Navarrenx

Partager :

Au coeur des Pyrénées-atlantiques, Navarrenx s'éleve dès 1316 au rang de bastide. Elle est la première cité bastionnée sur le sol du futur Royaume de France...

 

Capitale de la pêche au saumon, ville étape sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle, Navarrenx est également la première cité bastionnée sur le sol du futur Royaume de France. Au coeur des Pyrénées-atlantiques, au sud-ouest de la plaine béarnaise, Navarrenx est élevée dès 1316 au rang de bastide. Après l'assaut des troupes espagnoles de Charles Quint qui s'emparent de la ville en 1523, Henri II d'Albret, roi de Navarre, décide de renforcer la protection de la rive droite du gave d'Oloron. De 1538 à 1546, des travaux de fortification sont menés par les maîtres maçons béarnais François Girard et Arnaud de Mirassor, selon des plans conçus par l'ingénieur architecte italien Fabricio Siciliano.

  • La poudrière

    La poudrière. Photo Guillaume Roumeguère

  • Le bastion de la clochette vu depuis la porte Saint-Antoine

    Le bastion de la clochette vu depuis la porte Saint-Antoine. Photo Guillaume Roumeguère

  • Vue sur l'entrée Saint-Antoine

    Vue sur l'entrée Saint-Antoine. Photo Guillaume Roumeguère

Source : MINDEF/SGA/DMPA

 

Moins d'un siècle avant la naissance de Vauban, Navarrenx est ainsi transformée en place forte moderne bastionnée "à l'italienne", sur le modèle de la citadelle de Lucas en Toscane. Dans un second temps, l'élévation d'une poudrière permet de stocker jusqu'à 25000 livres de poudre : construction carrée d'un peu plus de neuf mètres de côté, elle est ceinturée à l'origine par un mur dont une partie du tracé reste visible au sol. Cette enceinte aujourd'hui disparue, l'épaisseur des murs (1,4m), et la faible hauteur du bâtiment (6 m) devaient empêcher les tirs directs des assaillants.


Les fortifications sont éprouvées dès le règne de Jeanne d'Albret lors des guerres de religion, où la garnison commandée par le baron d'Arros résiste victorieusement à un siège de trois mois, en 1568. La place est à nouveau aménagée au XVIIIème siècle, notamment par la construction de la porte Saint-Antoine édifiée par l'ingénieur De Salmon sur les ruines d'une ancienne église. Orientée vers l'Espagne, elle doit son nom à une chapelle accueillant les pèlerins, détruite lors de la construction des remparts. Dotée de trois arcades massives, elle est commandée par un pont-levis, dont on peut encore observer le passage des chaînes. Au XIXème siècle, des travaux de voirie conduisent à la destruction de l'ancienne porte Saint-Germain, orientée vers la France.


L'enceinte fortifiée de Navarrenx a conservé au fil des siècles l'essentiel de son aspect. Elle dessine un polygone renforcé à chacun de ses cinq angles par un bastion. Deux sur cinq sont pourvus de galeries à contremine, tandis qu'un glacis et des ouvrages de terre renforcent la place à l'est, en avant du fossé. Plusieurs casernes ont été élevées à l'intérieur de l'enceinte pour installer la garnison, l'une d'entre elles accueillant désormais le syndicat d'initiative. Du haut des remparts, par exemple depuis la plate-forme à créneaux surplombant la porte Saint-Antoine, une agréable vue s'offre aux regards sur la chaîne pyrénéenne et, en contrebas, sur les arches du pont de Navarrenx (XIIIème siècle).

 

Navarrenx

 

Office du tourisme de Navarrenx L'Arsenal

Rue Saint-Germain 64190 Navarrenx

tél. 05.59.66.14.93

fax. 05.59.66.54.80

e-mail : navarrenx@tourisme-bearn-gaves.fr

 


Visites

Les 1818 mètres de pourtour de la place sont libres d'accès. Sur les murs de la ville sont apposés des plaques signalétiques bilingues (français-anglais) retraçant l'historique de chaque bâtiment. Les renseignements pour les visites guidées peuvent être obtenus auprès de l'office de tourisme intercommunal de Navarrenx

 

Accès A 80 km de Bayonne via Peyrehoarde et Escos par l'A 64/E 80 (sortie n° 6 Peyrehoarde), puis la D 936 et la D 115.

A 40 km de Pau via Tarsacq, Noguères, et Mourenx, par la D 2, la D 281, puis la D 111. A 60 km de Saint-Jean-Pied-de-Port par la D 933 en direction de Sauveterre-de-Béarn, puis la D 936.

A 6 km de Gurs par la D 947 et la D 936.

 

site portail commun aux quatre cantons du Béarn des Gaves

 

Quizz : Forts et citadelles

Partager :