Douglas Haig

1861-1928

Douglas Haig naît à Edimbourg (Ecosse), en 1861, dans une famille de fabricants de whisky. Son père, John, lui fait suivre des études classiques. Diplômé du Clifton College et du Brasenose College à Oxford, il s'inscrit à l'Académie Militaire de Sandhurst en 1864 et rejoint le 7ème régiment de Hussards.

 

Douglas Haig fait ses classes en Inde, en 1886, où il conquiert ses premiers galons. Il est ensuite envoyé en service actif au Soudan (1898) avant de prendre part à la guerre des Boers (1899-1902) sous les ordres du Major-General, Sir John French. Promu au rang de colonel, Haig retourne en Inde en 1903, où il assure diverses fonctions administratives (comme colonel et inspecteur général de la cavalerie) auprès de Lord Kitchener.

 

Montrant une aptitude particulière pour la carrière militaire, Douglas Haig devient le plus jeune Major-General de l'armée britannique lorsqu'il est nommé directeur de Formation Militaire en 1906, au Ministère de la Guerre. Il collabore alors étroitement avec le secrétaire d'Etat à la guerre, R. B. Haldane, à la mise en place d'une armée territoriale, ainsi que d'un corps expéditionnaire britannique (British Expeditionary Force).

Général de corps d'armée en 1914, il reçoit le commandement du 1er Corps d'Armée de la BEF en France et en Belgique où il s'illustre au cours des combats de Mons et d'Ypres. Jusqu'alors commandant en second des forces britanniques en France, sous les ordres du général French, il prend la tête de la BEF élargie en décembre 1915, French obtenant le commandement suprême des forces britanniques. Après février 1916, il subit les pressions de l'état-major français pour accélérer les préparatifs de l'offensive prévue sur la Somme, à l'été 1916, et créer ainsi une diversion au front de Verdun.

 

Lancé avec ses troupes dans les combats de la bataille de la Somme, de juillet à novembre 1916, il participe activement à la percée alliée du front sur 12 km, opérations qui occasionnent une perte de 420 000 hommes dans les rangs de l'armée anglaise et lui vaudront le surnom de "boucher de la Somme", puis aux assauts sanglants autour de Passchendaele en 1917 (troisième bataille d'Ypres) qui lui permettront d'obtenir le bâton de Maréchal et d'être désigné par Pershing comme "l'homme qui a gagné la guerre".

 

En 1918, Douglas Haig est l'artisan de la victoire anglaise sur le front occidental (fronts de la Somme, de l'Aisne). Membre du Conseil militaire d'armistice réuni à Senlis par Foch, il donne son assentiment aux conditions militaires d'un armistice avec les empires centraux.

 

Ses coûteux succès militaires cependant lui vaudront après-guerre des critiques de la part des politiques, tel David Lloyd George, Premier Ministre britannique et des organes de presse britanniques qui qualifieront le 1er juillet 1916 de "jour le plus sanglant pour l'armée britannique".

 

De retour du front, Douglas Haig assure, jusqu'à sa mise à la retraite en 1921, le commandement en chef des forces britanniques sur le territoire national.

 

Sorti de l'active et ayant obtenu le titre de comte, il consacre une grande part de son temps aux vétérans par le biais de la Légion britannique Royale.

 

Il décède à son domicile londonien en 1928. Ses obsèques donneront lieu à une cérémonie nationale.

Source : MINDEF/SGA/DMPA
< Revenir à la liste des personnalités