Concours national de la Résistance et de la Déportation (CNRD)

Partager :

Le ministère des armées contribue tous les ans au CNRD, concours majeur dans le domaine de la mémoire, aux côtés du ministère de l'éducation nationale, des fondations de mémoire et de l'ONAC (Office national des anciens combattants et victimes de guerre).

Le thème général et la date des épreuves font l'objet d'une note de service public publiée au bulletin officiel de l'éducation nationale, en début d'année scolaire.

 

Thème 2018-2019

Pour cette nouvelle édition, les élèves seront invités à travailler sur le thème "Répressions et déportations en France et en Europe, 1939-1945. Espaces et histoire".

Pour en savoir plus, consulter le site http://www.cheminsdememoire.gouv.fr

 

Thème 2017-2018

Pour la session 2017-2018 du concours, les élèves ont travaillé sur le thème "S'engager pour libérer la France".

 

Thèmes des années précédentes 1961-2016

 

 

Historique

 

Le concours national de la Résistance et de la Déportation a été fondé à l'initiative de la Confédération Nationale des Combattants Volontaires de la Résistance afin de perpétuer chez les jeunes Français le souvenir des souffrances et des sacrifices des héros et martyrs de la Résistance.

 

La Fédération nationale des Déportés et Internés de la Résistance et le Réseau du Souvenir l'ont ensuite rejointe pour aboutir en 1961 à la création officielle du Concours (circulaire n° 891 du 11 avril 1961).

 

À partir de 1982, le partenariat entre les deux ministères - Anciens combattants et Éducation nationale puis Défense et Éducation nationale en 2001 - se développe. La participation à ce concours donne l'occasion aux élèves de rencontrer directement résistants et déportés et d'établir à ce titre un lien tangible entre les générations. Il permet également aux collégiens et aux lycéens de s'interroger sur les valeurs de la République et de la démocratie et de mesurer leur pertinence et leur modernité.

 

Depuis 2000, le concours national de la Résistance et de la Déportation est une des composantes de la politique de mémoire que le ministère de la défense, en partenariat avec le ministère de l'éducation nationale, entend développer aux profits d'élèves d'établissements scolaires.

 

Chaque année, le ministère des armées soutient activement son organisation tant par des financements conséquents que par une implication dans le renforcement de l'attrait qu'il suscite auprès de jeunes élèves.

 

Son soutien revêt plusieurs formes :

  • Subvention à l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONAC VG) pour la remise des prix départementaux ;
  • Subvention à celle des trois fondations de mémoire chargée de la préparation du dossier pédagogique ;
  • Sur demande, fourniture aux candidats de toutes les informations dont ils peuvent avoir besoin : références documentaires, adresses des associations d'anciens combattants, envoi de brochures ou de plaquettes ;
  • Participation au financement et à l'organisation de la remise des prix au niveau national.

 

 

Objectifs

 

Les finalités du concours national de la Résistance et de la Déportation, vis-à-vis des jeunes sont :

  • Transmettre des valeurs qui se rattachent aux droits de l'Homme et aux principes de la démocratie ;
  • Susciter un esprit de tolérance et une démarche de solidarité ;
  • Préparer à la vie de citoyen ;
  • Acquérir une démarche d'historien ;
  • Rapprocher les générations.

 

 

Public

 

Le concours national de la Résistance et de la Déportation est ouvert aux élèves des établissements publics et privés sous contrat (collèges, lycées d'enseignement général et technologique, lycées professionnels et des lycées polyvalents, publics et privés sous contrat d'association avec l'État) ainsi qu'aux élèves des établissements d'enseignement agricole, des établissements relevant du ministère des armées et des établissements français à l'étranger.

 

 Sont concernés :

 

  • Au collège, les élèves des classes de troisième uniquement, incluant les sections d'enseignement général et professionnel adapté (Segpa) ;
  • Au lycée, les élèves de toutes les classes, à l'exception des formations post-baccalauréat ;
  • Dans les établissements régionaux d'enseignement adapté (Erea), les élèves à partir de la classe de troisième ;
  • Les jeunes placés dans les centres éducatifs fermés ;
  • Les mineurs et les jeunes majeurs scolarisés dans les établissements pénitentiaires.

 

 

Quatre catégories de participation

 

  • Première catégorie : classes de tous les lycées (et assimilées). Réalisation d'un devoir individuel en temps limité portant sur le sujet académique ;
  • Deuxième catégorie : classes de tous les lycées (et assimilées). Réalisation d'un travail collectif portant sur le thème annuel ;
  • Troisième catégorie : classes de troisième (et assimilées). Rédaction d'un devoir individuel en temps limité portant sur le sujet académique ;
  • Quatrième catégorie : classes de troisième (et assimilées). Réalisation d'un travail collectif portant sur le thème annuel.

 

 

Jury

 

Dans son édition du 30 juin 2016, le bulletin officiel de l'Éducation nationale n° 26 a publié l'arrêté portant organisation du Concours National de la Résistance et de la Déportation, des jurys académiques et du jury national. La lecture du texte publié permet de souligner notamment les modifications intervenues par rapport aux précédents arrêtés :

 

  • Augmentation du nombre d'établissements dont les élèves souhaitent participer au concours ;
  • Réduction du nombre de catégories de participations (de 6 à 4) ;
  • Organisation territoriale du concours confiée au recteur d'académie ;
  • Évaluation préalable des travaux des élèves par un jury académique ;
  • Composition du jury national en deux instances : un comité stratégique et un collège de correcteurs ;
  • Meilleure valorisation de la participation des élèves.

 

Voir aussi Le concours national de la Résistance et de la Déportation sur Éduscol

 

 

Fondations de mémoires