Newsletter

La nécropole nationale de Torcy

Nécropole nationale de Torcy. © ECPAD

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_Sedan

 

Créé lors des combats de Sedan-Carignan en août 1914, la nécropole nationale de Torcy regroupe 2 909 corps. Aménagé en 1923, ce lieu de mémoire rassemble, au titre de la Première Guerre mondiale, 2 794 Français dont 2 050 reposent en ossuaire, 45 Britanniques, 38 Russes dont 29 en tombe collective, 24 Roumains dont 1 en tombe individuelle, 4 inconnus Italiens. Pour la Seconde Guerre mondiale, huit Français et six aviateurs du Commonwealth reposent aussi dans ce cimetière. Parmi ces hommes, est inhumée la dépouille de Camille Tassigny (tombe n° 682). Après avoir renoncé à la nationalité française pour s'engager dans l'armée belge, il est fait prisonnier le 23 août 1914 à Namur. Après quatre ans de captivité, il est, en raison de son état de santé, hospitalisé à l'ambulance n°3/64 à Charleville-Mézières où il décède le 14 janvier 1919 des suites de broncho-pneumonie.

 

La bataille des Ardennes, août 1914

Pour soutenir le mouvement en Alsace-Lorraine, le général Joffre engage les 3e et 4e armées   dans les Ardennes en vue de contenir l'ennemi. Cette bataille se déroule au centre et à l'est du massif forestier des Ardennes où les communications entre les armées sont particulièrement difficiles. En raison de cet isolement, le haut-commandement français ne peut avoir une vision intégrale des opérations.

Constituant déjà en 1870 une position stratégique, le bois de la Marfée est le théâtre d'âpres combats, au cours desquels s'illustrent les Vendéens du 11e corps d'armée. Retranché sur le plateau de Chaumont et la ferme Saint-Quentin, le 137e régiment d'infanterie parvient, localement, à conduire une action victorieuse. Au cours de celle-ci, cette unité réussit à s'emparer, le 27 août, du drapeau du 28e régiment d'infanterie de réserve. Pour autant, après plusieurs jours de combats des plus meurtriers, la bataille des Frontières est perdue.

En raison de cet échec et de celui d'Alsace-Lorraine, Joffre donne l’ordre aux troupes de se replier sur Verdun, Stenay et Sedan. Au cours de ce mouvement rétrograde, les Français sont engagés dans de rudes combats d’arrêt pour empêcher notamment l’accès de l’Aisne. Entre le 27 et le 30 août, entre Signy-l'Abbaye et Rethel, la division marocaine lutte ainsi pied à pied pour repousser les assauts successifs de la IIIe armée allemande. Au 28 août, la division marocaine déplore la perte de plus de 3 000 hommes. Sedan est occupée. Le quotidien des habitants va alors, comme toute ville occupée, devenir de plus en plus difficile. Réquisitions et privations se multiplient alors que l'ennemi réprime violemment toute opposition. Le 30, l'ennemi atteint Rethel. Écrasés par le par le feu de l’artillerie allemande les Français s’accrochent aux hauteurs de Bertoncourt, de Novy, de Faux. Mais au soir du 30, Rethel tombe. Ne pouvant tenir davantage leurs positions et les points de franchissement, les Français se replient, en bon ordre, derrière l’Aisne, puis sur la Marne. À partir de cette nouvelle ligne de résistance, ils reçoivent l'ordre de ne plus reculer plus et repoussent les Allemands jusqu’aux bords de l’Aisne où le front se fige.

Une nécropole typique du début de la guerre

Renfermant les restes mortels de combattants français inhumés en grand nombre dans un ossuaire, la nécropole de Sedan-Torcy est caractéristique des cimetières militaires du début de la Première Guerre mondiale, et du traitement des corps des soldats défunts par les autorités militaires françaises. En effet, à cette époque, les officiers sont généralement enterrés en tombes individuelles, alors que les hommes de troupe sont inhumés en fosse collective. Ce principe subsiste jusqu'en 1915, mais le recours aux tombes individuelles se généralise pour tous les combattants. La loi du 29 décembre 1915 accorde aux soldats morts pour la France le droit à être inhumé en sépulture individuelle.

 

  • Nécropole nationale de Torcy. © Guillaume Pichard

  • Nécropole nationale de Torcy. © ECPAD

  • Nécropole nationale de Torcy. © ECPAD

  • Nécropole nationale de Torcy. © Guillaume Pichard

  • Nécropole nationale de Torcy. © Guillaume Pichard

  • Nécropole nationale de Torcy. © Guillaume Pichard

  • Représentation caricaturale de la prise du drapeau du 68e Landswehr par deux hommes du 137e RI. © Collection privée - FBN - DR

  • Pont sur la Meuse détruit à Sedan. Sous l'arche intacte, un bateau échoué par l'explosion, Sedan, septembre 1915. © Collections BDIC

  • Chambre occupée par un cordonnier d'un régiment allemand à Frénois dans la maison où est signée en 1870 la capitulation française à Sedan, septembre 1915. © Collections BDIC

  • Tombes de soldats français et allemands tués en 1914 sur le champ de bataille entre Donchery et Sedan, septembre 1915. © Collections BDIC

  • Avenue Thiers à Sedan pendant l'occupation allemande, 1915-1917. © Collections BDIC

  • Place Auguste Goulden et théâtre de Sedan pendant l'occupation allemande, 1915-1917. © Collections BDIC

  • Voie ferrée Metz - Sedan détruite par les Allemands avant leur retraite, 13 novembre 1918. © Collections BDIC

  • Monument élevé à Noyers-Pont-Maugis à la mémoire des soldats allemands le 27 août 1914. © Collections BDIC

  • > Zurück zu den Ergebnissen

    Informationen

    Anschrift

    Sedan
    À l’est de Charleville-Mézières, D 977, D 6

    Wöchentliche Öffnungszeiten

    Visites libres toute l’année