Lettre d'information

Les commémorations nationales en Allemagne

Cérémonie devant le monument aux morts de la Bundeswehr situé dans l’enceinte du ministère de la défense à Berlin. © Ministère de la défense de la République fédérale d’Allemagne

Si la France rythme son calendrier autour de onze journées nationales commémorant les conflits contemporains, l’Outre-Rhin n’en compte que cinq en sus de la fête nationale. La programmation mémorielle allemande admet également, au gré des anniversaires et grands cycles, plusieurs temps commémoratifs qui se renouvellent annuellement. Celle-ci se déploie par ailleurs à diverses échelles, selon un protocole et des règles d’usage bien déterminés.

Corps 1

En Allemagne, les journées officielles de commémoration comptent parmi les symboles permettant à l’État de manifester sa présence. Elles mettent l’accent sur des événements et expériences collectifs clés présentés comme étant marquants et porteurs de sens pour le présent.

En matière de commémorations nationales, il convient de distinguer entre les journées de commémoration annuelles et les cérémonies commémoratives liées à des événements ponctuels.

En Allemagne, cinq journées de commémoration sont célébrées chaque année :

  • 27 janvier : journée d’hommage aux victimes du national-socialisme ;
  • 17 juin : journée nationale du souvenir ;
  • 20 juin : journée de commémoration des victimes des exodes et des expulsions ;
  • 20 juillet : hommage à la résistance et aux victimes de la dictature nationale-socialiste ;
  • Deux dimanches avant le premier dimanche de l’avent : journée de deuil national.

À ces journées de commémoration vient s’ajouter le "jour de l’Unité allemande", fête nationale célébrée le 3 octobre.

Il revient au service du protocole intérieur du gouvernement fédéral d’organiser les journées de commémoration annuelles. La journée de commémoration du 27 janvier constitue une exception puisqu’elle est organisée par le protocole du Bundestag.

Journée d’hommage aux victimes du national-socialisme (27 janvier)

Le 3 janvier 1996, le 27 janvier a été déclaré journée d’hommage aux victimes du national-socialisme par proclamation du président fédéral Roman Herzog. En 2005, cette même date est choisie par l’ONU pour devenir une Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de la Shoah. Historiquement, elle renvoie à la libération du camp de concentration d’Auschwitz par l’Armée rouge, le 27 janvier 1945. Auschwitz est le symbole du génocide et représente les millions de personnes privées de leurs droits, poursuivies, torturées et assassinées par le régime nazi. Le Bundestag célèbre chaque année cette journée dans le cadre d’une cérémonie à laquelle participent des représentants de la politique et de la société.

Le discours officiel est prononcé chaque année par un invité d’honneur, allemand ou étranger, ayant un lien avec les groupes de victimes du racisme national-socialiste. En 2021, il s’agissait de la présidente de la communauté juive de Munich et de la Haute-Bavière, Charlotte Knobloch, survivante de l’Holocauste et ancienne présidente du Conseil central des juifs en Allemagne. L’auteure Marina Weisband qui, enfant, a quitté l’Ukraine pour l’Allemagne s’est exprimée en tant que représentante de la troisième génération après la Shoah.

Jour national du souvenir (17 juin)

Le 17 juin fut déclaré jour férié en République fédérale d’Allemagne par une loi datant du 4 août 1953, puis proclamé "fête nationale" dix ans plus tard, le 11 juin 1963, par le président fédéral Heinrich Lübke. Cette journée rend hommage aux victimes du soulèvement populaire à Berlin-Est et en RDA les 16 et 17 juin 1953. L’appel à renverser le régime du Parti socialiste unifié d’Allemagne (SED) et à organiser des élections libres fut réprimé dans le sang par l’armée soviétique, près de 13 000 personnes furent arrêtées et plus de 125 personnes tuées.

Dans le cadre d’une cérémonie devant le monument du soulèvement populaire situé dans le cimetière Seestraße dans le quartier de Wedding à Berlin, des personnalités publiques, en présence de témoins de l’époque, rendent hommage à la mémoire des victimes du soulèvement par des prises de parole et des dépôts de gerbes. La cérémonie est généralement accompagnée par l’orchestre de la police fédérale de Berlin.

Journée de commémoration des victimes des exodes et des expulsions (20 juin)

À la suite de la décision du cabinet fédéral du 27 août 2014, cette journée est dédiée depuis 2015 à la mémoire des victimes des exodes et des expulsions dans le monde entier et des déplacés allemands en particulier. Lors d’une cérémonie nationale, des allocutions des représentantes et des représentants de la vie publique, complétées par les récits personnels des personnes concernées, honorent la mémoire des victimes des exodes et des expulsions. Outre les représentants de l’État, des représentants et membres d’associations de déplacés participent à cette cérémonie, accompagnée par des musiciens ou orchestres différents, choisis en fonction de leur lien avec le thème de cette journée.

Hommage à la résistance et aux victimes de la dictature nationale-socialiste (20 juillet)

Une cérémonie du gouvernement fédéral célébrant la résistance contre la dictature nationale-socialiste se déroule tous les ans, le 20 juillet, à Berlin, sur des sites historiques qui rappellent la tentative de coup d’état de 1944. Cette cérémonie a lieu alternativement au mémorial de la Résistance allemande (cour d’honneur du Bendlerblock) et au mémorial de Berlin-Plötzensee. La cérémonie inclut, outre un discours de bienvenue, l’allocution d’un représentant de la vie publique, l’hommage rendu aux défunts et le dépôt d’une gerbe, exécuté par les gardes d’honneur et porteurs de gerbes de la Bundeswehr.

 

Volkstrauertag am Ehrenmal der Bw_Nr

Cérémonie devant le monument aux morts de la Bundeswehr situé dans l’enceinte du ministère de la défense à Berlin.
© Ministère de la défense de la République fédérale d’Allemagne

 

Jour de l’unité allemande depuis 1990 (3 octobre)

Les chefs des gouvernements des Länder et le gouvernement fédéral ont convenu que le Land qui exerce la présidence au Bundesrat (chambre haute du Parlement) organise les célébrations annuelles du 3 octobre. Les Länder doivent ainsi avoir la possibilité d’organiser, sous leur propre responsabilité, une fête nationale tout en faisant valoir une approche singulière.

Des représentants de la politique et de la société participent à la cérémonie officielle organisée par le Bundesrat et un autre organe constitutionnel fédéral. La population – représentée par des délégations de citoyens – participe également aux festivités. Une fête citoyenne est ainsi organisée parallèlement à la cérémonie officielle pour tous les citoyens, qui est retransmise en direct à la télévision.

Journée de deuil national (deux dimanches avant le premier dimanche de l’avent)

Tous les ans, la journée de deuil national permet de rendre hommage à la mémoire des victimes de la guerre et de la tyrannie dans la Neue Wache, le mémorial central de la République fédérale d’Allemagne.

Dans le cadre d’une cérémonie, le président fédéral et les représentants des quatre autres organes constitutionnels fédéraux déposent des gerbes. Des représentants étrangers sont occasionnellement invités à participer à la cérémonie. Ce fut par exemple le cas du président de la République française, Emmanuel Macron, en 2018.

Un détachement d’honneur de la Bundeswehr, constitué de porteurs de gerbes, de gardes, d’un trompettiste et d’un chef de commandement, fait partie intégrante de la cérémonie.

Protocole et usages

Symbole de l’État, l’hymne national fait partie intégrante de toute cérémonie commémorative, à l’exception de la journée de deuil national. Les cérémonies commémoratives suivent toujours un déroulement et un protocole précis adaptés en fonction des circonstances (tels que le 5e ou 10e anniversaire d’un événement) ou de participants particuliers.

Pendant toutes les journées de commémoration, les drapeaux des autorités fédérales suprêmes et de leurs services ainsi que des collectivités, établissements et fondations de droit public placés sous le contrôle d’autorités fédérales sont mis en berne sur l’ensemble du territoire de la République fédérale d’Allemagne.

En règle générale, les cérémonies de commémoration ne sont pas ouvertes au public, mais - essentiellement pour des raisons de sécurité et de capacités - accessibles uniquement sur invitation à un cercle restreint de participants. La participation du public est assurée par la présence des médias ainsi que par la documentation sur Internet.

Outre les journées commémoratives annuelles obligatoires, des cérémonies sont organisées à l’occasion d’événements particuliers (p. e. des attentats) ou d’anniversaires spécifiques. Le président fédéral a ainsi décrété l’organisation de cérémonies officielles à l’occasion des 40e, 50e et 60e anniversaires de la République fédérale d’Allemagne. De même, il avait été décidé d’organiser des cérémonies officielles à l’occasion du 50e et du 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il incombe en règle générale également au protocole interne d’organiser les cérémonies officielles.

 

Retrouvez plus d’informations sur le site web www.protokoll-inland.de.

Service du protocole intérieur auprès du ministère fédéral de l’Intérieur
Texte traduit de l’allemand