18 juin

Journée nationale commémorative de l’appel historique du général de Gaulle à refuser la défaite et à poursuivre le combat contre l'ennemi

HISTORIQUE

 

Le 10 mai 1940, les troupes allemandes pénètrent aux Pays-Bas et en Belgique. Les Pays-Bas capitulent le 15 mai et la Belgique le 27 mai, alors que les troupes britanniques et françaises sont prises au piège au nord d’une ligne Boulogne-Sedan. Du 5 au 12 juin, les combats font rage sur la Somme et l'Aisne. L'Italie de Mussolini saisit l'occasion pour déclarer la guerre aux Alliés le 10 juin. Le 12 juin, c'est l'effondrement. Paris, déclarée ville ouverte, découvre l'avant-garde allemande le 14 juin. Le gouvernement de Paul Reynaud se replie sur Bordeaux le lendemain, déterminé à poursuivre la lutte.

 

Promu général de brigade à titre temporaire, le 1er juin 1940, Charles de Gaulle, connu des milieux politiques pour avoir exercé les fonctions de secrétaire général de défense entre 1932 et 1937, est nommé quelques jours plus tard sous-secrétaire d'Etat à la défense nationale. Il est alors mandaté par le président du conseil pour rencontrer le Premier Ministre britannique Winston Churchill afin d'organiser la poursuite de la lutte. Ce dernier s'est en effet laissé convaincre par Jean Monnet de réaliser une fusion instantanée des gouvernements français et britannique. Cette alliance vise à rendre les deux pays solidaires face à l'Allemagne et à écarter les risques d'une tractation directe entre les deux puissances. De retour de mission le 16 au soir avec le texte du traité de l'union franco-britannique, de Gaulle apprend la nouvelle de la démission du gouvernement Reynaud et décide de repartir en Angleterre. Le 18 juin 1940 sur les ondes de la BBC, le Général de Gaulle appelait les Français à refuser la défaite et à poursuivre le combat avec lui en Grande-Bretagne, au sein des Forces Françaises Libres. Entouré de volontaires qui l'avaient rejoint dans son exil, il jetait les bases d'une alternative au régime de Vichy et à sa politique de collaboration avec l'Allemagne nazie : la France Libre.

 

Extrait de l'Appel du 18 juin 1940 prononcé par le général de Gaulle à la radio de Londres (BBC) :

 

"Moi, Général de Gaulle, actuellement à Londres, j'invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, avec leurs armes ou sans leurs armes, j'invite les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d'armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, à se mettre en rapport avec moi. Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas. Demain, comme aujourd'hui, je parlerai à la Radio de Londres."

 

 

ENJEU MEMORIEL

 

Depuis 2005, l'Appel du 18 juin a été classé par l'Unesco sur la Liste Mémoire du monde, où sont recensés depuis 1997 les documents du patrimoine documentaire d'intérêt universel, en vue d'assurer leur protection. L'inscription, proposée conjointement par l'Institut national de l'audiovisuel (INA, France) et la British Broadcasting Corporation (BBC, Royaume-Uni), concerne quatre documents considérés comme les témoignages clés de l'événement : le manuscrit du texte de l'Appel radiodiffusé du 18 juin, l'enregistrement radiophonique de l'Appel du 22 juin, le manuscrit de l'affiche du 3 août et l'affiche elle-même.

 

Depuis le 10 mars 2006, le 18 juin est institué, par décret, « Journée nationale commémorative de l'appel historique du général de Gaulle à refuser la défaite et à poursuivre le combat contre l'ennemi » et est désormais inscrit au calendrier des commémorations annuelles. Cette journée donne lieu à des cérémonies commémoratives sur l'ensemble du territoire. A Paris, la cérémonie est organisée au Mont Valérien.