Lettre d'information

Changement de tutelle de l'Ordre de la Libération

À l’occasion de la présentation des vœux le 23 janvier 2018, le général de division (2S) Christian Baptiste, délégué national du conseil national des communes « Compagnon de la Libération », a dévoilé la riche programmation culturelle du musée de l’Ordre de la Libération pour l’année à venir. Celle-ci s’inscrit parfaitement dans la politique mémorielle et culturelle conduite par la Direction des patrimoines, de la mémoire et des archives du ministère des armées qui assure désormais la tutelle de l’Ordre.

C’est le 13 avril 2017 qu’un décret a officialisé ce changement, avec l’objectif d’imposer l’Ordre de la Libération – CNCCL (Conseil national des communes « Compagnon de la Libération ») comme acteur majeur dans les domaines de la mémoire et de l’histoire. Ainsi, cette évolution est la traduction naturelle de la complémentarité entre l’activité du CNCCL et les missions mémorielles et muséales ainsi que les politiques de reconnaissance et de réparation du ministère des armées. En outre, une fonction de chancelier d’honneur a été créée pour adresser les questions relatives à la mémoire de l’Ordre, aux côtés d’un conseil scientifique du musée de l’Ordre de la Libération qui œuvre au renforcement de son rayonnement et assiste la direction du musée dans l’élaboration du discours historique, le choix des programmations et la gestion scientifique des collections. Ces évolutions permettent donc la mise en œuvre du nouveau projet d’établissement promouvant la transmission et l’ouverture à de nouveaux publics.

 

Créé pendant la Seconde Guerre mondiale par le général de Gaulle, chef des français libres, le 16 novembre 1940 à Brazzaville (Congo), l’Ordre de la Libération est le second ordre national français après la Légion d’honneur. L’Ordre vise « à récompenser les personnes ou les collectivités militaires et civiles qui seront signalées dans l’œuvre de libération de la France et de son Empire » en leur attribuant un titre de compagnon de la Libération. L’insigne de l’Ordre, appelée « crois de la Libération », comporte à son revers la devise « PATRIAM SERVANDO VICTORIAM TULIT » ou « En servant la Patrie, il a remporté la Victoire ». La croix de la Libération a été attribuée à 1038 personnes, dont Winston Churchill et le Roi d’Angleterre George VI, ainsi qu’à 18 unités militaires de l’armée de terre, de l’armée de l’air et de la marine des Forces françaises libres, et 5 communes françaises (Nantes, Grenoble, Paris, Vassieux-en-Vercors et l’île de Sein).

 

Depuis 1967, l’Ordre de la Libération est installé en l’Hôtel national des Invalides à Paris. Le musée, dédié à l’ordre mythique, met à l’honneur plusieurs collections retraçant le parcours des combattants de la France libre, des résistants de l’intérieur et de ceux qui furent déportés pour avoir résisté à l’oppression nazie et témoignant de l’engagement et des épreuves traversées par ces héros. L’exposition permanente présente 2 000 objets et documents à travers ses 3 espaces principaux : « La France libre », « La Résistance intérieure » et « La Déportation ». Le musée a été rénové entièrement entre 2012 et 2015, afin d’offrir un meilleur accueil à ses quelques 65 000 visiteurs annuels. Le musée abrite également une salle dédiée à Charles de Gaulle ainsi qu’un centre de recherche et de documentation, et propose des activités pédagogiques afin de transmettre aux jeunes générations les valeurs des Compagnons. De janvier à avril 2018, le musée présente sur les piliers de la cour d’honneur l’exposition « Une vie d’engagement. Les compagnons de la Libération dans la Grande Guerre », en partenariat avec le musée de l’Armée dans le cadre du centenaire de la Grande Guerre. Par ailleurs, il accueille régulièrement des conférences d’historiens, résistants ou déportés lors des soirées culturelles mensuelles du musée. Enfin, le musée de l’Ordre sera ouvert durant la Nuit européenne des musées le 19 mai, et lors des Journées européennes du patrimoine les 15 et 16 septembre.

 

Musée de l’Ordre de la Libération

 

Ministère des Armées/DPMA/SDMAE/BAPI - Bureau des actions pédagogiques et de l'information - Rédaction : Vaea Heritier