Ile de Sein

1940

Juin 1940 : après la défaite et la signature de l'armistice, tous les Français ne se résignent pas. Progressivement, des actes de résistance, individuels ou collectifs, se développent, le plus célèbre d'entre eux étant l'"Appel du 18 juin" lancé de Londres par le général de Gaulle, appel diffusé à plusieurs reprises dans les jours qui suivent.

 

Photo du Blason de l'île de Sein

 

Parmi les Français libres de la "première heure" qui répondent à l'appel du général de Gaulle, il y a les habitants de Sein, une petite île située au large de l'extrémité sud-ouest de la Bretagne, face à la pointe du Raz, sur laquelle vivent un millier de personnes.

 

 

I - 1940 / 1946 : l'Ile de Sein, héros de la Libération

 

En juin 1940, une grande partie des hommes de l'Ile de Sein sont mobilisés ou appelés à travailler sur le continent. Par ailleurs, une garnison de 24 hommes stationne sur l'île.

 

Les habitants de Sein reçoivent peu d'informations des quelques navires qui accostent sur l'île ou des rares postes de TSF qui s'y trouvent.

 

Vue aérienne du port de l'île de Sein. Source : Collection du musée de l'Ordre de la Libération

 

 

Ces communications deviennent de plus en plus difficiles et les nouvelles ne parviennent que par bribes, échos d'une situation qui ne cesse de s'aggraver. Les Sénans apprennent ainsi la prise de Rennes et de Brest et voient arriver les premiers soldats repoussés par l'avancée allemande.

 

De nombreux navires transitent par l'île, tandis que la menace se rapproche et que les tirs et bombardements allemands se multiplient.

 

Le 19 juin 1940, un Dundee (un bateau en bois à voiles et à moteur généralement utilisé pour la pêche au thon et le chalutage d'hiver), le Zénith, part d'Audierne et passe par l'Ile de Sein pour rejoindre l'Angleterre. Il transporte 95 passagers (25 civils et 70 militaires), parmi lesquels des Sénans et une petite troupe de Chasseurs alpins.

 

Le 22 juin 1940, un gardien du phare d'Ar-Men informe les habitants de Sein que l'appel d'un général français sera rediffusé le soir même à la BBC. Les îliens et les personnes présentes sur l'île se regroupent autour d'un des postes existants pour entendre cette intervention. A l'écoute du message, le choix se fait très vite.

 

Les 24 et 26 juin 1940, les cinq navires pour l'heure disponibles prennent la mer. Le premier, le Velleda, part avec à son bord la garnison de l'île et les premiers Sénans. Il est suivi du Rouanez ar Mor, puis du Corbeau des mers, du Maris Stella et du Rouanez ar Péoc'h. Certains habitants partent sur d'autres petites embarcations.

 

Cent vingt-huit Sénans rallient ainsi l'Angleterre. Quelques jours après son appel du 18 juin, le général de Gaulle remarque qu'ils représentent environ 25% des premiers Français arrivés à Londres et leur fait un éloge particulier : "l'Ile de Sein est un quart de la France".

 

Dans un premier temps, les Sénans sont affectés au Courbet qui assure la protection du port de Plymouth avant d'être répartis, pour la plupart, au sein des Forces navales françaises libres.

 

 

Dès le début de juillet 1940, les Allemands occupent l'Ile de Sein et y installant mines et barbelés. Une réglementation sévère est appliquée concernant la circulation tant dans l'île que sur mer.



Les conditions matérielles sont difficiles et le restent même après le retour des mobilisés. En dépit de cela, une aide aux familles des Sénans ayant rejoint l'Angleterre est organisée.

 

Parmi les Sénans qui ont rallié la France Libre, nombreux ne reverront pas l'île et leur famille avant 1944, tandis qu'une vingtaine d'entre eux sont morts pour la France.

 

Mémorial de Men Nei. Source : Archives de l'île de Sein

 

 

Le général de Gaulle leur a rendu hommage dans ses Mémoires de guerre :

 

"Dans les derniers jours de juin, abordait en Cornouailles une flottille de bateaux de pêche amenant au général de Gaulle tous les hommes valides de l'Ile de Sein. Jour après jour, le ralliement de ces garçons resplendissant d'ardeur et dont beaucoup, pour nous rejoindre, avaient accompli des exploits, affermissait notre résolution."

 

Le 1er janvier 1946, la Croix de la Libération est attribuée à l'Ile de Sein pour le motif suivant : "Devant l'invasion ennemie, s'est refusée à abandonner le champ de bataille qui était le sien : la mer. A envoyé tous ses enfants au combat sous le pavillon de la France Libre devenant ainsi l'exemple et le symbole de la Bretagne tout entière."

 



II - Dossier complémentaire

 

L'Ordre de la Libération

 

Novembre 1940 - Fondation de l'Ordre de la Libération par le général de Gaulle

Le 16 novembre 1940, le général de Gaulle fonde, à Brazzaville, l'Ordre de la Libération afin de "récompenser les personnes ou les collectivités militaires et civiles qui se seront signalées dans l'oeuvre de la libération de la France et de son Empire".

 

Ses membres portent le titre de "Compagnon de la Libération" et se voient attribuer la Croix de la Libération.

 

Croix de la Libération

 

Tandis que l'écu de bronze rectangulaire porte un glaive surchargé de la Croix de Lorraine, les bandes noires et vertes du ruban symbolisent le deuil et l'espérance de la Patrie. Au revers, la Croix de la Libération porte la devise suivante : "Patriam servando - Victoriam tulit" (En servant la Patrie, il a remporté la Victoire).

 

 

Janvier 1946 - Le général de Gaulle arrête le nombre des Compagnons de la Libération après avoir attribué 1059 Croix de la Libération, dont une à l'Ile de Sein.

 


Par décret du 23 janvier 1946, le général de Gaulle décide de cesser d'attribuer la Croix de la Libération afin de signifier que la libération de la France est achevée et de préserver le caractère exceptionnel de cette décoration nationale, la plus prestigieuse après celle de l'Ordre de la Légion d'Honneur.

 

De janvier 1941 à janvier 1946, seules 1059 Croix de la Libération ont été attribuées à :

 

  • 5 communes : Nantes, Grenoble, Paris, Vassieux-en-Vercors et l'Ile de Sein ;
  • 18 unités combattantes ;
  • 1036 personnes, civiles et militaires (1030 hommes et 6 femmes).

 

1958 / 1960 - De Gaulle attribue deux croix supplémentaires

 

A deux reprises, le général de Gaulle ouvre exceptionnellement l'Ordre pour attribuer la Croix de la Libération à :

 

  • Winston Churchill, en 1958 ;
  • George VI, le roi du Royaume-Uni, à titre posthume en 1960.

 

1999 - Création du Conseil national des communes "Compagnon de la Libération"

 

Au fil des années, les Compagnons de la Libération disparaissent et sont ainsi de moins en moins nombreux. Pour assurer la pérennité des traditions de l'Ordre de la Libération a été créé, par la loi n° 99-418 du 26 mai 1999, le Conseil national des communes "Compagnon de la Libération" chargé de prendre la succession du Conseil de l'Ordre de la Libération, dès que celui-ci ne pourra plus réunir quinze membres. Les dates-clés de l'Ile de Sein, du 22 au 26 juin 1940

 


Le Zénith

 

1939 - Construit à Camaret, le Zénith est un Dundee breton qui sert de courrier entre le continent et l'Ile de Sein.

 

Le Zénith à l'automne 1939. Source : A.P.P.E.L. Ar Zenith



1940 - Le 19 juin, le Zénith est le premier navire civil à partir pour l'Angleterre le lendemain de l'Appel du général de Gaulle. Il part d'Audierne et passe par l'île de Sein, transportant 95 passagers (25 civils et 70 militaires). Réquisitionné à son arrivée en Grande-Bretagne, le Zénith fait toute la guerre aux côtés des Britanniques, assurant le transport de troupes et de munitions sur la côte sud du Royaume-Uni, et ne rentre en France qu'en 1946. 1946 / 1979 - Le Zénith passe de main en main et est exploité, notamment comme sablier, jusqu'à sa mise à la retraite.

 

1990 - Le Zénith est déclaré impropre à la navigation à la suite d'un naufrage. Démâté, il est abandonné sur les bords de la rivière de Penzé.

 

1996 - Une association, l'A.P.P.E.L. - Ar Zénith (Association pour perpétuer l'esprit de liberté), fait remorquer l'épave du Zénith à Saint-Malo afin de tenter de le remettre en état.

 

2000 - Le Zénith est classé monument historique.

 

Le Zénith à son arrivée à Saint-Malo en octobre 1996, par Godier. Source : A.P.P.E.L. Ar Zenith

 

 

DECORATIONS

Pour ses hauts faits durant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), l'île de Sein est décorée de la Croix de la Libération, de la Croix de guerre ainsi que de la Médaille de la Résistance.

 

 

Source : Collection "Mémoire et citoyenneté", N° 3, Publication MINDEF/SGA/DMPA