Le fort de la Conchée

Partager :

Ancré sur le rocher de Quincé,  c'est l'ouvrage du dispositif de protection de la cité
malouine, il doit permettre de prendre à revers les navires ennemis, protéger St-Malo.

 

A la fin du XVIIe siècle, la France est opposée à la ligue d'Augsbourg. Avec ses alliés hollandais, le Prince
d'Orange, devenu Guillaume III, Roi d'Angleterre, impose un blocus maritime au royaume de Louis XIV.

 

Au départ du port de Saint-Malo, les corsaires réalisent des prises spectaculaires en rompant l'encerclement
anglo-hollandais. Devant la menace ennemie, le Roi Soleil décide d'aménager les îlots au large et charge
Vauban, dès 1689, d'aménager un mur d'artillerie autour de cette position stratégique, l'entrée de la Manche.

  • Le fort de la Conchée

    Le fort de la Conchée. ©www.fortdelaconchee.fr

  • Le Fort de la Conchée

    Le Fort de la Conchée. Source : Michel Badet

  • Le Fort du Petit Bé

    Le Fort du Petit Bé. Photo ECPAD

Source : MINDEF/SGA/DMPA

 

Les îlots des Conchées s'étendent à deux miles nautiques au nord-ouest de Saint-Malo. Battu par les vents
et courants, le fort de la Conchée est ancré sur le rocher de Quincé. Ouvrage du dispositif de protection de
la cité malouine le plus éloigné du port, ce petit fort doit permettre de prendre à revers les navires ennemis
tentés de bombarder Saint-Malo, en verrouillant une passe d'accès à la rade hors de portée des canons
de Cézembre : " la passe aux Normands".

 


La construction de l'édifice débute en 1692 à partir de plans que Vauban confie à Siméon de Garangeau,
nommé directeur des fortifications à Saint-Malo.

 

Le 27 novembre 1693, les Anglais s'emparent du fort en cours d'édification, mais échouent dans leur
tentative de détruire la cité malouine à l'aide de la célèbre machine infernale, vaisseau bardé d'explosifs
qui s'échoue sur les récifs avant d'atteindre les remparts de la ville. Considéré comme achevé en 1695,
le fort résiste la même année à un nouvel assaut de la flotte anglaise, commandée par l'amiral Berkeley.

 

Sur une superficie de 1 600 m2, l'ouvrage se présente sous la forme d'un vaisseau de pierre aux
formes arrondies, dissimulant des voûtes intérieures en virage. Les maçonneries des épais remparts
ont été renforcées, pour consolider l'ouvrage face aux tirs ennemis, mais aussi de manière à protéger
des assauts des vagues le modeste rocher soutenant l'édifice. Au niveau inférieur, une monumentale
porte d'entrée, taillée dans la roche aux armes du Roi, offre un accès direct à une des salles basses
du fort. Au niveau supérieur, des terrasses d'artillerie ont abrité des canons tirant à barbette
(au-dessus du parapet grâce à la surélévation du terre-plein de l'ouvrage), ce qui permettait
aux artilleurs d'atteindre les navires ennemis à hauteur des coques.

 

A la fin du XVIIIe siècle est aménagé à l'intérieur de l'ouvrage un four à rougir les boulets de type
Meusnier. Protégé des projectiles des assaillants par un soubassement en maçonnerie, disposant
d'une voûte semi-circulaire assurant le chauffage des boulets par réverbération, ce four permettait
de chauffer en continu plusieurs dizaines de boulets en une seule heure de temps. Il assurait
également un rôle dissuasif à une époque qui ne connaissait pas encore les vaisseaux à coque
blindée. En effet, la fumée d'un tel four, perçue par un navire ennemi, suffisait souvent à
convaincre l'agresseur de reprendre le large.

 


Lors du second conflit mondial, le fort de la Conchée est investi par les troupes d'occupation,
et utilisé comme cible d'entraînement par les batteries lourdes allemandes. Il subit de nombreux
dégâts, notamment en 1943, lorsqu'un réglage de tir d'une de ces batteries endommage
gravement le pignon sud de l'ouvrage et détruit les logements des officiers sur la terrasse.

 

En 1944, Saint-Malo est occupée par la garnison allemande du colonel von Aulok et abondamment
bombardée par l'armée alliée à partir du 6 août. La ville est en grande partie détruite, les remparts
du fort gravement endommagés, et tous les logis de l'ouvrage réduits à néant. Lorsque les troupes
alliées reprennent possession du fort de la Conchée, l'ancienne machine de guerre désormais
en ruine a perdu toute vocation défensive.

 

Le fort de la Conchée

 

Office de tourisme de Saint-Malo

 

 

Esplanade St-Vincent - 35400 Saint-Malo

 

 

Tél. 08 25 16 02 00

 

Fax. 02.99.56.67.00

 

e-mail : info@saint-malo-tourisme.com

 

 

Office du tourisme de Saint-Malo

 

 

Le fort de la Conchée

 

 

Quizz : Forts et citadelles

 

 

Partager :