Newsletter

La nécropole nationale de Sarraltroff

La nécropole nationale de Sarraltroff. © ECPAD

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_Sarraltroff

 

Après la bataille de Sarrebourg, l'armée allemande regroupe, en août 1914, les corps des soldats français et allemands au sein d'un même cimetière. À la fin de la guerre, l'administration française aménage, de 1924 à 1925, ce site afin de regrouper les restes mortels de combattants inhumés initialement dans la région de Sarraltroff et de Dolving. Aujourd’hui, à proximité d'un cimetière militaire allemand, la nécropole nationale de Sarraltroff rassemble 278 soldats français dont 227 inhumés en deux ossuaires.

Dans le bourg de Sarraltroff, la stèle dite de "la Tranchée de la mort" rappelle le tribut des combattants français des 27e, 29e et 227e régiments d’infanterie (RI) basés à Dijon et Autun, dont 270 hommes, disparaissent lors de l’offensive française du 19 août 1914. Ce sont eux qui reposent aujourd’hui dans cette nécropole.

Une nécropole typique du début de la guerre

Renfermant les restes mortels de combattants français dans un seul monument-ossuaire, la nécropole de Sarraltroff est caractéristique des cimetières militaires du début de la Première Guerre mondiale, et du traitement des corps des soldats défunts par les autorités militaires françaises. En effet, à cette époque, les officiers sont généralement enterrés en tombes individuelles, alors que les hommes de troupe sont inhumés en fosse collective. Ce principe subsiste jusqu'en 1915, mais le recours aux tombes individuelles se généralise pour tous les combattants. La loi du 29 décembre 1915 accorde aux soldats morts pour la France le droit à être inhumé en sépulture individuelle. À Sarraltroff, les officiers tels que le commandant, Emile Marandat, chef de bataillon du 27e régiment d'infanterie (RI), de plusieurs capitaines et sous-lieutenants du 27e et 29e RI, comme Jules Pernoud (tombe 1) ou Jean Archambault (tombe 26) sont inhumés en tombes individuelles.

L’offensive de Lorraine et la bataille de Sarrebourg, août 1914

Suite au traité de Francfort du 10 mai 1871 réglant les modalités de la défaite française de la guerre 1870-1871, Sarrebourg, tout comme l’ensemble de la Moselle fait partie des territoires annexés par l’Allemagne. Aussi, dans le cadre du plan XVII, définissant l'emploi des forces françaises, la ville est l’objectif de la 1ère armée, en particulier pour le 8e corps d’armée (CA) qui doit l’enlever à l’ennemi.

Au matin du 18 août 1914, cette unité est aux portes de Sarrebourg. Le 27e RI poursuit sa route vers le Nord-Est, et atteint Hertzing. Le 19, les hommes sont placés en réserve à Hesse et Schneckenbusch. Dans la soirée, en prévision d’une attaque prévue à l'aube, ils quittent leur position pour rejoindre Haut-Clocher par Bébing et la Ferme Rinting. L’ennemi est signalé sur les positions de Gosselming, Oberstinzel, Sarraltroff et les bois Kuhschwanz, Sarrewald et Etzehowald. Mais, les Français, à peine la crête de Dolwing franchie, essuient le feu intense de l'artillerie ennemie. En effet, occupant la crête est d’Oberstinzel, les lisières sud-ouest et sud du Weyerwald, Sarraltroff ainsi que le château de Sarreck, les Allemands bénéficient d'une nette supériorité, renforcée par les observations d'un ballon captif qui, s’élevant au dessus des crêtes, permet le réglage des tirs de ses obusiers. Pour sa part, le 29e RI se place entre Sarraltroff et Reding. Soutenus par le 227e RI, le 27 e et le 29e reçoivent l’ordre de se porter sur Dolwing. S'emparant de ce village, ils poursuivent leur effort vers les ponts de la Sarre à Sarraltroff et à Oberstinzel.

Au cours de cette manœuvre, ces trois régiments enregistrent des pertes importantes. Le 2e bataillon du 27e RI s’oriente alors sur Sarrewald et Sarraltroff. Après une vive fusillade, ils pénètrent dans le bois Bergwald face à l’ennemi. Le 3e bataillon poursuit son attaque sur le secteur du bois Kuhschwanz, et le 1er franchit Dolwing. Tout le régiment tente de progresser sous un feu d’artillerie puissant et violent. La position est défendue avec acharnement par l’ennemi. En fin de journée, le 27e RI se reconstitue à Gondrexange et un état des pertes est réalisé : 6 officiers et 604 soldats ont été tués. Le lendemain le 27e RI gagne Grand Seille, Chazelle et Saint-Martin où il cantonne. Il est maintenu à Herbéviller et Ogéviller pour assurer une défense. Il gagne le 23 août Réhaincourt, où en raison des pertes subies le 20 août, les cadres sont reconstitués.

Le 20 août, l’offensive conduite par la 15e division sur Sarraltroff est un échec. Talonnées par l'ennemi, les troupes se retirent alors sur Dolwing et Haut-Clocher. Les Français occupent les bois d’Oberwald où le colonel du 29e RI, blessé au bras, est contraint de céder son commandement. Ils progressent jusqu’à Héming où ils se rassemblent pour cantonner ensuite à Neuf-Moulin. Le bilan des pertes du 29e RI est le suivant pour cette journée : 29 tués, 159 blessés et 385 disparus. Le 21 août, le 29e RI doit contrôler les abords du canal et interdire le franchissement des ponts à Héming.

Après la bataille de Sarrebourg dont la conquête est un échec pour les Français, le 8e corps d’armée, durement éprouvé, se retire, sous la protection des forts d’Epinal, pour se reformer. Au cours de ces combats des plus difficiles, les Français ont fait preuve d'un grand courage. Malgré l’abnégation dont témoignent ces hommes, ces charges d’infanterie se révèlent d’un autre temps et supplantées par l’emploi intensif de l’artillerie.

 

  • La nécropole nationale de Sarraltroff. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale de Sarraltroff. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale de Sarraltroff. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale de Sarraltroff. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Sarraltroff. © ECPAD

  • Vue générale de Sarraltroff. © Archives départementales de la Moselle - 8 Fi 629/1

  • Fantassins français en position dans un champ, 1914. Avec un uniforme d'un autre âge, les soldats français, vêtus d'un pantalon rouge garance et d'une capote gris de fer, sont particulièrement exposés, au cours de l'été 1914, aux tirs des mitrailleuses ennemies. © Collection particulière FBN - DR

  • Après la bataille de Sarrebourg du 18 au 20 août 1914. © Archives départementales de la Moselle - 8 Fi 255/1

  • Vue générale du village de Gosselming, 1915. © Archives départementales de la Moselle - 8 Fi 255/3

  • Maison détruite de Gosselming, 1915. © Archives départementales de la Moselle - 8 Fi 255/2

  • Cimetière d’honneur de Gosselming, 1927. © Archives départementales de la Moselle - 8 Fi 255/4

  • > Zurück zu den Ergebnissen

    Informationen

    Anschrift

    Sarraltroff
    Au nord de Sarrebourg, D 43

    Wöchentliche Öffnungszeiten

    Visites libres toute l’année

    Mehr kennen