Les Forces navales françaises libres (FNFL)

Pavillon F.N.F.L. Coll. privée ©www.delcampe.net
Pavillon F.N.F.L. Coll. privée ©www.delcampe.net

La situation de la marine française est, au lendemain de la demande d’armistice, tout à fait particulière.

Corps 1

Historique :

La flotte française est sortie pratiquement indemne des combats de 1940, auxquels elle a activement participé, notamment lors de la campagne de Norvège et de l’évacuation de Dunkerque. Stationnés dans les ports anglais ou coloniaux, les marins ont la possibilité de se tenir hors de portée de l’occupant allemand et de rejoindre facilement les Forces françaises libres en cours de formation.

 

Le général de Gaulle et l’amiral Muselier sur le pont du Président Théodore Tissier. Source : ECPAD

 

Au lendemain de l’Appel du 18 juin 1940, l’hypothèse d’un assez large ralliement de la marine française paraît plausible, même si les velléités butent parfois sur le sens exacerbé de la discipline et la fidélité des marins à l’amiral Darlan. Trois bâtiments de guerre, les sous-marins Narval et Rubis et le patrouilleur Président Houduce, un amiral, l’amiral Muselier, et de nombreux navires de pêche et de commerce conduits par leurs équipages et surchargés de volontaires, rejoignent ainsi l’Angleterre avant la fin du mois de juin 1940.

Le bombardement de la flotte française à Mers el-Kebir et l’attaque du cuirassé Richelieu à Dakar, la saisie des navires français mouillés en Grande-Bretagne et l’internement de leurs équipages lors de l’opération "Catapult", actions menées par les Britanniques en vue d’empêcher l’ennemi de s’emparer de la flotte française, freinent très largement ce ralliement.

Il devient lent et difficile : nombre de marins présents sur le sol anglais demandent à être rapatriés . les ralliements issus de l’Empire sont rares même si certains méritent d’être signalés, tel celui du lieutenant de vaisseau d’Estienne d’Orves, aide de camp de l’amiral Godfroy qui commande la force "X" à Alexandrie . quelques jeunes Français prennent tous les risques pour rejoindre l’Angleterre, passant parfois par l’Espagne.

C’est dans ce contexte que, le 1er juillet 1940, le général de Gaulle confie à l’amiral Muselier la tâche ardue de créer et de rendre opérationnelles les Forces navales françaises libres.

 

L’amiral Muselier, commandant en chef des FNFL de 1940 à 1942 . Source : SHD

 

Assisté par le commandant Thierry d’Argenlieu, l’amiral Muselier forme un état-major restreint, qu’il installe à Westminster-House. Tout est à faire… Il faut vaincre les réticences britanniques. Les navires présents en Angleterre étant souvent vétustes, il faut réparer et armer ces bâtiments sachant que les arsenaux de Grande-Bretagne ne sont pas toujours conçus pour recevoir des bateaux français. Il faut former des équipages. A cet effet, une Ecole navale est créée à Portsmouth, sur le Courbet, puis sur le Président Théodore Tissier et ses deux annexes l’Étoile et la Belle Poule.

Il faut également inciter les Britanniques à ouvrir aux Français les portes de leurs écoles militaires. En revanche, les Anglais intègrent sans difficulté les navires marchands français dans leur système de défense.

Corps 2

A force de persévérance, l'amiral Muselier parvient à créer un outil de combat soudé et efficace, les FNFL, dont le principal signe de reconnaissance est la Croix de Lorraine arborée sur le pavillon de beaupré (pavillon additionnel principalement réservé aux navires de guerre, porté à la proue).

 

Pavillon de beaupré des bâtiments des FNFL. Source : GNU Free Documentation License, libre de droit.

 

Les effectifs, tant en hommes qu’en matériel, augmentent régulièrement tout au long de l’année 1940. D’une dizaine d’officiers et de 400 hommes début juillet, les combattants passent à 3 200 en fin d’année. Dans le même temps, une douzaine de bâtiments peuvent être réarmés. Ce sont le cuirassé Courbet, les avisos Savorgnan-de-Brazza, Commandant-Duboc et Commandant-Dominé, les contre-torpilleurs Triomphant et Léopard, le torpilleur Melpomène, les sous-marins Rubis, Narval, puis Surcouf, Junon et Minerve.

Dès l’automne et tout au long de la guerre, les FNFL interviennent aux côtés des Alliés sur de nombreux théâtres d’opérations, aussi bien dans la Manche que sur l’Atlantique, où elles participent à la bataille du même nom, qui a pour objectif de protéger les voies de ravitaillement britanniques, qu’en Méditerranée, dans l’Océan indien ou dans le Pacifique.

 

Défilé des marins français au centre Royal Arthur à Skageness en Écosse. Source : ECPAD

 

Alors qu’une partie de l’Empire, Tahiti, les Établissements français de l’Inde ou encore la Nouvelle-Calédonie, rejoignent spontanément la France Libre, les FNFL, en association avec des troupes terrestres, prennent part aux combats dont la finalité est de rallier d’autres territoires de l’Empire français. Elles participent ainsi, avec leurs modestes moyens (un aviso colonial, deux avisos, un patrouilleur et trois cargos sur lesquels embarquent les troupes dont le 1er bataillon de Fusiliers marins), à l’opération "Menace" menée à Dakar pour obtenir le ralliement de l’Afrique occidentale française, qui est un échec.

 

Matelots FNFL tahitiens. Source : ECPAD

 

Ces mêmes unités sont également engagées lors des opérations de ralliement du Gabon, assurant le blocus des côtes afin d’empêcher Dakar de ravitailler celui-ci. Durant cette période, le 9 novembre 1940, deux navires français s’affrontent, le Bougainville fidèle à Vichy et le Savorgnan-de-Brazza rallié à la France Libre, dans un combat dont le bâtiment des Forces navales françaises libres sort vainqueur. Ces luttes fratricides se terminent par la chute de Libreville et de Port-Gentil, qui conduit au ralliement du Gabon à la France Libre.

Dans les années qui suivent, les FNFL, commandées par l’amiral Muselier puis par l’amiral Auboyneau, poursuivent la lutte, jusqu’à la victoire finale, sous le sigle FNGB (Forces navales de Grande-Bretagne) après la délicate fusion d’août 1943 avec les Forces maritimes d’Afrique.

 

Chronologie synthétique :

17 juin 1940 Demande française d'armistice . départ du général de Gaulle pour Londres.

18 juin 1940 Appel du général de Gaulle à poursuivre la lutte.

19 juin 1940 Ralliement du Zénith au général de Gaulle.

22 juin 1940 Signature de l'armistice franco-allemand à Rethondes.

24 juin 1940 Signature de l'armistice franco-italien à Rome.

26 juin 1940 Ralliement, à Malte, du sous-marin Narval.

27 juin 1940 Ralliement, à Gibraltar, du patrouilleur Président Houduce.

28 juin 1940 Reconnaissance du général de Gaulle comme chef des Français libres par la Grande-Bretagne.

30 juin 1940 Arrivée à Londres de l’amiral Muselier . ralliement, à Dundee, du sous-marin Rubis.

1er juillet 1940 Rapatriement des soldats français présents en Angleterre . création des Forces navales françaises libres (FNFL) et des Forces aériennes françaises libres (FAFL).

2 juillet 1940 Installation du gouvernement français à Vichy.

3 juillet 1940 Mise en œuvre par les Britanniques de l’opération "Catapult" : attaque de la flotte française à Mers el-Kébir, internement des marins français présents en Angleterre.

5 juillet 1940 Accord franco-britannique dans le cadre de la mise en œuvre des Forces navales françaises libres portant sur la rétrocession et le réarmement des navires français stationnés en Grande-Bretagne.

7 juillet 1940 Entente Godfroy-Cunningham concernant l’immobilisation des navires français ancrés à Alexandrie.

8 juillet 1940 Torpillage du "Richelieu" par les Anglais en rade de Dakar.

10 juillet 1940 Ralliement du lieutenant de vaisseau d’Estienne d’Orves à la France Libre.

11 juillet 1940 Promulgation par le maréchal Pétain de l’État français.

18 juillet 1940 Ralliement des Nouvelles-Hébrides à la France Libre.

2 août 1940 Condamnation à mort par contumace du général de Gaulle.

7 août 1940 Accord Churchill-de Gaulle fixant les bases de la France Libre.

8 août-5 octobre 1940 Bataille d’Angleterre.

26 août 1940 Ralliement du Tchad à la France Libre.

27 août 1940 Ralliement du Cameroun à la France Libre.

29 août 1940 Ralliement du Moyen-Congo à la France Libre.

30 août 1940 Ralliement de l’Oubangui à la France Libre.

31 août 1940 Ralliement de Tahiti à la France Libre.

2 septembre 1940 Ralliement des Établissements français d’Océanie à la France Libre.

9 septembre 1940 Ralliement des Établissements français de l’Inde à la France Libre.

23/25 septembre 1940 Échec, devant Dakar, de la tentative anglo-gaulliste  de ralliement de l’AOF à la France Libre (opération "Menace").

24 septembre 1940 Ralliement de la Nouvelle-Calédonie à la France Libre.

27 octobre 1940 Création à Brazzaville par le général de Gaulle du "Comité de Défense de l’Empire".

27 octobre/12 novembre 1940 Occupation du Gabon par les Forces françaises libres.

9 novembre 1940 Combat, le long des côtes du Gabon, entre deux navires français : le Savorgnan-de-Brazza et le Bougainville.

12 novembre 1940 Nomination par le général de Gaulle de Félix Éboué comme gouverneur général de l’AEF.

Fin décembre 1940 Disparition en mer du Narval en mission au large des côtes tunisiennes.

 

Focus :

 

L’Étoile et la Belle Poule :

 

La goélette Belle Poule. Source : ECPAD

 

Respectivement 15e et 4e bâtiments du nom, l’Étoile et la Belle Poule sont construites en 1932 aux Chantiers Navals de Normandie pour l’entraînement des élèves de l’École navale. Elles y sont affectées depuis leur mise en service. Dès juin 1940, elles rallient l’Angleterre où elles servent d’annexes aux bâtiments-écoles des élèves de l’École navale des FNFL de Portsmouth.

Ce sont les seuls bâtiments qui arborent le pavillon de beaupré FNFL depuis 1940.

Toujours en activité, basées à Brest, les deux goélettes servent aujourd’hui à la formation des élèves officiers de la Marine nationale. Elles sont aussi les ambassadrices de la "Royale" lors des rassemblements de voiliers traditionnels.

 

Le Rubis :

Pavillon du Rubis. Source : Équipage du Rubis

 

14e bâtiment du nom, le sous-marin mouilleur de mines Rubis entre en service en 1932.

D’avril à juin 1940, il effectue, commandé par le lieutenant de vaisseau Cabanier, ses premières missions de patrouille en mer du Nord et de mouillage de mines sur les côtes de Norvège pour le compte des Britanniques. C’est au retour de l’une de ces missions que le Rubis apprend la signature de l’armistice. Le bâtiment est désarmé par les Britanniques et son équipage interné à Aintree. Toutefois, le personnel et son commandant ayant à la quasi unanimité fait savoir leur souhait de rallier les Forces françaises libres, le sous-marin reprend rapidement ses activités et effectue plusieurs missions sur les côtes tenues par l’ennemi, notamment en Norvège et en France.

Il est gravement endommagé le 21 août 1941 lors de l’attaque d’un convoi ennemi en mer du Nord et reprend ses missions fin 1941. A la fin de la guerre, il totalise 28 missions de guerre avec 18 victoires homologuées, la pose de 683 mines qui ont causé la perte de 14 ravitailleurs, 7 patrouilleurs ou dragueurs et endommagé un ravitailleur et un sous-marin ennemis. Il a également coulé à la torpille un ravitailleur.

Le Rubis est cité trois fois à l’Ordre de l’armée de Mer, en 1940, 1941 et 1945, et reçoit la Croix de la Libération le 14 octobre 1941 pour le motif suivant : "Bâtiment qui n’a pas cessé une seule heure de servir la France dans la guerre depuis le début des hostilités et dont l’état-major et l’équipage ont fait preuve des plus belles qualités guerrières en accomplissant de nombreuses et périlleuses missions dans les eaux ennemies. A infligé aux transports maritimes allemands des pertes sévères. Très sérieusement endommagé au cours d’une attaque, a réussi à regagner sa base au prix d’efforts inouïs du personnel et en traversant un champ de mines très dangereux".

Il est placé en réserve spéciale le 1er juillet 1948 et termine sa carrière l’année suivante.

Le nom de Rubis est donné à un sous-marin nucléaire d’attaque entré en service le 23 février 1983, affecté à l’escadrille des sous-marins de la Méditerranée et basé à Toulon. Celui-ci reprend les traditions de son glorieux ancien.

 

Le Zénith :

Maquette du Zénith réalisée par Camille Bouvot sur les plans de Jean Le Bot et Jean Tanguy. Source : A.P.P.E.L. Ar Zenith

 

Le Zénith, dundee construit à Camaret en 1939, est considéré comme le premier navire civil français à avoir rallié l’Angleterre. Lorsqu’il quitte le port breton d’Audierne au lendemain de l’Appel du 18 juin, il a à son bord des Sénans, des jeunes d’Audierne et des militaires.

25 civils (4 membres d’équipage et 21 passagers) et environ 70 militaires rejoignent ainsi la Grande-Bretagne et s’engagent au sein des Forces françaises libres, FNFL, FAFL ou forces terrestres. Quatre de ces volontaires civils meurent "pour la France" durant les combats de la Seconde Guerre mondiale et quatre autres sont blessés.

A peine arrivé, le bateau est réquisitionné par les Anglais. Durant toute la guerre, stationné à Falmouth, le Zénith assure le transport de troupes et de munitions sur les côtes sud du Royaume-Uni. Il est "rendu à la vie civile" en août 1945 mais ne rentre en France qu’en février 1946.

Il est actuellement en cours de rénovation à l’initiative d’une association de Saint-Malo, au nom du devoir de mémoire.

 

Le 1er bataillon de Fusiliers marins :

Le 1er bataillon de Fusiliers marins est créé le 17 juillet 1940 à l’initiative de l’amiral Muselier. Son commandement est confié au lieutenant de vaisseau Détroyat.

A l’issue de son entraînement à Aldershot, le bataillon embarque pour participer à l’attaque sur Dakar. Le 1er BFM rejoint ensuite l’AEF où il participe à la mise en défense des côtes et à la prise de contrôle du Gabon. En juin 1941, il est jumelé au bataillon d’infanterie de marine de Chypre et participe aux opérations de Syrie.

A la mort de son chef, en juin 1941, le 1er BFM est menacé de dissolution mais son nouveau commandant, le lieutenant de vaisseau Amyot d’Inville, parvient à s’y opposer.

Transformé en unité de DCA et rattaché à la 1ère brigade de la France Libre, le 1er BFM participe aux opérations de Libye et de Tunisie. Il se distingue au cours des combats de Bir Hakeim en mai-juin 1942. Après s’être reformé et réarmé à Beyrouth, il repart pour la Libye et suit la progression des Alliés à la poursuite des troupes italo-allemandes en retraite vers la Tunisie.

Devenu 1er régiment de Fusiliers marins, le 1er BFM est incorporé à la 1ère division motorisée d’infanterie, qui n’est autre que la 1ère division française libre, et prend part à la campagne d’Italie puis à la campagne de France (Toulon, Vosges, Alsace) et termine la guerre dans les Alpes.

 

Éclaireurs de pointe dans les Vosges (1944) – ECPAD

 

Fusiliers marins en campagne dans les Vosges (1944) – ECPAD

 

Le 1er régiment de Fusiliers marins est dissout à la fin des hostilités.

 

Monument dédié aux Bretons de la France Libre, pointe de Pen Hir, Camaret. Source : DMPA

 

Collection "Mémoire et citoyenneté", N° 4, Publication Ministère de la défense/SGA/DMPA