Lettre d'information

Lab’mémoriel

Lab’mémoriel

 

Le Lab’mémoriel est une action conçue et animée par la DMCA (Direction de la mémoire, de la culture et des archives) du ministère des armées.

Lancé à la rentrée 2020, il a rassemblé dans cette première phase d’expérimentation trois classes :

  • L’école Jules Verne de la Ville-ès-Nonais, académie de Rennes ;
  • L’ENIL BIO de Poligny, DRAAF Bourgogne France Comté ;
  • Le lycée Barral de Castres, académie de Toulouse.

Pour sa seconde phase d’expérimentation, le Lab’mémoriel voit avec la rentrée 2021, la participation de nouvelles classes :

  • L’école française internationale de Berne (Suisse), réseau de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger ;
  • Le collège Stéphane Mallarmé de Marseille, académie Aix-Marseille.

 

Visionner le clip de présentation fait par les élèves

 

Si vous souhaitez rejoindre le Lab’ mémoriel, merci de contacter la DPMA

dmca-bapim.correspondant.fct@intradef.gouv.fr

Objectifs du Lab'mémoriel

Une démarche participative directe

La Direction de la mémoire, de la culture et des archives (DMCA) du ministère des armées encourage, soutient et valorise chaque année plus de 800 projets d’enseignement de défense conduits dans des écoles et établissements scolaires français sous contrat, implantés en France et à l’étranger. Ce soutien à l’enseignement de défense prend la forme d’un soutien pédagogique, financier et un rayonnement national apporté à des projets territoriaux. Il se déploie à travers un partenariat interministériel étroit avec l’Education nationale et l’Enseignement agricole.

Dans ce cadre, des enseignants et des classes font régulièrement part à la DMCA de leurs actions, leurs avis, leurs perceptions sur des projets d’enseignement de défense, en particulier sur la transmission de la mémoire nationale aux jeunes générations.

Cette participation spontanée est riche de sens pour l’action publique car elle permet d’avoir un partage direct d’expériences, de propositions, avec les bénéficiaires du service public.

La DPMA soutient et développe cette démarche participative dans le cadre du Lab’mémoriel.

Le Lab’mémoriel

Le Lab’mémoriel associe directement pour avis des élèves et des enseignants à la conception ou la réalisation d’une action pédagogique d’enseignement de défense. Il ne s’agit pas, bien entendu, de rajouter du travail à un enseignant ou à ses élèves mais bien, si l’enseignant en a envie ou le fait spontanément, de recueillir son avis et celui d’élèves volontaires, sur une démarche ou un outil d’enseignement de défense. 

Le Lab’mémoriel invite par ailleurs l’enseignant à informer la DMCA du suivi d’un projet d’enseignement de défense conduit dans sa classe en transmettant des informations « au fil de l’eau » (témoignages, reportages, capsules vidéos, photographies). Ce partage d’expériences peut, sous réserve de sa qualité sur le fond, être valorisé nationalement.

L’élément déterminant est le volontariat de l’enseignant, de la classe ou d’une partie des élèves.

La participation au Lab’ est légère, en veillant à ce qu’elle ne pèse pas sur l’enseignant et la classe.

Très concrètement, elle consiste par exemple à donner un avis ou à faire des propositions sur :

  • un support pédagogique, en particulier sous un format numérique ;
  • un support audiovisuel (clip, film …) ;
  • un projet d’action mémorielle ;
  • un évènementiel pour la jeunesse ;
  • les pratiques commémoratives.

Le délai et la forme de la participation sont déterminés conjointement, avec bon sens et souplesse, entre la DMCA et l’enseignant pour qu’ils soient adaptés aux réalités et contraintes de chacun.

La périodicité de participation est elle aussi légère. Elle peut être une ou deux fois par an si l’enseignant est volontaire. Elle ne doit en aucun cas alourdir le travail pédagogique de la classe.

La DMCA porte une forte attention aux participations formulées dans le cadre du Lab’. Ces dernières ne la lient pas mais enrichissent l’action d’enseignement de défense d’apports directs des usagers.

Les autorités académiques étant systématiquement associées aux actions soutenues par la DMCA, cette dernière les informe de la participation d’un enseignant ou d’une classe de leur académie au Lab’mémoriel.

Les réalisations du Lab’

Quelques exemples d’actions créées ou enrichies grâce aux propositions et avis d’enseignants et d’élèves :

  • la participation  de classes qui chantent ou jouent de la musique à la cérémonie nationale "Héritiers de mémoire" au Panthéon ;
  • la mallette mémorielle du Service national universel, en particulier le film sur la mémoire ;
  • la participation d’élèves qui lisent des textes, des témoignages, lors des cérémonies nationales ;
  • la rédaction d’articles par des élèves dans la revue "Les chemins de la mémoire".

Mise en lumière

Le travail et l’implication de l’enseignant et des élèves dans le Lab’Mémoriel peuvent donner lieu à :

  • une diffusion sur les sites, réseaux sociaux et publications du ministère des armées ;
  • une invitation à des cérémonies nationales ;
  • la participation, sous forme de témoignages, à des événementiels d’enseignement de défense organisés par la DMCA en lien avec l’Éducation nationale et l’Enseignement agricole (par exemple : cérémonie annuelle "Héritiers de mémoire", rencontre nationale des trinômes académiques)
  • un reportage dans la revue Les Chemins de la Mémoire et sur le site internet www.cheminsdememoire.gouv.fr, plus particulièrement sur la plateforme Educ@def https://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/educadef

 

Télécharger le flyer de présentation

Projets innovants suivis par le Lab’

Collège Stéphane Mallarmé - Marseille

Dans le cadre de l’appel à projets « OPEX combattre, soutenir, honorer » de la DMCA, les élèves de la CDSG du collège Stéphane Mallarmé ont mis en avant le travail du Service de santé des armées ainsi que le quotidien du soldat en OPEX. Ils ont rencontré des soldats du 1er REC et ont découvert les OPEX grâce à l’intervention de l’ONACVG. (télécharger le document)
 
Les élèves ont réalisé des documents iconographiques retraçant une OPEX. Ils ont aussi organisé une course mémorielle pour les blessés et morts en OPEX.
 

« Commémorer autrement »

Retour en images sur une action mémorielle menée par la CDSG du collège Stéphane Mallarmé de Marseille.

Ultime étape de ce projet pédagogique porté par les enseignants et en partenariat avec le Souvenir français, les élèves se sont vus confier le drapeau Rhin et Danube. Après avoir étudié l’histoire de ce drapeau, les élèves doivent à présent participer à sa conservation.

Une belle action citoyenne et un beau projet mémoriel !

 

École française internationale de Berne (EFIB)

Mémoire partagée : « Expérimentation autour du Panorama Bourbaki. Paysages-frontières et mémoires croisées. »
 
Les collégiens de l’École française internationale de Berne (EFIB), membre du réseau de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE), ont réalisé un documentaire vidéo sur l’internement des soldats de l’Armée de l’Est, commandée par le général Charles Denis Bourbaki, en Suisse en 1871. Ils ont conduit une réflexion historique autour des notions de paysage-frontière et de mémoires croisées et se sont livrés à une expérimentation littéraire et artistique autour du paysage. Tout au long de l’année scolaire 2021-2022, les élèves et enseignants de l’EFIB reviendront, à travers leur participation au Lab’mémoriel, sur ce projet en présentant leur approche de travail, comment ils ont abordé cette thématique de « mémoire partagée » et ce qu’ils en retiennent.
 

 

Les collégiens de l’École française internationale de Berne – EFIB se sont interrogés sur la mémoire partagée entre la France et la Suisse autour d’un épisode de la guerre franco-allemande : le passage à titre humanitaire de l’Armée du général Bourbaki en Suisse en janvier 1871. La démarche croise les disciplines historique, littéraire et artistique dans l’étude des « paysages-frontières ».

 

Les élèves du lycée français de Berne, Richard, François et Héloïse reviennent sur leur projet de mémoire croisée en nous livrant leurs impressions et ce qu’ils ont retenu de ce travail.

 

École Jules Verne - Ville-ès-Nonais, Ille-et-Vilaine (académie de Rennes)

Chaque année les élèves de CM1-CM2 de l’école Jules Verne participent dans leur commune aux commémorations du 11 novembre aux côtés des anciens combattants.

Cette année, quelques jours avant cette commémoration les élèves ont appris que celle-ci serait annulée. Malgré la déception, les élèves ont décidé de répondre présents à leur manière. Des affiches ont été réalisées en classe. Puis les élèves se sont rendus devant le monument aux morts de leur commune pour se faire photographier avec le résultat de leur travail. Enfin, ils ont tous ensemble chanté la Marseillaise.

Les photographies et vidéo de leur chant sont visibles sur le site internet de l’école. Ainsi, les jeunes ont pu échanger avec leurs parents et familles sur cette commémoration un peu particulière mais aussi sur la Première Guerre mondiale.

Visionner le diaporama des élèves - Visionner les affichesVisionner la vidéo La Marseillaise

(Crédits photographiques et vidéo : Madame Samia PLUQUET, directrice de l’école Jules Verne)

 

Lycée Barral - Castres, Tarn (académie de Toulouse)

« Commémorer malgré la crise sanitaire » :
Comme chaque année, les élèves du lycée Barral ont souhaité participer aux commémorations de la Grande guerre malgré le contexte sanitaire. Cette cérémonie a lieu le 10 novembre dans le hall de l’établissement en présence du 8 RPima. Les élèves ont lu des lettres afin de rendre hommage aux soldats de la Première Guerre mondiale. Après les lectures, les élèves ont épinglé le Bleuet de France sur l’uniforme de chaque soldat.
 
Visionner le diaporama des élèves (Crédits : Lycée Barral)

Un tournage pour commémorer le 70e anniversaire du 8e RPIMa

Les commémorations se poursuivent en temps de crise sanitaire, les formats des cérémonies sont adaptés au contexte particulier et, quelques fois, d’autres initiatives voient le jour afin de poursuivre les commémorations. C’est le cas de cette initiative que nous relate Bénédicte Coupan, élève de seconde au lycée Barral de Castres, qui a pris part au tournage ayant pour objectif de commémorer le 70e anniversaire du 8 RPIMa.
 
Vous trouverez ci-dessous un reportage photographique sur les coulisses de ce tournage ainsi que les impressions de cette lycéenne sur cette expérience.
 
(Crédits : Lycée Barral)
 
Les avis du Lab'

Collège Olympe de Gouge – Ingwiller, Alsace (Académie de Strasbourg)

L’opération "Héritiers de Mémoire", conduite par la Direction de la mémoire, de la culture et des archives (DMCA) du ministère des armées, en lien avec le ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse et le ministère de l’agriculture et de la souveraineté alimentaire, met en lumière des projets remarquables d’enseignement de défense d’écoles ou d’établissements d’enseignement secondaire.

La cérémonie de remise des trophées, qui s’est déroulé pour sa sixième édition le jeudi 12 mai 2022 au Panthéon, est avant tout l’œuvre des jeunes élèves qui en assurent la présentation et l’animation. C’est dans cet esprit que les élèves de Madame Keiser du collège Olympe de Gouge d’Ingwiller, récipiendaires du prix "Appel à projets Marie Curie, les sciences et la guerre", ont proposé des idées de slogans pour la prochaine édition des "Héritiers de mémoire", montrant que les jeunes font leur, un peu plus chaque année, cette cérémonie.

Les propositions des élèves sont :

  • Les héritiers de mémoire, Descendance de la connaissance de nos ancêtres ;
  • Héritiers de mémoire c’est faire partie de l’histoire ;
  • À nos héritiers de mémoire, l’avenir nous appartient !;
  • Et tout au long de cette si belle histoire, nous sommes devenus héritiers de mémoire ;
  • Les futurs gardiens du souvenir ;
  • Transmettre notre passé, c’est ne jamais l’oublier ;
  • La mémoire à ne pas oublier, conservée par les jeunes ;
  • Héritier de mémoire, pour ne jamais oublier ;
  • L'histoire d'un pays, la mémoire d'une nation ;
  • En leurs mémoires, continuons ce qu’ils ont commencé ;
  • Notre futur ceux qui vont changer notre monde.

 

Les retours et avis du lycée Barral sur la mallette du SNU 

 L’avis des élèves du lycée Barral de Castres (81) a été sollicité au sujet du film mémoriel qui a été projeté pour les jeunes du SNU.
 
Retrouvez leurs retours ci-dessous :

 

RETEX sur le film Lutte contre la Haine et les Préjugés

L’avis des élèves et de leur professeure d’Histoire-Géographie de seconde et de première d’une Classe Défense et Sécurité Globale (CDSG) du lycée Barral de Castres, ainsi que celui de Mme Pluquet, directrice de l’école primaire Jules Vernes à La Ville-es-Nonais, ont été sollicité au sujet d’un documentaire de la DPMA sur la Lutte contre la Haine et les Préjugés.

Le documentaire permet de créer une continuité entre la lutte des résistants et le devoir de citoyen actuel. Pour Ilan, le film fait le lien entre "les valeurs que les résistants défendaient et celles que nous devons toujours défendre". Grâce aux images d’archives, Nawell a pu mieux réaliser l’engagement des résistants malgré les risques encourus afin de protéger les valeurs de Liberté, d’Egalité et de Fraternité. Elle retient particulièrement une phrase, qui l’a beaucoup touchée : "Quelle que soit leur religion, quelle que soit leur conviction, ils ont choisi l’humanité".

Les élèves ont tous été marqué par la participation active des jeunes au documentaire et à leur travail sur la mémoire. Rayan trouve même que "le message transmis est plus fort grâce aux témoignages d’élèves". Le message partagé est que tout le monde peut participer à son échelle, et les jeunes générations se sentent plus proches et plus investis dans la défense des valeurs de notre démocratie. Hugo est déterminé à continuer le travail de mémoire, il affirme : "ces soldats, nous ne les oublions pas." Pour Mme Pluquet, enseignante en primaire, faire participer les jeunes c’est leur donner l’occasion "d'exprimer leur ressenti et de s'interroger sur cette période de l'Histoire".

Cette "approche différente" comme le dit Elsa permet d’aborder de façon plus ludique et plus concrète le sujet de la lutte contre la haine et les préjugés, en intégrant la parole des nouveaux acteurs de cette lutte tout en faisant le lien avec le passé. Les sujets abordés nous concernent tous et la participation d’élèves permet de le rendre plus accessible, même à un public plus jeune, dès l’école primaire. Le format de film documentaire permet d’être plus captivant pour les élèves, tout en restant un moyen de transmettre des connaissances et d’ouvrir la réflexion sur les sujets évoqués, comme les différences ou l’égalité. (visionner le documentaire)

 
Coups de coeur du Lab'

Lycée Gérard de Nerval, Soissons, académie d’Amiens

Voyage en Alsace et en Meuse

Les élèves du lycée Gérard de Nerval nous livrent leurs restitutions sous forme de podcasts.

Véritable choix de l’enseignante et porteur du projet, Madame Valérie David, le podcast s’adressait à des élèves de 1re et de Terminale générale, et participait à la préparation de leur grand oral. A travers ce travail les élèves ont donc pu s’entrainer pour cette épreuve : diction, organisation du propos et surtout possibilité de de réécouter pour s’améliorer.

L’autonomie des élèves a permis ce travail, ainsi que leur familiarité avec cet outil, et son accessibilité aisée : à partie d’un smartphone ou bien via Audacity sur les ordinateurs du lycée. Après avoir défini les sites de banque de sons libres de droits, les lycéens disposaient d’un carnet de bord à compléter tout au long de leur voyage, leur permettant de collecter les informations. Les podcasts ont été réalisés par groupe de deux ou trois. Chaque épisode devait durer entre trois à cinq minutes, sur la base d’un épisode par visite. Chaque épisode mis bout à bout forme donc le podcast.

Le plus de cet exercice, permettre aux élèves de se préparer au grand oral, de s’approprier les visites en en faisant un récit personnel et de proposer une restitution d’une forme plus ludique avec un outil globalement maitrisé, à l’exception de la partie "montage" plus difficile !

 

Collège Stéphane Mallarmé - Marseille

Les élèves de la CDSG du collège Stéphane Mallarmé ont participé à une commémoration à la nécropole de Signes. Ils nous livrent leur travail (visionner la vidéo réalisée) et leurs impressions :
 

Pourquoi est-ce si important de commémorer ?

Cela est important pour rendre hommage aux personnes morts pour la France et qui ont fait que nous sommes libres aujourd’hui. Une commémoration est également importante pour que nous n’oublions pas tous les sacrifices et que la triste histoire ne se répète jamais. Nous devons, nous, jeune génération, être les anges gardiens de la Mémoire.
 
Qu’est-ce que votre participation vous a apporté ?
 
Cela nous a apporté des connaissances sur la Nécropole de Signes, lieu proche de nous mais dont l’histoire était inconnue. La solennité d’une cérémonie est toujours très impressionnante mais tellement nécessaire. Notre participation nous a permis d’approfondir nos connaissances sur les événements passés et ainsi pouvoir transmettre notre savoir aux prochaines générations.
 
 Qu’est-ce que la participation en tant que porte-drapeau représente pour vous ?
 
Avoir la charge de porter un drapeau si important est un véritable honneur. Nous devons le porter et le conserver dans l’honneur et la dignité. Être porte-drapeau est une grande fierté !
 

 

Lycée français de Varsovie (POLOGNE)

En souvenir de l’Insurrection du ghetto de Varsovie du 19 avril 1943, le Musée de l’Histoire des Juifs de Pologne POLIN mène une action appelée "Jonquilles", à laquelle le lycée français de Varsovie participe tous les ans depuis 5 ans à côté d’un millier d’autres écoles, bibliothèques et institutions culturelles.

Avant la crise sanitaire, des centaines de bénévoles distribuaient à Varsovie chaque 19 avril, en souvenirs aux insurgés du ghetto, une centaine de milliers de jonquilles en papier, fleur symbolisant par sa couleur et sa forme l’étoile jaune dont le port avait été imposé aux juifs pendant la guerre. La pandémie a obligé à repenser l’action "Jonquilles" afin de la commémorer autrement.

Madame Barbara Subko, professeur de polonais au lycée Français de Varsovie a bien voulu répondre aux questions du Lab’mémoriel afin de présenter le travail de mémoire des enseignants et élèves de l’établissement.

Les liens entre la France et la Pologne sont anciens et leur histoire commune particulièrement riche : dans ce cadre, comment a débuté votre participation à l’opération "Jonquilles" menée par le Musée de l’Histoire des Juifs de Pologne POLIN ? Travaillez-vous en lien avec des établissements scolaires polonais pour l’opération "jonquilles" ?

J'appartiens à un groupe regroupant des enseignants de toute la Pologne qui ont reçu le titre d'Ambassadeur Polin de l'Histoire des Juifs polonais. C'est une équipe active d'environ 50 professeurs qui enseignent la Shoah, via une pédagogie innovante, dans un esprit de vérité et de respect de la diversité. L'action "Jonquilles", dont la devise est "la mémoire nous lie", est un exemple du travail de mémoire auquel nous participons.

Combien d’élèves sont impliqués par an dans ce projet ?

Chaque année, une classe d’une trentaine d’élèves (section internationale polonais pour cette édition) organise des présentations et des conférences pour leurs camarades des autres classes afin d’expliquer le but de l’action et le sens de la commémoration de l’insurrection du ghetto de Varsovie. En parallèle, des bénévoles de chaque classe de l’établissement distribuent le 19 avril des fleurs en papier sur le terrain de l’école : avant la pandémie, plus de 500 jonquilles ont ainsi été réalisées. Ils sont aidés dans cette action par les professeurs d’arts plastiques Mesdames Matylda Papapietro et Aleksandra Kobylanska. Les élèves peuvent également voir une exposition de livres sur l’Holocauste et le ghetto de Varsovie au CDI du Lycée, mise en place par Madame Anne Malik, responsable du CDI.

La crise sanitaire ne vous a pas permis de participer à cette opération de la même manière que les années précédentes : quelles ont été vos démarches pour innover dans votre manière de commémorer et pour trouver de nouvelles façons d’impliquer les élèves ?

La pandémie ne nous a pas permis de faire de distribution de fleurs en papier dans l’établissement : nous avons alors eu l’idée de transférer cette action dans l’espace virtuel. Tout le monde, élèves comme enseignants, nous a suivis dans ce projet.

L’année dernière, sur l’idée de Madame Valérie Kuhn notre professeur de français et avec le soutien de Madame Halina Wójcik professeur de musique, nous avons fait un clip de musique reprenant la chanson de Jean-Jacques Goldman "Comme toi" qui parle d’une enfant juive victime de la Shoah. Nous avons reçu près de 40 enregistrements d’élèves et de personnels de l’établissement qui se sont filmés depuis chez eux. Nous avons ensuite partagé sur le site internet du lycée le clip que nous avons réalisés à partir de ces participations.

Cette année, nous avons enregistré "Głosy z porzeszości" (les voix du passé) : des extraits du journal de Mary Berg et des poèmes de Władysław Szlengel, deux auteurs enfermés dans le ghetto de Varsovie qui avaient souhaité témoigner des moments tragiques qu’ils ont vécus. Avec l’aide des professeurs d’espagnol, Madame Patricia Sisniegas, et d’anglais, Madame Christelle Germain, nous avons pu proposer des enregistrements de ces "Voix du passé" en polonais, français, anglais et espagnol !

Nous avons aussi proposé aux élèves de participer aux commémorations en utilisant de façon maîtrisée les réseaux sociaux, notamment en leur suggérant de diffuser, s’ils le souhaitaient, un élément graphique en lien avec l’action "Jonquilles" qu’ils auraient fait durant la semaine du 19 au 24 avril. De nombreux élèves ont joué le jeu.

Comment vous est venue l’idée d’utiliser les réseaux sociaux comme moyen de commémorer ?

Les enseignants ambassadeurs Polin échangent beaucoup sur leurs idées et partagent leurs expériences via des groupes sur les réseaux sociaux et la plateforme Polin. C’est tout naturellement que nous avons donc pensé à utiliser internet comme un moyen de commémorer autrement.

 

Vous pouvez retrouver le clip réalisé par le Lycée Français de Varsovie dans le cadre de l’action "Jonquilles" 2020  : https://lfv.pl/fr/vie-du-lfv/vie-pedagogique/projets-educatifs/ ; ainsi que plus d’informations sur les commémorations 2021 (lien en anglais) : https://polin.pl/en/Warsawghettouprising 

 

Collège Saint-Exupéry - Noisy-le-Grand, Seine-Saint-Denis (Académie de Créteil)

Dans le cadre de l’hommage rendu à Félix Éboué au Panthéon le jeudi 20 mai 2021, date anniversaire de sa panthéonisation, Anya et Mathéo, élèves du collège Saint-Exupéry de Noisy-le-Grand et lauréats de l’opération "Héritiers de Mémoire", ont lu un extrait de son discours "Jouer le jeu !" qu’il a prononcé en tant que gouverneur de la Guadeloupe devant les élèves du Lycée Carnot, à Pointe-à-Pitre, le 1er juillet 1937. Ce dernier a été récompensé de l’Ordre de la Libération pour son engagement dans la Seconde Guerre mondiale, et sa volonté de rallier les colonies au combat du Général de Gaulle.

Les deux élèves de troisième ont vécu une expérience forte, puisque la cérémonie d’ampleur nationale a été retransmise en direct. Ils ont pris leur rôle très au sérieux en "s’entraînant à la maison à lire le texte et avec la principale du collège, Madame Leignel" et en se renseignant sur Félix Eboué dont ils ont appris qu’il "était le premier résistant de la France d'Outre-mer".

Cette première expérience du travail de mémoire leur a donné envie de continuer sur cette voie, et Anya comme Mathéo "conseillent vivement aux jeunes de participer activement aux cérémonies mémorielles" s’ils en ont l’occasion. Ils retiennent une expérience positive de cette cérémonie ! 

 

Collège François Villon - Paris XIVe

L’opération "Héritiers de Mémoire", conduite par la Direction des patrimoines, de la mémoire et des archives (DPMA) du ministère des Armées, en lien avec le ministère de l’Éducation nationale, de la jeunesse et des sports et le ministère de l’Agriculture et de l’alimentation, met en lumière des projets remarquables d’enseignement de défense d’écoles ou d’établissements d’enseignement secondaire.
Pour la première fois depuis sa création il y a cinq ans, la cérémonie de remise des trophées, organisée le jeudi 20 mai 2021 au Panthéon et diffusée en direct sur le site https://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/operation-heritiers-de-memoire, a été animée par deux élèves de terminale, Aicha A. et Mathis A.
Leur interview partagée par la webradio DiVa14, de la cité scolaire François Villon de Paris, retrace leur préparation et leur vécu de cette expérience unique. Le travail mené par ces deux élèves et par leur professeure d’histoire et de géographie, Mme Ginies-Huchard, a non seulement permis de placer les jeunes au cœur des commémorations mais à en faire de véritables acteurs de premier plan.
Aicha et Mathis ainsi que leur professeure principale ont travaillé de concert avec la Direction des patrimoines, de la mémoire et des archives (DPMA) pour préparer la cérémonie, découvrir ce haut-lieu qu’est le Panthéon et comprendre l’importance de la mémoire nationale dans le parcours citoyen de chaque jeune. Ces deux élèves de terminale ainsi que leur enseignante ont accepté de partager leur expérience, de la préparation à l’animation de la cérémonie "Héritiers de Mémoire". (écouter l’entretien)

Collège François Villon - Paris XIVe

Lundi 8 mars 2021, à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, et pour l’inauguration de l’exposition "Les femmes dans la résistance", le collège François Villon a reçu Madame Geneviève Darrieussecq, Ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens combattants, ainsi que Monsieur Benoît Falaize, Inspecteur général spécialiste des questions mémorielles.

Ils ont accepté de répondre aux questions de Chloé Barbason et Qoudsi Zurob, élèves de 3e 4, marquant ainsi l’inauguration officielle du studio radio de DiVa14 ! (écouter l'entretien)

Suite à leur interview de Madame Geneviève Darrieussecq, Ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens combattants, et Monsieur Benoît Falaize, Inspecteur général spécialiste des questions mémorielles, les élèves de 3ème 4 Chloé Barbason et Qoudsi Zurob ont livré leurs impressions au micro de DIVA14. (écouter le témoignage de Chloé Barbason et Qoudsi Zurob)

La cité François Villon participe au concours de podcast organisé par France Culture (Écouter le Podcast)

  • Lecture et chants :  Les élèves de l’Ecole Alain Fournier et du collège François Villon (Paris 14)
  • Piano : Amaury Pierre
  • Direction et encadrement pédagogique : Christine Combaz (français), Clémence Habbaba (histoire-géographie), Amaury Pierre (éducation musicale)
  • Prise de son et réalisation : Anne Kobylak, Léa Le Gall et Gaultier Hochard
  • Coordination du projet : Emmanuel Géraud

 

École Jules Verne - Ville-ès-Nonais, Ille-et-Vilaine (académie de Rennes)

Les élèves de l’école Jules Verne de la Ville-ès-Nonais participent à l'opération "Barkhane" en partenariat avec l'UNC (association des anciens combattants)  d'Ille-et-Vilaine.

 

Étape 1 : la rencontre avec le président de l’UNC et un ancien soldat de l’opération Barkhane

Récemment, les élèves ont reçu le président de l’UNC et un ancien soldat, Julien qui a participé à l’opération Barkhane. Tout l’enjeu étant d’expliquer aux jeunes cette opération. Nombreuses ont été les questions des élèves : comment vivaient les soldats ? Où était le Mali ? Comment s’organise le quotidien des soldats ? Est-ce que les soldats célèbrent les grandes occasions comme les fêtes comme le Nouvel an ou bien les anniversaires ? Si les soldats avait des moments de libres ? Julien était venu avec ses médailles et a expliqué aux enfants la signification de chaque médaille. Il leur a aussi montré des photographies des endroits où les soldats peuvent se détendre ainsi que les paysages du Mali. Des anecdotes sont aussi venues agrémenter ces échanges.

À cette occasion, un élève de la classe a appris à ses camarades que son papa avait aussi participé à l’opération Barkhane dans l’armée de l’air. Il avait apporté  ce jour-là du sable du Niger et les médailles de son papa afin de les montrer aux autres élèves de sa classe. Après ces riches échanges, les élèves ont demandé des autographes à Monsieur PERRIER, président de l’UNC et à Julien en souvenir de cette rencontre. Vous pouvez suivre avec les premières photographies la première étape de ce projet. (visionner les photos).

 

Étape 2 : la rédaction de lettres et la réalisation de dessins pour les soldats actuellement en mission

Après la rencontre avec un ancien soldat de l’opération Barkhane, les enfants de l’école primaire Jules verne de la Ville-ès-Nonais ont entrepris la rédaction de lettres et réalisé des dessins qui seront ensuite envoyés à l’UNC pour les transmettre ensuite aux soldats en OPEX.  A travers le reportage photographiques ci-dessous, nous pouvons observer des élèves pleinement mobilisés et très investis de cette mission. La classe espère que ces lettres et dessins arriveront à bonne destination et seront appréciés par les soldats. (visionner les photos).

 

Étape 3 : la cérémonie

Une petite cérémonie a été organisée à l'école Jules Verne de la Ville-Es-Nonais afin de remercier les enfants d'avoir envoyé des lettres et des dessins dans le cadre de l'opération Barkhane. A cette occasion, le président de l'UNC d'Ille et Vilaine était présent ainsi que deux sergents ayant pris part à l'opération Barkhane, des membres du nouveau conseil municipal, des membres de l' ancien conseil municipal (maire et adjointe au maire), le président et le secrétaire de l'association des anciens combattants de la Ville-Es-Nonais étaient également présents. Lors de cette cérémonie, le président de l'UNC 'a remis un diplôme à Madame Pluquet, directrice de l’école, pour remercier la classe de sa participation et des friandises pour les enfants.

Les élèves de CM1 et de CM2 ont eu l'agréable surprise d'avoir une réponse aux lettres adressées aux militaires. Les membres du 2ème régiment du matériel leur ont envoyé des photos. Ils ont également écrit des petits mots aux élèves. Sur l'une des pages, il y avait du sable. Les élèves ont aussi reçu un mail d'un sergent-chef : Monsieur Cédric Ballon. (visionner les photos)