions alliées mais de contourner la ligne de résistance par le sud afin de livrer bataille à la VIIIe armée britannique sur ses arrières. Le 26 mai 1942, des unités italiennes lancent une attaque de diversion au nord et au centre de la ligne de résistance. Le lendemain, l'offensive générale commence.

 

 

Tandis que les Italiens lancent leurs chars sur Bir Hakeim, les Allemands opèrent un mouvement enveloppant pour contourner et isoler la position en remontant vers le nord. La prise du réduit ne doit être qu'une formalité rapidement accomplie mais la riposte des Français est fulgurante. En une heure, ils repoussent les Italiens, faisant quatre-vingt-onze prisonniers. Une trentaine de chars ennemis restent sur le terrain. Alors que les Allemands poursuivent vers le nord, où ils affrontent les Britanniques, les Français attaquent convois de ravitaillement et détachements adverses, harcelant les lignes de communication. Rommel, reprenant l'avantage face aux Britanniques, décide de réduire cette poche de résistance.

 

L'investissement de la place commence le 2 juin. Il est confié à deux divisions, une allemande et une italienne, appuyées par des groupes d'artillerie et par l'aviation allemande : la Luftwaffe. Trois ultimatum successifs sont adressés aux Français, en vain, les 2, 3 et 5 juin.

 

 

 

Le 1er régiment d'artillerie FFL à Bir Hakeim. Source : Collection du musée de l'Ordre de la Libération-DR

 

 

Les bombardements aériens et les tirs d'artillerie s'intensifient mais la 1re BFL tient toujours. La situation devient toutefois de plus en plus précaire, l'étau se resserre sur Bir Hakeim. Rommel lui-même vient diriger les opérations. Les attaques germano-italiennes atteignent leur point culminant du 8 au 10 juin. Les appareils de la Luftwaffe déferlent sur la position, contrés par ceux de la Royal Air Force.

 

 

 

Sortie sous le feu de l'ennemi

 

La position n'est plus tenable. Les Anglais étant par ailleurs submergés par l'avancée allemande, toute résistance est devenue inutile. Kœnig ordonne alors une sortie générale pour la nuit du 10 au 11 juin. La 1re BFL passe en force sous les feux des lignes italo-allemandes pour rejoindre les camions britanniques qui l'attendent quelques kilomètres plus loin, échappant ainsi à l'anéantissement. Elle se replie sur l'Égypte avec les Britanniques qui perdent Tobrouk le 21 juin.

 

 

Avion allemand abattu par les Français à Bir Hakeim. Source : Service historique de la défense

 



Quelque deux mille cinq cents hommes réussissent leur sortie mais le bilan de ces quinze jours de combat est lourd. Plus de mille hommes sont tués, blessés, prisonniers ou disparus. La 1re BFL laisse cinquante-deux canons et deux cent cinquante véhicules mais inflige à l'adversaire des pertes matérielles importantes : cinquante et un chars, treize automitrailleuses, de nombreux véhicules ainsi que sept avions sont détruits. Cent vingt trois Allemands et cent cinquante quatre Italiens sont faits prisonniers.

 

 

 Arrivée des Français libres dans les lignes anglaises. Source : Imperial War Museum. DR.

 

 

À Bir Hakeim, pour la première fois, les Français libres sont confrontés à la puissance militaire allemande et leur fait d'armes prend valeur de symbole. Ils ont tenu face aux forces italo-allemandes et leur ont infligé des pertes sévères. En retenant Rommel et ses troupes, ils ont freiné l'avancée allemande, retardé la prise de Tobrouk et surtout permis aux troupes britanniques de se replier. La radio anglaise glorifie sur ses ondes la résistance des FFL qui font la une de la presse alliée. Dès le 10 juin, le général de Gaulle adresse à Kœnig un télégramme : "Sachez et dites à vos troupes que toute la France vous regarde et que vous êtes son orgueil."

 

 

 

 

La 1re division française libre

 

La 1re division légère des Forces françaises libres est formée le 10 mai 1941, à Qastina en Palestine.

 

Sous les ordres du général Legentilhomme, elle regroupe tous les éléments alors ralliés à la France Libre. Elle se compose d'éléments très divers dont notamment la 13e demi-brigade de Légion étrangère qui, après avoir participé à la campagne de Norvège, rejoint Londres en juin 1940 ; le 1er bataillon d'infanterie de marine, constitué à Ismaïlia, en Égypte, en juillet 1940, composé de la presque totalité du 3e bataillon du 24e régiment d'infanterie colonial, venu de Chypre ; des bataillons de marche. Progressivement, d'autres troupes viennent s'ajouter à celles d'origine.

 

 

 

 

Après la campagne de Syrie en 1941, elle se transforme en "Groupe de divisions des Forces françaises libres", comprenant les 1re et 2e divisions légères. La 1re division légère devient ensuite la 1re brigade mixte française libre, qui s'illustre à Bir Hakeim en 1942, tandis que la seconde devient la 2e brigade française indépendante, qui se distingue à El Alamein la même année. Regroupant les éléments des Forces françaises libres combattant aux côtés des troupes britanniques en Libye, la 1re division française libre est créée le 1er février 1943. Elle devient 1re division motorisée d'infanterie en août 1943 puis 1re division de marche d'infanterie en avril 1944. Dans le cœur des anciens, toutefois, elle restera toujours la 1re DFL.

 

 

Le général Kœnig avec ses officiers supérieurs à Bir Hakeim. Source : Service historique de la défense

 



Commandée successivement par les généraux de Larminat, Koenig, Brosset et Garbay, la division prend part aux campagnes de Tunisie (1943), d'Italie (1944) et de France (1944-1945). Elle est citée quatre fois à l'ordre de l'armée, en juin 1942 (Bir Hakeim), en janvier, mars et juillet 1945 (Provence, Alsace, Alpes). La 1re DFL est dissoute le 15 août 1945.

 

 

Les forces en présence

 

Les forces alliées :

 

La VIIIe armée britannique comprend notamment le XIIIe CA (trois divisions d'infanterie, une brigade d'infanterie et deux brigades blindées) et le XXXe CA (deux divisions blindées, une brigade motorisée indienne ainsi que la 1re BFL), soit 125 000 hommes. Au contact direct avec les troupes italo-allemandes se trouvent la 1re division d'infanterie sud-africaine, la 50e division d'infanterie britannique (XIIIe CA) et la 1re BFL qui est rattachée à la 7e division blindée (XXXe CA). La 1re BFL compte 5 500 hommes : l'échelon de combat retranché à Bir Hakeim et les services installés 25 km plus à l'est. Les Britanniques alignent près de 750 chars et quelque 700 avions.

 

 

Les forces germano-italiennes :

 

Les Allemands alignent trois divisions (les 15e et 21e divisions blindées et la 90e division légère), les Italiens deux divisions du XXe CA (la division blindée "Ariete" et la division motorisée "Trieste") ainsi que les divisions "Sabratha", "Trento" (XXIe CA), "Brescia" et "Pavia" (Xe CA), soit au total 113 000 hommes. Les troupes germano-italiennes disposent de 570 chars et de 500 avions.

 

À Bir Hakeim, sans compter la couverture aérienne, le rapport des forces est évalué à 3 723 hommes équipés notamment d'une centaine de canons de 25 à 75 mm pour les Français libres contre 37 000 hommes disposant de 270 canons de 75 à 210 mm et de 350 chars pour les forces italo-allemandes (source musée de l'Armée).

 

 

Les dates clés :

 

17 juin 1940 :   Demande française d'armistice ; départ du général de Gaulle pour Londres.

18 juin 1940 : Appel du général de Gaulle à poursuivre la lutte.

22 juin 1940 : Signature de l'armistice franco-allemand à Rethondes.

24 juin 1940 : Signature de l'armistice franco-italien à Rome.

28 juin 1940 : Reconnaissance du général de Gaulle comme chef des Français libres par la Grande-Bretagne.

26-30 août 1940 : Ralliement du Tchad, du Cameroun, du Moyen-Congo et de l'Oubangui-Chari à la France Libre.

12 septembre 1940 : Offensive italienne en Égypte.

23-25 sept. 1940 : Échec, devant Dakar, de la tentative anglo-gaulliste de ralliement de l'Afrique occidentale française à la France Libre.

27 oct.-12 nov. 1940 : Occupation du Gabon par les Forces françaises libres.

9 décembre 1940 : Offensive britannique en Libye (opération "Compass").

19 janv.-20 mai 1941 : Offensive alliée en Afrique orientale italienne.

23 janvier 1941 : Prise de Tobrouk par les Britanniques.

12 février 1941 : Arrivée du général Rommel puis des premières unités du Deutsche Afrika Korps (le 14) à Tripoli.

1er mars 1941 : Prise de Koufra par les Français libres de Leclerc.

31 mars-29 avril 1941 : Offensive germano-italienne en Libye.

8 juin-14 juillet 1941 : Campagne anglo-gaulliste en Syrie.

18 nov.-30 déc. 1941 : Offensive britannique en Libye (opération "Crusader").

21 janvier 1942 : Début de la seconde offensive de Rommel en Libye.

14 février 1942 : Arrivée de la 1re BFL à Bir Hakeim.

fin fév.-14 mars 1942 : Raid victorieux des troupes de Leclerc sur le Fezzan.

26 mai 1942 : Début de l'offensive germano-italienne sur le front de Gazala.

26 mai-11 juin 1942 : Bataille de Bir Hakeim.

21 juin 1942 : Prise de Tobrouk par les Allemands.

 

 

Citation de la 1re DFL à l'ordre de l'armée, 26 juin 1942

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

 

Source : Collection "Mémoire et citoyenneté", N°22, Publication Ministère de la défense/SGA/DMPA