Lettre d'information

La Teste de Buch

Nécropole nationale de La Teste de Buch. © Guillaume Pichard

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette Teste

 

Créée en juillet 1916, la nécropole nationale de la Teste de Buch, situé au lieu-dit Natus, regroupe les restes mortels de combattants décédés à l’hôpital du camp d’instruction du Courneau accueillant initialement des troupes coloniales puis à partir de 1917 des troupes étrangères (russes et américaines). Réaménagé en 1928, ce cimetière, implanté dans une forêt de pins, rassemble les corps de 956 tirailleurs sénégalais, 9 Russes et 2 Français. Tombant progressivement en déshérence, ce site a subi d'importants travaux. En 1967, les dépouilles sont exhumées et placées sous un mémorial-ossuaire, offrant sa physionomie actuelle. Ce monument demeure ainsi le seul vestige du camp.

 

Le camp d’instruction militaire du Courneau

En 1916, le commandement militaire français choisit la lande du Courneau pour faire séjourner les soldats africains. Ces hommes proviennent de territoires de l’ancienne Afrique Occidentale Française (Sénégal, Haut-Sénégal et Niger - actuel Mali, Mauritanie, Guinée, Côte-d’Ivoire, Dahomey - actuel Bénin). Formant les bataillons de tirailleurs sénégalais, ils débarquent à Bordeaux et rejoignent La Teste où ils reçoivent une instruction militaire et linguistique.

De 1916 à 1917, plus de 27 000 hommes s'y succèderont.

Après des travaux d’assèchement au cours desquels de nombreux soldats moururent, un camp de 400 baraques est construit pour contenir jusqu’à 18 000 hommes. À cause des marécages entourant le camp, les tirailleurs contractent des maladies respiratoires parfois fatales. Très vite, le camp du Courneau est baptisé le "camp de la misère". Ils sont alors enterrés sur place.

A l’automne 1917, en raison de la révolution en Russie, les troupes russes sont retirées du front et succèdent alors aux tirailleurs. 8 000 hommes y sont cantonnés. La discipline n'étant guère respectée, les troubles avec la population locale sont nombreux. Aux premiers mois de 1918, le camp est vidé de ses occupants. Beaucoup d'entre eux rejoignent les unités de travailleurs. D'autres, au contraire, s'engagent dans la Légion étrangère.

En janvier 1918, le camp est réorganisé en vue d'accueillir les contingents américains. Ces derniers, principalement des unités d'artillerie, débarquent à Bordeaux et séjournent provisoirement au Courneau. De juillet 1918 à mai 1919, les hommes s'y succèdent avant de gagner le front. Au cours de cette période, 87 soldats américains décèdent de la « grippe espagnole ». Ils sont enterrés provisoirement dans un cimetière spécifique créé le 15 février 1918, dans la forêt de Natus-de-Bas. Après la guerre les dépouilles de ces combattants sont transférées aux Etats-Unis ou au cimetière militaire américain de Suresnes (Hauts-de-Seine)

Le monument du "Natus"

Le 1er novembre 1967, est inauguré un monument dédié aux souvenirs aux soldats africains morts pour la France au camp du Courneau. Œuvre de l’architecte Phihl, ce mémorial est inauguré grâce aux subventions du Souvenir Français, du Ministère des anciens combattants, du Président de la République de Côte d’Ivoire, des associations d’anciens combattants et des municipalités du bassin d’Arcachon.

Après plusieurs années de recherche, les associations mémorielles locales, la mairie de la Teste de Buch et le ministère des armées ont réussi à identifier les identités et les origines des tirailleurs sénégalais. En 2018, dans le cadre des commémorations du Centenaire de la Première Guerre mondiale, le ministère des armées a fait ériger 5 stèles, inaugurées le 11 novembre, portant les noms des 956 soldats africains inhumés dans cette nécropole. Une stèle porte le nom des soldats russes et des deux soldats français qui reposent dans ce site.

Afin de valoriser le site, le ministère des armées envisage de créer un chemin de mémoire au cœur de cette nécropole afin de mettre en valeur le parcours des soldats ayant vécu dans le camp du. Courneau.

Une autre stèle à la mémoire des Américains est érigée à l’extérieur du camp.

  • Nécropole nationale de La Teste de Buch. © Guillaume Pichard

  • Nécropole nationale de La Teste de Buch. © Guillaume Pichard

  • Nécropole nationale de La Teste de Buch. © Guillaume Pichard

  • Nécropole nationale de La Teste de Buch. © Guillaume Pichard

  • Nécropole nationale de La Teste de Buch. © Guillaume Pichard

  • Nécropole nationale de La Teste de Buch. Source : dupuylogspot.com

  • Nécropole nationale de La Teste de Buch. Source : Photo Marc Burel

  • Nécropole nationale de La Teste de Buch. Source : Photo Marc Burel

  • Passage de tirailleurs sénégalais empruntant la rue du Port (La Teste). Collection particulière JM Mormone/P. Boyer/DR

  • Hôpital du camp militaire du Courneau. Collection particulière JM Mormone/P. Boyer/DR

  • Groupement de baraques - Camp militaire du Courneau. Collection particulière JM Mormone/P. Boyer/DR

  • Tirailleur sénégalais au  camp militaire du Courneau. Collection particulière JM Mormone/P. Boyer/DR

  • Entrée du camp militaire du Courneau. Collection particulière JM Mormone/P. Boyer/DR

  • Départ des permissionnaires du camp militaire du Courneau. Collection particulière JM Mormone/P. Boyer/DR

  • En attendant la soupe… Collection particulière JM Mormone/P. Boyer/DR

  • Fanion des tirailleurs sénégalais, 17 mars 1917. Collection particulière JM Mormone/P. Boyer/DR

  • Vue d'une allée de 600 baraquements au camp militaire du Courneau. Collection particulière JM Mormone/P. Boyer/DR

  • > Retourner aux résultats

    Infos pratiques

    Adresse


    La Teste

    En résumé

    Accès :

    Au sud d’Arcachon . D 112

    Superficie : 10 000 m²

    Eléments remarquables

    Monument aux Sénégalais morts pour la France en 1914-1918.

    En savoir Plus

    En savoir plus

    Comité départemental du tourisme de la Gironde
    21, cours de l’Intendance
    33000 Bordeaux
    05 56 52 61 40 - www.tourisme-gironde.fr