Centre de la mémoire d'Oradour

Partager :

Initié en 1992 par le Conseil général de la Haute-Vienne, le centre de la mémoire ouvre ses portes au public et devient le nouvel accès aux ruines d'Oradour-sur-Glane en mai 1999.

 


 

Consulter l'offre pédagogique du centre >>> 

 


 

 

Le drame d'Oradour-sur-Glane

 

Le 8 juin 1944, soit deux jours après le débarquement de Normandie, la deuxième division SS blindée allemande "Das Reich" reçoit l'ordre de se positionner dans la région comprise entre Tulle et Limoges.

 

Le régiment "Der Führer" est chargé d'appliquer les ordres de "nettoyage" dans ce secteur, les soldats étant confrontés à de nombreuses actions de la Résistance intérieure française.

 

Le 10 juin 1944, le bourg d'Oradour-sur-Glane, situé à vingt-deux kilomètres au nord-ouest de Limoges, est encerclé par la troupe Waffen SS. Réunis pour la foire hebdomadaire du samedi, les habitants du village et de ses environs sont rassemblés sur la place principale, puis massacrés méthodiquement : femmes et enfants brûlés vifs dans l'église où ils ont été enfermés, hommes mitraillés dans divers lieux du village.

 

Les soldats tuent au hasard des rues et des maisons, de manière à faire disparaître d'éventuels témoins, et tentent d'éliminer les cadavres par le feu et la fosse commune, pour empêcher leur identification. Dans les ruines du village pillé et incendié, les soldats laissent 642 victimes, et une poignée de rescapés, témoins de la tragédie.

  • Le centre de la mémoire d'Oradour-sur-Glane

    Le centre de la mémoire d'Oradour-sur-Glane. Source : SHD

  • La visite de Charles de Gaulles sur les lieux du drame

    La visite de Charles de Gaulles sur les lieux du drame. Source : SHD

  • Le village détruit

    Le village détruit. Source : SHD

Source MINDEF/SGA/DMPA

Le 4 mars 1945, le voyage à Oradour du Général De Gaulle, chef du gouvernement provisoire de la République Française, consacre le site du village martyr, qui devient propriété de l'Etat en avril 1945. Le 10 mai 1946, une loi classe le site comme monument historique, et décide la sauvegarde des ruines et la construction d'un bourg neuf jouxtant l'ancien village.

 

À la fin des années 1980 naît l'idée d'un centre de mémoire dont le rôle serait d'expliquer, dans une intention pédagogique, le sens de l'événement et des ruines aux générations qui n'ont pas connu les épreuves de la guerre.

 

 

Le centre de la mémoire d'Oradour-sur-Glane, village martyr.

 

Initié en 1992 par le Conseil général de la Haute-Vienne, le projet aboutit le 12 mai 1999, lorsque le centre de la mémoire ouvre ses portes au public et devient le nouvel accès aux ruines d'Oradour-sur-Glane. Au sein d'un bâtiment dont tous les éléments de l'architecture symbolisent l'histoire tourmentée du site, une exposition permanente riche de nombreux documents d'archives conduit le visiteur à effectuer un parcours de mémoire pour replacer la tragédie dans le contexte de la seconde guerre mondiale.

 

Pourquoi Oradour ? Pour tenter de donner des éléments de réponse, le centre de la mémoire s'attache à présenter parallèlement le paisible bourg d'Oradour de l'avant-guerre jusqu'à la tragédie du 10 juin 1944, et la montée en puissance de la barbarie nazie, notamment à travers le parcours des troupes Waffen SS de la division "Das Reich". Le récit du massacre est exposé à travers un film de 12 minutes projeté en continu, réalisé grâce aux témoignages des survivants, et aux dépositions des bourreaux à leur procès, à Bordeaux en 1953.

 

Outre des expositions temporaires et un centre de documentation, le centre propose les services d'une équipe éducative chargée d'assister les enseignants désireux d'effectuer une visite sur le site s'inscrivant dans le cadre d'un projet pédagogique. Animée par deux professeurs d'histoire, elle prépare la venue des classes, et met à la disposition des enseignants les structures et le fonds de documentation du centre. Au-delà du symbole d'une France meurtrie par l'occupation allemande, partie intégrante de la mémoire nationale, le Centre de la mémoire délivre un message universel, et amène le visiteur à réfléchir sur la défense des droits de l'homme et de la paix.

 

 

Renseignements pratiques :

 

Centre de la mémoire d'Oradour
BP 12 - 87520 - Oradour-sur-Glane
Tél. +33(0)5 55 430 430
Fax +33(0)5 55 430 431

 

Partager :