Newsletter

La nécropole nationale de Lexy

Nécropole nationale de Lexy. © ECPAD

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_necropole_Lexy

 

La nécropole nationale de Lexy regroupe les dépouilles de soldats morts pour la France lors des batailles des frontières en août 1914, en particulier celles du 22 août. Erigé en 1922, le monument-ossuaire rassemble les corps exhumés sur le territoire de la commune. Surmonté d’un imposant monument, offert en 1922 par la famille de l’un de ces soldats, cet ossuaire est érigé sur une tombe collective où sont rassemblés les restes mortels de 68 soldats français.

 

La Batailles des frontières - 14 - 25 août 1914

Au début du mois d’août 1914, les troupes allemandes déploient par la Belgique, un large mouvement de débordement pour envelopper l’armée française. Et si, appliquant le plan XVII, le général Joffre choisit de forcer les lignes ennemies en Alsace et en Lorraine afin de reprendre les départements perdus en 1871, d'autres armées françaises soutenues par le corps expéditionnaire britannique essaient de contenir l’avancée allemande en Lorraine, dans les Ardennes, à Charleroi et à Mons. C'est la bataille des frontières, au cours de laquelle, du 14 au 25 août 1914, se déroulent de violents affrontements. Ces derniers préfigurent la dureté de la guerre et révèlent l’importance croissante de l’artillerie lourde et de l’aviation.

En Lorraine, du 14 au 18 août, la 2e armée française progresse rapidement. Seul le terrain accidenté ralentit cette marche. Ce n’est que le 20 août, au nord-est de Nancy, qu’elle se heurte à un ennemi supérieur en nombre. Maître du terrain et doté d’une importante artillerie de campagne, l'ennemi, placé en embuscade, harcèle les Français. Cibles de choix, sur ce plateau en pantalon rouge garance, ces derniers sont cloués sur place et rapidement débordés. Luttant au corps-à-corps pour tenir la position, les soldats français sont forcés de se replier. Du 21 au 24 août, abandonnant à leur sort des milliers de blessés, les Français entament leur retraite. Dans l'urgence, le général Joffre envoie des renforts pour tenir coûte que coûte sur le Grand-Couronné de Nancy.

Le succès de l’armée allemande est sans équivoque. Pour les Français, le bilan humain est lourd. Toutefois, la victoire allemande n’est pas totale. Non seulement l’offensive française a retenu en Lorraine des troupes ennemies qui auraient pu être engagées à l’ouest pour la marche vers Paris, mais en plus les Français se sont repliés en bon ordre. Ils n’ont perdu que peu de territoire tout en conservant Nancy. Le front se fige. Le général Joffre ordonne aux troupes de se replier sur la Marne. Pourtant harassées, elles trouvent les ressources, morales et physiques, pour reprendre l'offensive. La bataille de la Marne devient la première victoire française de la Grande Guerre.

Le monument-ossuaire de Lexy

Initiative privée, ce monument-ossuaire est typique des nécropoles du début de la Première Guerre mondiale. En effet, si le principe des tombes collectives subsiste jusqu'en 1915, le recours aux tombes individuelles se généralise dès les premiers mois du conflit. Aussi, la loi du 29 décembre 1915 accorde aux soldats morts pour la France le droit à être inhumé en sépulture individuelle. Œuvre de l'architecte Chouane, cet imposant monument est situé à proximité de l'axe Paris-Luxembourg pour être vu du plus grand nombre. Derrière ce monument, de forme pyramidale, se trouve la tombe collective.

 

  • Nécropole nationale de Lexy. © Guillaume Pichard

  • Nécropole nationale de Lexy. © ECPAD

  • Nécropole nationale de Lexy. © ECPAD

  • Fantassins français en manœuvre dans un champ. Vêtus d'un pantalon rouge garance et capote gris de fer bleuté, les soldats français, au début de la guerre, restent des plus exposés aux tirs des mitrailleuses ennemies. © Collection particulière FBN - DR

  • La Garde au drapeau. © Collection particulière FBN - DR

  • Carte postale humoristique éditée après la victoire française au Grand Couronné de Nancy. La résistance de la cité nancéenne dont la devise est "Qui s'y frotte, s'y pique" est l'un des premiers revers militaires de l'armée allemande. Pour les caricaturistes français de l'époque, Guillaume II, empereur d'Allemagne, apparait comme le seul perdant, devenu pour l'occasion le "grand couronné de Nancy". © Collection particulière FBN - DR

  • Sépulture collective de Lexy, 1914. Au sein de cet ossuaire repose aujourd'hui encore le corps de John Léo Reutlinger, né en 1891 à Paris et mort pour la France le 22 août 1914. © Collection particulière FBN - DR

  • Lettre du 4 décembre 1920 de M Chaix au ministre pour demander le droit d'ériger un monument en mémoire du capitaine René-Bourdier Chaix. © Archives MINARM/DPMA/BPLM

  • > Zurück zu den Ergebnissen

    Informationen

    Anschrift

    Lexy
    À l’ouest de Longwy

    Wöchentliche Öffnungszeiten

    Visites libres toute l’année