Partager :

Cerny-en-Laonnois - Nécropoles et Chapelle

Carte postale. (c) Inventaire général – Chapelle. Source : http://dictionnaireduchemindesdames.blogspot.fr

Les premiers combats du Chemin des Dames se sont déroulés en ces lieux

autour d'une ancienne sucrerie fortifiée par les troupes allemandes.

 

Le village de Cerny-en-Loannois, dans le département de l'Aisne, est installé sur une terrasse dominant l'Ailette, au carrefour de la route Laon-Fismes et du Chemin des Dames.

 

Traditionnellement, le village est considéré comme le lieu de naissance de Saint Rémi (437-533), l'évêque de Reims qui baptisa Clovis. C'est là aussi que Napoléon Ier a résidé au soir de la bataille de Craonne, le 7 mars 1814. Les premiers combats du Chemin des Dames se sont déroulés en ces lieux autour d'une ancienne sucrerie fortifiée par les troupes allemandes.

Informations historiques

 

La colonne des Britanniques

 

Ce bétyle rend hommage aux héros du 1er Bataillon Loyal North Lancashire tombés lors de la première bataille du Chemin des Dames : l'assaut de la sucrerie de Cerny-en-Laonnois en 1914.

 

Il est installé au bord de la route départementale n° 967 et porte la dédicace : "In memory of the officers warrant and non commissioned officers and men of the Battalion Loyal North Lancashire regiment who laid down their lives on active service 1914-1919 ".

 

Au début de la guerre en effet le général Joffre lance une offensive qui, à partir du 5 septembre 1914, permet aux troupes françaises et anglaises d'atteindre l'Aisne, le 13 septembre, entre Venizel et Berry-au-Bac. Mais le 14 septembre voit l'arrêt de la progression franco-britannique. Les Britanniques doivent creuser leurs premières tranchées le 14 septembre sur les pentes sud du Chemin des Dames, entre Vendresse et la sucrerie de Cerny-en-Loannois. Du 15 au 20 septembre, chacune des deux armées cherche vainement à percer le front adverse entre Cerny-en-Loannois et Craonne. De nouvelles tentatives ont encore lieu du côté allemand du 26 au 29 septembre, puis côté français le 30 septembre et du 12 au 14 octobre. Début 1915, les troupes du Kaiser achèvent la conquête du secteur du Chemin des Dames, lors, notamment, de l'attaque de la ferme de la Creute (la Caverne du Dragon), et commencent à fortifier cette ligne maintenant en arrière du front.


Nivelle lance la grande offensive pour rompre les lignes allemandes le 16 avril 1917. Effort inutile et coûteux en hommes, les mutineries se propagent au sein des troupes. Le 15 mai, Nivelle est remplacé par Pétain à la tête des armées françaises. À partir de l'été, il lance une série d'assauts limités afin de reprendre le contrôle des points stratégiques jusqu'à l'Ailette. En mai 1918, l'état-major allemand lance l'opération Blücher afin de reprendre position entre l'Aisne et l'Ailette. Débordés par la contre-offensive de la deuxième bataille de la Marne, les Allemands se retirent en octobre.

 

 

La chapelle

 

Cet édifice, inauguré le 22 avril 1951, fait office de mémorial oecuménique pour le Chemin des Dames. Il est du à l'initiative d'un comité dont les membres d'honneur sont d'anciens officiers, des dignitaires de l'Église catholique, du président de la Fédération protestante de France, et du Grand Rabbin de France. Des plaques régimentaires et individuelles en ornent les murs.

 

Chaque année en avril-mai, une imposante cérémonie religieuse et militaire est organisée pour les commémorations des combats de 1917.

 


Une lanterne des morts

 

Faisant face à la chapelle, cet édifice rappelle par son feu nocturne le sacrifice d'une classe d'âge pour défendre ses valeurs jusque dans les tranchées.

 

 

Nécropole nationale française

 

Installée en face du mémorial du Chemin des Dames, au bord de la route départementale n°18, cette nécropole d'une superficie de 13 515 m² rassemble 5 150 corps dont 2 386 en ossuaire. La nécropole contient également les dépouilles mortelles de 54 combattants russes, inhumés à la suite des combats des plateaux de Vauclerc, de Vendresse et de Troyon et ceux enterrés sur le territoire des communes de Beaulne, de Paissy, de Braye-en-Laonnois et de Moulins. Le cimetière est créé en 1919 mais son aménagement se prolonge jusqu'en 1925. Il a été procédé à une réfection totale en 1972.

 


Nécropole allemande

 

Le cimetière allemand de Cerny-en-Laonnois est situé au bord de la route départementale n°18, à droite à l'entrée du village, en venant de Soissons. Le site rassemble les corps de 5125 soldats allemands tombés dans le secteur du Chemin des Dames. Les premiers aménagements datent de 1924/1925, en application des clauses du traité de Versailles concernant les sépultures.

 

Ici reposent les combattants de l'automne 1914, du printemps 1915, des combats d'avril/mai 1917 et de mai, septembre/octobre 1918. Les régiments réunis proviennent de Westphalie, du Brandebourg, de Saxe, du Württemberg, du Schleswig-Holstein et de Prusse occidentale.

 

Une convention de 1926, mise en application à partir de 1928, permet de doter le site d'un mobilier funéraire durable, complété par l'accord franco-allemand sur les sépultures du 19 juillet 1966. Une réfection générale est menée en 1974 ; le cimetière est agrandi pour accueillir de nouvelles tombes, une nouvelle entrée est crée, les insignes funéraires remplacés en totalité.

 

Actuellement le site compte 7 526 dépouilles. Sur les 3 533 tombes individuelles, dont 12 sépultures de confession israélite, 46 restent anonymes et, dans l'ossuaire qui regroupe 3 993 soldats, 3 080 n'ont pu être identifiés.

 

Renseignements Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge Bundesgeschäftsstelle, Abteilung Gräbernachweis, Werner-Hilpert-Straße 2, D-34112 Kassel.Tel.: 0561-7009-0

 


Une stèle à la 38e division d'infanterie (D.I.) d'Afrique

 

Erigée face au mémorial du Chemin des Dames, elle rend hommage aux hommes de la 38e D.I. du Chemin des Dames et porte l'inscription suivante : "La 38e Division d'Infanterie, groupant les RICM, 4e Zouaves, 4e Mixte Zouaves Tirailleurs, 8e Tirailleurs Tunisiens, 32e RAC, compagnies du Génie 19/2 - 19-52, a combattu en septembre 1914 - Chemin des Dames - Craonne - Heurtebise, en avril 1917 - Cerny - les Bovettes - Heurtebise, en octobre 1917 - Chavignon - Carrières Bohéry - Reprise du Fort de la Malmaison le 23 octobre".

 

 

  • Gedächtniskapelle von Cerny-en-Laonnois. Quelle: SGA/DMPA - JP le Padellec

    Gedächtniskapelle von Cerny-en-Laonnois. Quelle: SGA/DMPA - JP le Padellec

  • Nationaler französischer Soldatenfriedhof. Quelle: SGA/DMPA - JP le Padellec

    Nationaler französischer Soldatenfriedhof. Quelle: SGA/DMPA - JP le Padellec

  • Deutscher Soldatenfriedhof. Quelle: SGA/DMPA - JP le Padellec

    Deutscher Soldatenfriedhof. Quelle: SGA/DMPA - JP le Padellec

  • Säule der Briten. Quelle: JP le Padellec

    Säule der Briten. Quelle: JP le Padellec