Le fort Médoc

Partager :

Construit à la demande de Louis XIV en 1689, le fort Médoc offre l'aspect classique d'une fortification de type Vauban, avec ses remparts gazonnés, ses fossés et ses larges espaces découverts...

 

La décision de construire le fort Médoc a été prise par Louis XIV en 1689. Les travaux commencés en 1690 sont suffisamment avancés en 1691 pour permettre l'installation d'une première garnison, avant même l'achèvement de l'ouvrage.

 

Le fort Médoc offre l'aspect classique d'une fortification de type Vauban, avec ses remparts gazonnés, ses fossés, et ses larges espaces découverts en avant de l'ouvrage. De forme grossièrement rectangulaire, il est flanqué aux quatre angles de bastions réunis par des courtines. Les fossés communiquent avec la Gironde par un système d'écluses qui permettent de les maintenir en eau quelle que soit la marée.

 

  • La porte royale du fort

    La porte royale du fort. Source : Guillaume Roumeguère

  • Corps de garde de la porte royale

    Corps de garde de la porte royale. Source : Guillaume Roumeguère

Source : association des amis du fort Médoc

 

Après avoir traversé la demi-lune royale qui précède les bâtiments et les fossés, le visiteur pénètre le coeur de l'ouvrage par la porte royale, dont le fronton s'orne d'un soleil, emblème de Louis XIV. Le couloir voûté sous le bâtiment central est fermé par une porte de bois à croisillons, et par une herse, aujourd'hui disparue. Des casemates latérales percées de meurtrières assurent la défense du passage. Le bâtiment central, corps de garde royal, abritait à l'origine le major de la garnison au premier étage, et était composé de salles d'armes au rez-de-chaussée, et de belles salles voûtées en sous-sol.

 


La vaste esplanade intérieure était bordée de deux casernes à un seul niveau, pouvant loger jusqu'à trois cents hommes. De ces bâtiments qui n'ont jamais accueilli plus d'une centaine de personnes, il ne reste aujourd'hui que les sols, quelques pans de murs, et une cheminée.

Le corps de garde dominant les bastions, la citerne d'eau douce, la chapelle, et le magasin à poudre peuvent par contre toujours être admirés. Dès 1700, l'utilité défensive de cet ouvrage jugé peu opérationnel est contestée par les ingénieurs militaires puis l'intendant Tourny : la terre soutenant les bastions et courtines se révèle trop fragile pour consolider les défenses du fort, les marécages du site entraînent de nombreuses épidémies au sein de la troupe qui doit être relevée trop régulièrement, et surtout les navires empruntent plus facilement la passe de Blaye que la passe du Médoc, peu profonde.

 


Jouant un rôle négligeable dans la défense de l'estuaire de la Gironde, le fort Médoc ne connaît pas l'épreuve du feu. Pourvu d'une garnison jusqu'en 1916, il devient propriété de la commune de Cussac-Fort-Médoc en 1930. Aujourd'hui, la municipalité gère le site en liaison avec l'association des amis du fort Médoc. L'ouvrage bénéficie actuellement d'un ambitieux programme de restauration, et accueille depuis de nombreuses années des manifestations culturelles variées en saison.

 

Le Fort Médoc

Mairie de Cussac-Fort-Médoc

34 Avenue du Haut-Médoc 33640 Cussac-Fort-Médoc

tél. 05.57.88.85.00

fax. 05.57.88.85.15

 


Visites

L'ouvrage est ouvert à la visite tous les jours en saison.

Renseignements auprès de la mairie de Cussac-Fort-Médoc

 

Accès A 40 km de Bordeaux via Blanquefort et Margaux, par la D 2.

 

 

Amis du Fort-Médoc

 

Quizz : Forts et citadelles

 

Partager :