Albert Speer

1905-1981
Albert Speer lors du procès de Nuremberg.
Source : www.trumanlibrary.org

 

Albert Speer, (19 mars 1905 Mannheim - 1er septembre 1981 - Londres)

 

Albert Speer, issu d'une famille d'architectes, étudie aux écoles techniques de Karlsruhe, de Munich puis de Berlin, où il suit les cours d'Heinrich Tessenow, dont il sort diplômé en 1931. A la suite d'un discours d'Hitler en 1930, il s'enthousiasme pour le national socialisme et adhère au parti en janvier de l'année suivante - il est le 474 481e membre.

Grand travailleur, efficace, talentueux et distingué lors de nombreux concours, il est remarqué par Hitler qui, lorsqu'il devient chancelier, en fait son architecte personnel chargé de bâtir la ville de Berlin. En 1933, il reçoit sa première commande officielle : Joseph Goebbels lui demande de participer à la restauration de la Chancellerie de Berlin. L'année suivante, il organise la mise en scène des manifestations de Nuremberg, s'inspirant du site antique de Pergame (Turquie). En 1937, Speer dessine le pavillon allemand pour l'exposition universelle à Paris.

Ses talents d'organisateurs lui ouvrent en 1942 le ministère des armements, succédant alors à Fritz Todt. En 1943 il seconde Hermann Goering dans la planification économique du Reich, reprenant à ces fins les principes de l'organisation Todt : travail forcé pour la construction des routes et sites stratégiques.

Mis en cause en juillet 1944 suite à l'attentat raté contre Hitler, il ne devra son salut qu'à l'annotation "si possible" inscrite par Claus von Stauffenberg sur la liste de conjurés pressentis pour former un gouvernement post-hitlérien.

Albert Speer, réussira à maintenir le niveau élevé de l'activité allemande en 1944 au plus fort des bombardements alliés, allant même jusqu'à limiter dans les derniers mois de la guerre la politique de terre brûlée voulue par Hitler.

Il est condamné en 1946 à l'emprisonnement pendant 20 ans au procès de Nuremberg où il se tient à l'écart du banc des accusés et reconnaît sa culpabilité tout en niant sa responsabilité dans la solution finale. Ceci lui vaudra le qualificatif de "bon nazi", mais fera l'objet d'une remise en question dans le journal Der Spiegel du 2 mai 2005.

Détenu dans la forteresse de Spandau aux côtés de Karl Dönitz, Walter Funk, Rudolf Hess, Konstantin von Neurath, Erich Raeder et Baldur von Schirach, il est libéré en 1966.

Son image de "bon nazi" lui permet de s'inscrire au SPD qui voit en lui l'exemple du repentir et du renouveau allemands.

Il publiera notamment Erinnerungen et Spandauer Tagebücher. Albert Speer décède d'une hémorragie cérébrale à Londres en 1981 alors qu'il participe à une série d'émission de la BBC.

 

Source : MINDEF/SGA/DMPA
  • Albert Speer aux côtés d'Adolf Hitler.
    Source : SHD

  • Albert Speer en 1967.
    Source : www.blb-karlsruhe.de