Lettre d'information

Chapitre 2 : Une nouvelle donne géopolitique : bipolarisation et émergence du tiers-monde

Visites

Le Mémorial du Mur de Berlin offre une vidéo en anglais et des informations en français.

Musée de l’Armée : exposition Indochine, des territoires et des hommes 1856-1956 (site internet et catalogue dédiés)

Historial de Gaulle : discours de Phnom-Penh, septembre 1966 ; mai 1968 en France…

Musée des parachutistes (Pau) : salle Indochine 2, vitrine des prisonniers du Vietminh.

Musée de la Légion étrangère (Aubagne) : Exposition permanente.

 

Séquences vidéo

 

Bibliographie indicative

Corps 2

La Marine française dans les conflits de décolonisation

 

L’opération de Suez (1956)

  • CA Jean-Pierre Beauvois, « La Marine dans la crise de Suez », Revue Historique des Armées, 207 (1997), p. 81-101

Faisant suite à la nationalisation du canal de Suez, la France, le Royaume-Uni et Israël déclenchent l’opération Musketeer pour récupérer leurs droits en Egypte. Cette opération comprend un débarquement amphibie et un volet aérien très important qui implique de projeter l’armée de l’air à travers la Méditerranée. Le témoignage des aviateurs permet de proposer un niveau de compréhension de l’opération différent.

  • Patrick Facon, « L'armée de l’Air et l'affaire de Suez », Revue Historique des Armées, 165 (1986), p. 30-40.
  • Bénédicte Gimenez, « La Marine et la crise de Suez », Université de Panthéon-Sorbonne, Bulletin n°8, 1999
  • Philippe Vial, « À l'épreuve des faits: la participation de la Marine à la crise de Suez », La France et l'opération de Suez de 1956, CEHD, Addim, 1997, p.181-226
  • Marie-Catherine Villatoux, « Suez : des aviateurs témoignent », Revue Historique des Armées, 207 (1997), p. 65-80.

 

Pour aller plus loin

La guerre de Corée, conflit de haute intensité du début de la Guerre froide, mobilise les armées des puissances antagonistes. Le stratégiste Camille Rougeron présente les enseignements de la guerre aérienne qui marque une rupture avec les conceptions héritées du dernier conflit d’une ampleur comparable, à savoir la Seconde Guerre mondiale

  • Michelle Fornaciari, Les femmes dans la marine nationale française de 1942 à 1956, AGPM éditeur, 1989.
  • François Pernot, « Le pont aérien de Berlin et l'armée de l'Air », Revue Historique des Armées, 215, (1999),  p. 51-62

 

Chroniques du CERPA

  • 26 juin 1948 : début du pont aérien sur Berlin

À la suite de la fusion des zones respectives de la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis en juin 1948, les Soviétiques, présents dans la partie orientale du pays contestent ces initiatives et s’engagent dans une épreuve de force : blocus des accès ferroviaires ou routiers entre les zones d’occupation occidentales de Berlin et d’Allemagne de l’Ouest. Le président américain Truman décide la mise en place d’un pont aérien pour assurer un ravitaillement. Suite à la réussite de l’opération, l’affaire Berlin est une victoire politique pour les Alliés.

  • 17 septembre 1948, tir d’une fusée R1

L’explosion des bombes atomiques américaines au-dessus du Japon convainc Staline de développer de nouveaux vecteurs capables de transporter une charge nucléaire. Il ordonne alors de mettre au point des missiles balistiques en copiant les V2 allemands.

  • 15 décembre 1955 approbation par l’Otan d’une défense commune

En 1949, les nations membres de l’Alliance atlantique s’engagent autour du concept de « défense collective » qui prend forme avec l’OTAN. Tout au long de la guerre froide, les Occidentaux cherchent à moderniser et à rendre plus efficace leur défense aérienne et leurs systèmes d’alerte sur le territoire européen, pour faire face à la menace des bombardiers du pacte de Varsovie. Le système de défense aérienne vise à assurer l’interface entre les systèmes nationaux et ceux de l’Organisation.

  • 12 mai 1958 : création du North American Air Defense (NORAD)

À la suite de l’inquiétude des Américains envers le développement des avions bombardiers soviétiques Tu-95, capables de voler par-delà le cercle polaire dans un rayon d’action de plus de 12 000 kilomètres, Washington décide de s’allier avec l’armée canadienne pour construire la ligne Pinetree, composée de trente-trois stations radar disposées dans le sud du Canada, afin de surveiller et intercepter les avions soviétiques.

  • 1er mai 1960 Gary Power abattu au-dessus de l’URSS

Depuis 1956, les États-Unis survolent régulièrement le territoire de l’URSS afin d’espionner les sites de missiles, les bases d’essais ou les centres spatiaux. La société Lockheed développe un avion espion U2, un avion espion ressemblant à un planeur pour mener ses missions. Cependant, Washington a sous-estimé les capacités soviétiques dans la défense sol-air. L’avion de Gary Powers est abattu, le pilote capturé.

  • 12 avril 1961 : Youri Gagarine devient le premier homme dans l’espace

Après avoir placé en orbite Spoutnik, les Soviétiques décident de lancer le programme Vostok en vue d’envoyer un homme dans l’espace. À la suite de plusieurs tests physiques et intellectuels, Youri Gagarine est sélectionné pour participer au programme spatial. Le vol est un succès malgré un retour mouvementé.

  • 14 octobre 1962 crise de Cuba

Le 14 octobre 1962, la découverte de rampes de missiles à Cuba entraîne la crise la plus grave de la guerre froide. Entre le 16 et le 28 octobre, le monde est au bord de la troisième guerre mondiale et d’une apocalypse nucléaire.

  • 16 juin 1963, Valentina Terechkova est la première femme dans l’espace

Valentina Vladimirovna Terechkova est une pionnière de la conquête spatiale. Première femme de l’histoire envoyée dans l’espace, seulement deux ans après Youri Gagarine, elle est la seule à s’y être rendue en solitaire. Elle dispose pendant plusieurs années d’un statut privilégié et occupe des fonctions politiques, notamment au sein du comité central du parti communiste de l’Union soviétique.

  • 2 janvier 1967 début opération Bolo (Vietnam)

En 1965, à la suite de l’accord du président américain Lyndon Johnson, le secrétaire d’État à la Défense Robert McNamara engage des opérations aériennes sur le Nord-Vietnam : Rolling Thunder. Le 2 janvier 1967, l’opération Bolo est lancée. Face à la surprise totale pour le camp adverse, les États-Unis sortent victorieux : 7 appareils MiG-21 sont abattus sur les 16 que comptent les forces armées aériennes vietnamiennes.

  • 31 octobre 1968 fin opération Rolling Thunder (Vietnam)

L’opération Rolling Thunder visait un triple but : détruire les voies de communications afin de gêner voire d’empêcher les incursions nord-vietnamiennes au Sud-Vietnam, faire une démonstration de force dans le but de galvaniser la résistance des forces sud-vietnamiennes et convaincre les autorités de Hanoi de la nécessité de négocier une paix. Rolling Thunder est conçue comme une opération interarmées. Face à l’adaptation rapide des forces vietnamiennes aux bombardements américains, l’opération est un échec cuisant pour le camp américain.

  • 15 juillet 1975 : lancement de la première mission spatiale américano-soviétique

La course à l’espace représente un des symboles de la guerre froide. Après plusieurs années, les Américains et les Soviétiques décident de mener une mission spatiale conjointe. Les deux grandes puissances vont arrimer leurs deux vaisseaux : Apollo et Soyouz. Ainsi, la mission Apollo-Soyouz est la première coopération spatiale américano-soviétique. Cette mission constitue une évolution politique entre les deux États.

 

Évènements majeurs Marine

Décembre 1959 : Premier SNLE américain. L’USS George Washington (SSBN-598) originellement mis sur cale en tant que SNA de la classe Skipjack nommé USS Scorpion. En 1958, les ingénieurs américains y ajoutent une tranche missiles de 40 mètres de long avec 16 tubes de lancement, qui abritent les premiers missiles à propergol solide UGM-27 Polaris A-1 d'une portée de 1 800 km, et le rebaptisent. Il est lancé le 9 juin 1959 et entre en service en décembre 1959.

Avril 1961 : Le K-19 de la classe Hotel (projet 658) est le premier sous-marin à propulsion nucléaire de l'Union soviétique à être équipé de missiles balistiques ; Son armement était composé de trois R-13 (code OTAN : SS-N-4 Sark) d'une portée d'environ 600 km.

Juin 1968 : La classe Resolution est la première classe de sous-marin nucléaire lanceur d'engins de la Royal Navy à propulsion nucléaire. Elle est porteuse du missile UGM-27 Polaris pour la dissuasion nucléaire.

1er décembre 1971 : Premier SNLE français de classe Le Redoutable. Il déplace 7 500 t, la mise sur cale de la tête de série a été autorisée en mars 1963 ; la construction débuta en 1964 à l'arsenal de Cherbourg et il fut lancé le 29 mars 1967 en présence du président Charles de Gaulle. Ses essais débutèrent en 1969 et il entra finalement en service le 1er décembre 1971.

 

Évènements notables Marine

La première crise du détroit de Taïwan (également appelée la crise du détroit de Taïwan de 1954-1955) est un court conflit armé intervenu entre les gouvernements de la République populaire de Chine et de la République de Chine (Taïwan). La République populaire de Chine a saisi les îles Yijiangshan, forçant la république de Chine à abandonner les îles Tachen. Les Marines américaines et taïwanaises ont joint leurs forces pour évacuer des îles Tachen le personnel militaire et les civils taïwanais. Bien que les îles Tachen aient changé de main pendant la crise, les rapports de nouvelles américaines ont convergé presque exclusivement sur le Quemoy et les îles Matsu, site de duels d'artillerie plus fréquents.

Deuxième crise du détroit de Taïwan, 1958 La seconde crise débute le 23 août 1958, elle a commencé lorsque l'artillerie de l'Armée populaire de libération commence à bombarder les îles de Quemoy et de Matsu dans le détroit de Taïwan vingt-quatre heures après que le président des États-Unis Eisenhower eut proposé à Nikita Khrouchtchev le premier sommet soviéto-américain de la guerre froide, et une réduction des armements nucléaires. Mao Zedong ne voulait pas que la question de Taiwan reste dans l'ombre. Ces attaques provoquent le déploiement de la Septième flotte américaine dans le détroit et l'envoi de renforts aérien au United States Taiwan Defense Command. Après quelques semaines critiques pendant lesquelles les îles furent en danger sérieux, les Américains réussirent à établir une ligne de ravitaillement à Quemoy, y débarquant publiquement, entre autres, de l'artillerie susceptible de lancer des charges nucléaires tactiques. Soutenue par les États-Unis, Taïwan ne faiblira pas malgré la puissance de l'armée chinoise. 450 000 obus furent tirés par l'artillerie chinoise et l'on vit la première utilisation de missiles air-air au combat de la part de la force aérienne de la République de Chine lorsque le 22 septembre 1958, un AIM-9 Sidewinder est utilisé lors d'un affrontement entre 32 North American F-86 Sabre et plus de 100 MiG. Ce conflit s'achève par un cessez-le-feu entre les belligérants mais les bombardements continuèrent de façon intermittente pendant plus d'une décennie.

Depuis les années 1950, la Marine brésilienne est, la plus importante d’Amérique latine. Elle est classée comme une Marine littorale. Son premier porte-avions (Navio-Aeródromo) est le NAeL Minas Gerais (A 11), ex-HMS Vengeance, un bâtiment de 1945 de la classe Colossus, trop petit pour la Royal Navy, qui le confine dans un rôle de porte-hélicoptères d’assaut ASM. Prêté à la Marine australienne au milieu des années 1950, il est acquis par le Brésil en 1956 pour 9 millions de dollars sous la présidence de Juscelino Kubitschek (qui lui donne le nom de sa province d’origine, Minas Gerais) à la fois pour contenter la Marinha do Brasil et la Força Aérea Brasileira.

 

Carnets du Temps

  •  « Les guerres indo-pakistanaises » n°132, p.22

La seconde guerre mondiale conduit aux premières décolonisations en Asie avec l’affaiblissement des puissances européennes et l’aboutissement des luttes anticoloniales. En 1947, l’Inde, « joyau de la Couronne britannique » depuis 1858, retrouve son indépendance, composée de l’Inde et du Pakistan. Les Britanniques espèrent y conserver une influence indirecte, notamment à travers le Commonwealth. Mais les conflits y font rage avec au centre, le Cachemire.

  • « Le conflit frontalier sino-russe de 1969 », n°132, p.34

En 1969, l’URSS et la Chine, les deux grandes puissances communistes, s’affrontent dans un conflit frontalier sur le fleuve Oussouri. D’une portée militaire mineure, ce conflit marque cependant l’occasion d’une redéfinition des relations diplomatiques entre les deux pays. Il représente aussi le premier conflit direct entre deux puissance nucléarise, qui reste limité. En 1985, les tensions s’apaisent et un accord est conclu sur le tracé des frontières. En 1991, la Fédération de Russie cède la souveraineté de l’île de Zhenbao à la Chine.

  • « Les alliances militaires durant la guerre froide », n°129, p.18-21

Face à la montée des tensions entre les deux blocs, on observe une multiplication des traités d’alliances militaires sur les différents continents. Que ce soit avec les Etats-Unis ou avec l’URSS

  • « 1er octobre 1949, naissance de la République populaire de Chine », n°121, p.22

Après des années de guerre civile entre le PCC commandés par Mao Zedong et les nationalistes chinois dirigés par Tchang Kaï-chek, la République Populaire de Chine est proclamée en 1949. Malgré un tournant vers une politique agraire, la Chine s’est tournée jusqu’à la mort de Mao vers le grand frère soviétique.